L’ACTU

L’ACTU HEBDOMADAIRE DU PHOTOVOLTAÏQUE

L’Actu PV est une synthèse des actualités les plus marquantes de la filière solaire photovoltaïque en France, en Europe et à l’international. C’est le prolongement du magazine qui, en un coup d’œil, permet de ne rien manquer des principales informations économiques, politiques et technologiques du secteur.

La présence du logo  signale une information récente exclusivement réservée aux abonnés du Journal du Photovoltaïque. Pour vous abonner, c’est par ici.

NOVEMBRE 2019

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE NOVEMBRE

  • AUTOCONSOMMATION COLLECTIVE – Un arrêté plus que bienvenu 28 novembre 2019

    Le gouvernement a publié le 24 novembre, au Journal officiel, l’arrêté qui définit le périmètre de l’autoconsommation collective étendue,…Lire la suite

    Cette actualité est exclusivement réservée à nos abonnés.
    Pour accéder à cette information, merci de vous identifier.

    S’abonner

  • ENTREPRISE – EDF Renouvelables, actionnaire stratégique de l’égyptien KarmSolar 28 novembre 2019

    EDF Renouvelables a annoncé le 25 novembre la conclusion d’un partenariat avec KarmSolar. La filiale d’EDF spécialisée dans les énergies renouvelables va ainsi prendre une participation « stratégique », mais non précisée, dans le développeur et fournisseur d’énergie solaire en Égypte. Le montant de la transaction n’est pas non plus dévoilé, difficile dans ces conditions de préjuger de l’incidence réelle de cet accord. Le développeur égyptien détient en tout cas un portefeuille de 170 MW de projets de centrales solaires opérationnelles, en construction ou en développement. « Cette opération permettra à KarmSolar de mener son ambitieux plan de développement en Égypte. Ce dernier consiste à accroitre le portefeuille de centrales photovoltaïques qui alimente en électricité une clientèle industrielle, agricole et commerciale, à travers des contrats de vente d’électricité (PPA) ou de distribution d’énergie », précisent les deux partenaires dans un communiqué commun du 25 novembre.

  • NOUVELLE-CALÉDONIE – Mise en service d’une nouvelle centrale avec stockage 28 novembre 2019

    Total Quadran a annoncé la mise en service, en Nouvelle-Calédonie, de la centrale Hélio Boulouparis 2. Il s’agit de « la plus grande centrale solaire avec stockage de l’Outre-mer », explique l’entreprise dans un communiqué du 27 novembre. Dotée de plus de 58 000 panneaux solaires, l’installation photovoltaïque a une capacité installée de près de 16 MW. Elle sera équipée d’un système de stockage d’énergie (SSE) Lithium-ion d’une capacité de près de 10 MW. Hélio Boulouparis 2 est la deuxième tranche d’un parc photovoltaïque constituant le plus important programme solaire jamais réalisé en Nouvelle-Calédonie. Sa première tranche, Hélio Boulouparis 1, avait été mise en service en 2017.

  • FRANCE – L’IFER réduit de plus de moitié pour les futures installations 21 novembre 2019

    Dans le cadre de l’examen du projet de budget 2020, l’Assemblée nationale a adopté le 15 novembre…Lire la suite

    Cette actualité est exclusivement réservée à nos abonnés.
    Pour accéder à cette information, merci de vous identifier.

    S’abonner

  • FRANCE – Vers plus de photovoltaïque à Lorient 21 novembre 2019

    La société d’économie mixte locale XSEA a signé, le 7 novembre, un partenariat avec Réservoir Sun, entreprise spécialiste de l’autoconsommation, issue de l’alliance entre Engie et GreenYellow (groupe Casino). « L’objectif du partenariat est de proposer aux entreprises et aux collectivités d’équiper leurs parking, toiture neuve ou foncier disponible de panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité verte qui sera de préférence consommée sur place. XSEA et Reservoir Sun prennent en charge l’intégralité du projet, de sa réalisation à la revente de l’électricité produite au consommateur », précisent les 2 partenaires dans un communiqué du 12 novembre. Ils visent ainsi la réalisation de 5 MW de projets photovoltaïques sur le territoire de Lorient Agglomération. « La Banque des Territoires est entrée au capital de la SEML Xsea, levier de la collectivité dans sa stratégie de transition écologique et énergétique, dès sa création en 2011 », précise encore le communiqué. Elle mobilise ainsi, via Xsea, ses offres en matière de financement (ingénierie, investissements et prêts).

  • ENTREPRISE – Une nouvelle centrale inaugurée par Total Quadran 21 novembre 2019

    Total Quadran a inauguré le 21 novembre la centrale solaire de « Plan del Rey », implantée en partie sur une ancienne distillerie démantelée, sur la commune de Cazedarnes dans l’Hérault. D’une capacité installée de 4,8 MW, le projet, lauréat de l’appel d’offres « CRE 4 » en juillet 2017, produira 6,8 GWh chaque année, promet l’entreprise dans un communiqué. Une partie du financement, dont le montant total n’a pas été dévoilé, a été réalisé via à une plateforme participative grâce à laquelle 71 citoyens ont participé à hauteur de 170 000 €.

  • ENTREPRISE – SunPower voit double 14 novembre 2019

    SunPower, filiale contrôlée à 55 % par Total, a annoncé le 11 novembre sa scission en deux entités…Lire la suite

    Cette actualité est exclusivement réservée à nos abonnés.
    Pour accéder à cette information, merci de vous identifier.

    S’abonner

  • ÉTATS-UNIS – 128 M$ pour des projets de technologie solaire avancée 14 novembre 2019

    128 millions de dollars vont être attribués par le Département américain de l’énergie (DoE) à une sélection de nouveaux projets de technologie solaire avancée. Au nombre de 75 et répartis dans 22 États, précise le DoE dans un communiqué du 6 novembre, les lauréats « feront avancer la recherche et le développement dans le solaire photovoltaïque, dans le solaire à concentration (CSP), la réduction des coûts et l’innovation dans la fabrication et l’intégration. »

  • AGRIVOLTAÏSME – La serre porte ses fruits 14 novembre 2019

    Reden Solar se félicite dans un communiqué diffusé le 11 novembre du « succès de la 1ère année d’exploitation de serres photovoltaïques de kiwis. » En septembre 2018, le producteur et exploitant de serres photovoltaïques et Jean Michel Aurières, producteur de kiwis du Lot-et-Garonne, inauguraient en effet les 9 hectares de serres photovoltaïques de Boé. D’une puissance totale de 7,5 MW grâce à près de 30 000 modules polycristallins laminés produits directement dans l’usine Reden Solar de Roquefort (47), l’installation génère plus de 9 millions de kWh par an, selon son exploitant. « Après 12 mois d’exploitation, la famille Aurières observe 1 an d’avance sur ses récoltes, la propulsant ainsi à la place de leader européen du kiwi rouge. Au-delà de cet excellent rendement agricole, l’installation permet, entre autres, de protéger la production contre les aléas du climat et des maladies et d’atteindre une performance énergétique incontestable », se réjouit Reden Solar.

  • FLOTTANT – BayWa r.e annonce 100 MW en 2020 7 novembre 2019

    BayWa r.e a mis en service, avec son partenaire néerlandais GroenLeven, une centrale photovoltaïque flottante de 14,5 MW dénommée Sekdoorn et située près de Zwolle aux Pays-Bas. L’occasion pour le groupe allemand de dévoiler ses ambitions en Europe pour 2020. Il a en effet annoncé avoir constitué un portefeuille de projets flottants cumulant 100 MW. Il faut dire que BayWa r.e  accélère sur le sujet avec, en seulement quelques mois, la mise en service de trois parcs solaires flottants aux Pays-Bas, pour une puissance totale de 25 MW. La construction de Sekdoorn, le dernier en date, a duré seulement six semaines.

  • ENTREPRISE – Corsica Sole lève 20 M€ 7 novembre 2019

    Le spécialiste du solaire photovoltaïque et du stockage de l’énergie, Corsica Sole, a annoncé avoir levé 20 M€ auprès du dernier fonds Infrastructures de transition énergétique de Mirova. Cette opération vise à apporter les fonds propres nécessaires à ses nouveaux projets pour les deux prochaines années, qui représenteront 100 MW de centrales solaires et 25 MWh de stockage. « Cette levée de fond va nous permettre d’accélérer le rythme de mise en chantier de nos projets afin de doubler notre parc de centrales en moins de deux ans », précise Michael Coudyser son directeur général. Pour rappel, Corsica Sole exploite depuis 2015 la première centrale hybride photovoltaïque et batterie à Alata en Corse. L’entreprise a été lauréate de deux projets de stockage d’énergie sur le réseau EDF, en Corse et à la Réunion, représentant 20 MWh. Enfin, sa filiale Driveco œuvre dans la mobilité électrique et solaire avec ses solutions de recharges, solaires avec le Parasol et flexibles avec la borne Kino.

  • FRANCE – Mise en service d’une centrale de 12 MW en Gironde 7 novembre 2019

    Total Quadran a annoncé le 5 novembre la mise en service de la centrale solaire de « Merle Sud », située dans la commune de Saint-Magne en Gironde. D’une capacité installée de 12 MW, cette centrale lauréate de l’appel d’offres « CRE 3 » en juillet 2016 produira chaque année 15 GWh d’électricité renouvelable, couvrant ainsi les besoins énergétiques de près de 13 000 habitants, assure la filiale de Total. Une partie du financement a été réalisé via à une plateforme participative grâce à laquelle 192 citoyens ont participé à hauteur de 200 000 €. « Afin d’éviter le fauchage mécanique de l’herbe, Total Quadran a fait appel à un éleveur de la région pour installer ses moutons au cœur de la centrale et permettre son entretien, ajoute l’entreprise. Parmi les 41 fermes solaires exploitées par Total Quadran en France, 29 sont pâturées dans le cadre de conventions signées avec des éleveurs, ce qui représente plus de 300 hectares de terrains à disposition du monde agricole. » Cette solution « s’applique désormais à tous les projets de centrales solaires de Total Quadran, lorsque les sols le permettent. »

OCTOBRE 2019

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE OCTOBRE

  • FRANCE – 35 centrales ouvertes au financement participatif 30 octobre 2019

    Les développeurs Apex Energies et Eco Green Holding ont annoncé l’ouverture au financement participatif de 35 projets de centrales photovoltaïques, pour une puissance totale de 11,5 MW. Ces installations seront situés dans les Régions Occitanie, Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes. La souscription, d’un montant total d’environ 750 000 € rémunéré à 5,5 % par an sur 4 ans (placement financier non garanti et comportant donc un certain niveau de risque), est organisée par Lendopolis, filiale de La Banque Postale. Elle se découpe en collectes réservées aux résidents des départements des projets ainsi qu’aux résidents des départements limitrophes. Ces 35 centrales, d’une puissance unitaire allant de 143 kW à 500 kW et développées par Eco Green Holding, seront installées sur des bâtiments agricoles construits ou rénovés par Apex Energies. Les bâtiments accueillant ces installations seront mis gratuitement à disposition de l’exploitant agricole pour une période de 20 ans. À l’issue de cette période ce dernier en deviendra propriétaire. « Les travaux, déjà engagés pour certaines centrales visent des mises en service des dernières centrales d’ici fin février 2020 », assurent les partenaires dans un communiqué du 22 octobre.

  • JNPV – Demandez le programme 30 octobre 2019

    Le programme des sessions ainsi que le planning d’ensemble de la 9e édition des Journées nationales du photovoltaïque (JNPV 2019) sont en ligne sur le site internet de la manifestation. Pour rappel, l’événement aura lieu du mardi 3 au vendredi 6 décembre 2019 à Dourdan (91). Attention, pour profiter du tarif préférentiel, la date limite est le 15 novembre. La clôture définitive des inscriptions est fixée au 22 novembre (fermeture automatique du site des inscriptions).

  • EU PVSEC – Les actes disponibles en ligne 30 octobre 2019

    Les actes de la conférence EU PVSEC 2019, qui s’est déroulée en septembre à Marseille, sont désormais disponibles en ligne. Avec 643 documents totalisant près de 4 000 pages, ces documents reflètent l’état de l’art de la science et de la technologie de l’énergie solaire photovoltaïque et de ses perspectives d’avenir. De quoi patienter jusqu’à la prochaine édition, EU PVSEC 2020. Ele aura lieu à Lisbonne, au Portugal, du 7 au 11 septembre 2020.

  • FRANCE – Le solaire photovoltaïque encore mal connu 24 octobre 2019

    « La durée de vie des panneaux photovoltaïques ne dépasse pas les dix ans. » Pour 50 % des Français, cette affirmation est vraie. Tout comme, pour 43 % d’entre eux, « tous les panneaux photovoltaïques sont fabriqués à partir de terres rares. » C’est ce qui ressort du sondage « Les Français et le solaire photovoltaïque » réalisé, sur un échantillon de 1 027 personnes, par OpinionWay pour In sun we trust. Pour cette entreprise, la méconnaissance de cette énergie expliquerait en partie « le faible taux d’équipement de la France ». L’autre raison qui expliquerait le faible investissement des Français dans le solaire photovoltaïque est son prix. « Une baisse importante du prix d’installation » et « des conditions financières avantageuses permettant de réduire l’investissement nécessaire » sont en effet majoritairement cités comme facteurs les plus susceptibles de faire investir dans des panneaux photovoltaïques. Pour autant, la moitié des personnes interrogées considère le solaire PV comme une solution d’avenir, permettant notamment de réduire leur facture énergétique.

  • NOUVEL AQUITAINE – 63 MW de solaire sur d’anciens sites industriels 24 octobre 2019

    Total Quadran construit cinq projets photovoltaïques, totalisant une puissance de 63 MW, sur d’anciens sites industriels en Nouvelle-Aquitaine. Cette annonce a été faite par la filiale de production d’électricité renouvelable de Total en France à l’occasion de la pose de la première pierre de la centrale de Noguères-Pardies (34 MW), au cœur du bassin industriel de Lacq. « Une fois mises en service, ces centrales produiront environ 90 GWh d’électricité renouvelable par an», précise l’entreprise dans un communiqué du 23 octobre. « L’implantation historique de Total à Lacq nous a naturellement conduits à lancer ces projets de production d’énergie solaire pour revaloriser les friches liées aux activités et installations industrielles anciennes », explique Thierry Renard, représentant de Total dans le Sud-Ouest. Les 4 centrales à venir, Carresse-Cassaber (5 MW), Monein (5 MW), Bésingrand (15 MW) et Bésingrand-Pardies (4 MW), sont annoncées entre fin 2019 et début 2021. « Dans la continuité de ces premières réalisations, Total Quadran, en collaboration avec Retia, procède à un audit des anciens sites de Total Exploration-Production France pour déterminer la faisabilité de centrales solaires additionnelles sur ces sites en reconversion », précise l’entreprise.

  • OCCITANIE – Arkolia se donne 1 an pour revoir son projet de Solarzac 24 octobre 2019

    Arkolia Energies a annoncé à Montpellier l’abandon de ses plans initiaux pour la construction d’une centrale photovoltaïque de très grande taille dans le sud Larzac (Hérault), Solarzac. Une décision prise à l’issue d’une concertation préalable organisée par la Commission nationale du débat public (CNDP). Le porteur du projet a ainsi adressé une lettre à la CNDP indiquant avoir décidé « la poursuite des études en vue d’élaborer, dans un délai d’un an, un nouveau scénario de taille réduite, à forte dimension agricole ». Arkolia assure que son nouveau projet apportera également des garanties supplémentaires sur plusieurs points controversés, comme l’impact paysager, la consommation d’eau et le partage des retombées fiscales et des emplois créés.

  • ALLEMAGNE – Bientôt une centrale 180 MW sans subvention 18 octobre 2019

    EnBW a annoncé avoir pris la décision finale d’investissement pour réaliser la plus grande centrale photovoltaïque d’Allemagne, d’une puissance de 180 MW. L’installation couvrira, sur quatre zones, 164 hectares à proximité de Werneuchen, dans l’État du Brandebourg. Cerise sur le gâteau, cette centrale sera la première à être réalisée sans le tarif de rémunération de l’électricité injectée dans le réseau que prévoit la loi allemande sur les énergies renouvelables (Erneuerbare-Energien-Gesetz/EEG). « C’est la première fois que l’entreprise se passe de cette aide pour construire un parc photovoltaïque. La baisse des coûts de plus de 80 pour cent ces dix dernières années dans le secteur du solaire a rendu cette entreprise possible. Des effets de synergie dus à la taille du parc y ont eux aussi contribué », explique le groupe allemand dans un communiqué du 16 octobre, sans toutefois préciser le montant de l’opération. « La pose des premiers câbles du parc photovoltaïque de Werneuchen est prévue pour début 2020. La mise en service complète du parc photovoltaïque avec ses quelques 465 000 modules solaires est quant à elle aussi prévue pour 2020 », précise EnBW, qui s’est lancé sur le marché éolien français il y a peu.

  • BRÉSIL – Première centrale flottante à l’échelle du MW 18 octobre 2019

    L’entreprise française Ciel&Terre a annoncé l’installation de la centrale solaire flottante du barrage de Sobradinho (sur le fleuve São Francisco, dans l’État de Bahia), la première à atteindre l’échelle du MW au Brésil. Les 3 792 panneaux solaires se basent sur la technologie brevetée Hydrelio de Ciel&Terre, produite localement au Brésil – une technologie déjà utilisée par Akuo Energy en France, mais aussi au Portugal ou en Allemagne. L’installation, développée par la société brésilienne Sunlution, n’est pas encore finalisée. Elle devrait en effet atteindre une capacité totale de 2,5 MW d’ici janvier 2020, précise l’entreprise française.

  • FRANCE – nauguration de la plus grande centrale d’Île-de-France 18 octobre 2019

    Avec une capacité de 17 MW, la centrale photovoltaïque inaugurée par Langa, filiale d’Engie, le 12 octobre est la plus grande d’Île-de-France. Implantée à Meaux, l’installation dénommée Meaux Solaire est constituée de 39 996 panneaux photovoltaïques sur 10 hectares de terrains désaffectés, anciennement des carrières. Les habitants de Seine-et-Marne et des départements limitrophes se sont vus proposés la possibilité d’investir dans le projet Meaux Solaire. A l’été 2019, une campagne d’investissement participatif a ainsi permis de mobiliser 141 investisseurs principalement issus de la région Île-de-France (majoritairement du Val-de-Marne, de l’Essonne et de la Seine-et-Marne) pour un total de plus de 400 000 euros consacrés au projet (le montant total de l’opération n’a pas été communiqué).

  • FRANCE – L’Appel d’offres sur bâtiments ne fait toujours pas recette 10 octobre 2019

    Le gouvernement a désigné le 8 octobre 268 nouveaux dossiers lauréats, totalisant 129,4 MW, dans le cadre d’une nouvelle période de l’appel d’offres pour les projets photovoltaïques sur bâtiment. Cette huitième période a été, comme les précédentes, sous-souscrite, le volume cible étant de 300 MW. Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) n’a pas tardé à réagir, appelant dans un communiqué du 9 octobre à la mise en œuvre d’un guichet ouvert pour les installations de taille modeste (puissance inférieure à 500 kW). Cela offrirait « davantage de visibilité sur les prix et une plus grande stabilité pour les professionnels », explique Xavier Daval, président de la Commission Solaire du SER, cité dans le communiqué. Le SER encourage les pouvoirs publics à publier sans tarder les résultats détaillés des appels d’offres « afin que les résultats de cet appel d’offres puissent aider tous les acteurs à mieux préparer la prochaine période. »

  • CORSE – Inauguration de la centrale, avec stockage, de Giuncaggio 10 octobre 2019

    Corsica Sole a inauguré le 8 octobre à Giuncaggio, en Haute-Corse, d’une centrale photovoltaïque d’une puissance de 5 MW et dotée de 25 000 m2 de panneaux solaires installés sur 6,5 hectares. Cette installation, également dotée d’une capacité de stockage de 7,5 MWh, est la troisième de quatre centrales solaires qui doivent former « le plus important programme solaire photovoltaïque avec stockage jamais réalisé en Corse », explique le constructeur et exploitant de centrales photovoltaïques. Giuncaggio a été mise en service cet été simultanément à la centrale de Pancheraccia, ces deux centrales complétant l’action de celle de Giurone, située à proximité de Borgo (Haute-Corse), mise en service en 2018. Une quatrième centrale située à proximité des deux premières, à Pascialone, doit être mise en service à la fin de l’année. Au total, ce programme de 20 M€ d’investissement privé représente une puissance photovoltaïque de près de 13 MW et une capacité de stockage de près de 20 MWh et permettra « d’alimenter en électricité 4 000 foyers, soit près de 10 000 personnes, pendant un an », se félicite Corsica Sole.

  • ENTREPRISE – Levée de fonds de 2 M€ pour Solean 10 octobre 2019

    Solean a achevé son premier tour de table avec un investissement total de 2 millions d’euros obtenu par InnoEnergy et réalisé par BPI et Savoie Mont Blanc Angels. « Cette somme sera injectée dans la recherche et le développement afin d’accélérer la mise sur le marché de son produit », explique la start-up française dans un communiqué publié le 10 octobre. L’entreprise propose aux assembleurs de panneaux photovoltaïques une machine (évolutive et modulaire) unique faisant office de stringer, de laminateur et d’assembleur. « La première de ces machines sera fonctionnelle à la fin de l’année, les échéances ayant été avancées grâce à la levée de fonds », assure Solean. L’idée étant d’« accompagner la mutation de l’industrie solaire, pour passer de productions de masse centralisées vers des productions agiles et locales. » Et Arnaud Goy, DG et cofondateur de la start up de préciser : « EIT InnoEnergy était le partenaire idéal pour nous, car il n’apporte pas seulement un soutien financier. L’implication d’InnoEnergy nous a permis de bénéficier d’un réseau fantastique en Europe, ainsi que d’un soutien et un accompagnement pour nous aider à concrétiser notre idée et commercialiser notre solution avec succès. »

  • FRANCE – Les premiers projets pour Fessenheim désignés 3 octobre 2019

    On connaît les 12 projets (pour un total de 62,8 MW, sur près de 200 MW déposés) de centrales solaires photovoltaïques lauréats de l’appel d’offres dédié au territoire de Fessenheim. Cette annonce a été faite par Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, et sa secrétaire d’Etat, Emmanuelle Wargon, lors du comité de pilotage pour la reconversion du territoire de Fessenheim le 26 septembre. Cet appel d’offres avait été lancé en janvier 2019 afin de soutenir la transition énergétique du Haut Rhin dans le cadre de la fermeture de la centrale de Fessenheim. Outre cette première période de 60MW, deux autres périodes de 120 MW seront ouvertes en janvier et juillet 2020. « Les projets lauréats de cette période valoriseront l’électricité produite à un prix moyen de 66,05 €/MWh. Les projets retenus sont compétitifs et auraient pu être retenus dans le cadre des appels d’offres nationaux », précise un communiqué du ministère de la Transition écologique et solidaire. Le détail des projets lauréats est disponible ici.

  • RECHERCHE – Edmond Becquerel célébré en 2020 3 octobre 2019

    Le comité du prix Becquerel, qui réunit certains des plus grands chercheurs en photovoltaïque au monde, organise la célébration du 200e anniversaire de la naissance d’Edmond Becquerel, découvreur de l’effet photovoltaïque en 1839. Cela se concrétisera par un symposium qui se tiendra le 24 mars 2020 à Paris. L’événement investira le musée national d’histoire naturelle où Edmond Becquerel était professeur. Il rappellera les contributions exceptionnelles à la science apportées par la famille Becquerel, d’Antoine, son père, à Henri, son fils, qui découvrit la radioactivité et qui reçut le prix Nobel en 1903, avec Marie et Pierre Curie. « La célébration a pour objectif de donner à Edmond Becquerel la reconnaissance historique qu’il mérite et de mettre en lumière l’importance d’accélérer la conversion de l’énergie solaire grâce au photovoltaïque face à un défi sans précédent en matière de changement climatique », explique le comité du prix Becquerel dans un communiqué. Contact et informations : Dr. Daniel Lincot, président de l’Anniversaire, CNRS- Institut Photovoltaïque d’Ile de France (IPVF) – daniel.lincot@cnrs.fr.

  • ÉVÉNEMENT – Dîner caritatif de Synergie Solaire le 9 décembre 3 octobre 2019

    Synergie Solaire vous donne rendez-vous le 9 décembre au Trianon, à Paris pour son dîner caritatif. Comme chaque année, le fonds de dotation réunira les acteurs de la filière des énergies renouvelables pour soutenir son action : le financement et l’accompagnement à travers des ONG partenaires, de projets d’électrification durable dans les pays en développement. Ce rendez-vous annuel « business » et solidarité est l’occasion de mettre en avant l’action conjointe des ONG et des entreprises membres et donatrices de Synergie Solaire. Les fonds collectés par la vente de places de dîner et la générosité des entreprises mécènes rendent possible le soutien de nouveaux projets d’accès à l’énergie et de soutien aux populations, l’année suivante. Inscriptions et renseignements : ici.

SEPTEMBRE 2019

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE SEPTEMBRE

Voir actus
  • FRANCE – Le plan Place au soleil progresse, pas à pas 26 septembre 2019

    Avec 226 MW, le volume de raccordement au 2e trimestre 2019 ressort en hausse par rapport au 1er trimestre 2019, telles sont les observations de la 31e édition de l’Observatoire de l’énergie solaire photovoltaïque en France, publié par France territoire solaire. « La file d’attente poursuit sa forte croissance et le stock de projets dépasse les 5 GW au terme de ce 2ème trimestre 2019», indique le document qui dresse par ailleurs un point d’étape du plan « Place au soleil ». « Sa mise en œuvre connaît des avancées sur plusieurs mesures », avance l’Observatoire. Et de citer notamment les évolutions des cahiers des charges, le cadre fiscal et juridique de l’autoconsommation et du tiers-investissement. En revanche, « l’avancement de sujets « Protection du consommateur », « Label solaire » et « Réseau d’aide aux collectivités » n’est pas connu. Le sujet « solaire & patrimoine » n’a pas évolué récemment. Les problématiques de certains segments (serres solaires et agrivoltaïsme) ne progressent pas », constate France territoire solaire.

  • FRANCE – Après l’adoption de la Loi Énergie-climat, des mesures attendues 26 septembre 2019

    Enerplan a salué l’adoption définitive de la loi énergie-climat par le Sénat. « Ce texte prévoit également la transposition par ordonnance de plusieurs directives européennes favorables à l’essor des énergies renouvelables, explique le syndicat professionnel dans un communiqué du 26 septembre. Il introduit par ailleurs des mesures favorables mais encore trop modestes pour la filière. » La loi « devra être complétée par des mesures réglementaires afin d’atteindre les objectifs ambitieux de la programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) pour l’énergie solaire photovoltaïque », poursuit Enerplan, qui en appelle à la réduction des délais d’instruction des autorisations administratives et d’un cadre de soutien adapté en faveur de l’autoconsommation collective. Pour ce faire, le syndicat plaide pour « l’instauration d’un soutien public financier implicite par dégrèvement de TICFE, ou à défaut via arrêté tarifaire ou appel d’offre. » Par ailleurs, le syndicat demande « une grande simplification administrative » pour l’autoconsommation individuelle et propose ainsi de « relever le seuil de puissance des appels d’offre solaires de 100 kW à 500 kW. » Actuellement, « la rigidité de la procédure de l’appel d’offres pour les projets supérieurs à 100KW et l’incertitude de son issue écarte de très nombreux projets dans les bâtiments neufs, ou les résignent à proposer une puissance modeste, en deçà de leurs capacités d’accueil et de leurs besoins », plaide Enerplan.

  • PÉROU – Deux centrales changent de mains 26 septembre 2019

    Ardian a annoncé le 20 septembre l’acquisition, auprès de l’espagnol Solarpack et pour un montant non dévoilé, de 49 % du capital de deux nouvelles centrales photovoltaïques au Pérou, d’une capacité combinée de 48,6 MW à terme. Ces installations, du nom de Tacna et Panamericana, permettront à la société d’investissement, déjà présente en Europe et en Amérique, de porter à 3 GW sa capacité totale de production d’énergie éolienne, solaire, hydraulique et biomasse. En 2016, Ardian avait pris pied en Amérique du Sud en rachetant, déjà auprès de Solarpack, 81 % de trois centrales solaires au Chili et une autre au Pérou. Le groupe gère un portefeuille de centrales photovoltaïques en Espagne, au Chili en Uruguay et au Pérou qui représente une puissance totale de 1,2 GW.

  • ENTREPRISE – Total et Envision s’allient en Chine 19 septembre 2019

    La coentreprise de Total avec le chinois Envision Group a démarré « son activité commerciale de développement de projets de génération distribuée d’énergie solaire en autoconsommation à destination des clients B2B en Chine », a annoncé le groupe français dans un communiqué du 16 septembre. Ce partenariat « permet de se positionner sur le marché en plein essor de la génération distribuée d’énergie solaire en Chine. En tant qu’acteur majeur du secteur de l’énergie solaire, nous sommes déterminés à faire croître nos activités dans l’électricité bas carbone en Chine », explique Julien Pouget, directeur Renewables de Total. « Nos actionnaires disposent ensemble d’une expertise internationale considérable dans la production d’énergie renouvelable et les solutions digitales de gestion de l’énergie. Nous rassemblons donc nos forces dans ces deux domaines afin de devenir le partenaire privilégié des sociétés des secteurs industriel et commercial en Chine », se félicite de son côté Alex Sun, PDG de TEESS, la société portée par Total et Envision.

  • FRANCE – Mylight Systems se renforce avec RBeeSolar 19 septembre 2019

    Mylight Systems a récemment annoncé l’acquisition de RBeeSolar, business-unit de RTone spécialisée dans le monitoring de production photovoltaïque. « Fort de plus de 20 000 systèmes déployés », l’entreprise basée à Saint Priest devient ainsi « le leader des solutions connectées pour l’autoconsommation solaire », explique-t-elle dans un communiqué. « La complémentarité technologique et l’étendue des marchés couverts par Rbee Solar donnent à MyLight Systems une avance primordiale sur le secteur de l’autoconsommation et vont dynamiser sa croissance ainsi que sa capacité d’innovation », poursuit Mylight Systems. L’acquisition de Rbee Solar est le dernier volet d’un plan global d’investissement, financé à la hauteur de 3 millions d’euros par BPI FRANCE, la Banque Populaire et la CIC Lyonnaise de banque, et piloté par la banque d’affaire Smart Entrepreneurs. « Innovation, déploiement à l’international… les sujets sont nombreux et imposent des investissements à la hauteur de nos ambitions », explique Ondine Suavet, DG de l’entreprise.

  • ÉVÈNEMENTS – Deux conférences à noter 19 septembre 2019

    À vos agendas. L’Institut national de l’énergie solaire (Ines) organise prochainement deux conférences sur des sujets d’actualité. Le 17 octobre 2019 à Paris la conférence « Quand les surfaces commerciales deviennent productrices d’énergie solaire » sera en partenariat avec le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et le Perifem. L’événement essaiera de répondre à la question : Comment mobiliser les détenteurs de grands fonciers inutilisés pour qu’ils produisent de l’énergie solaire ? Puis, rendez-vous le 5 novembre, à Bordeaux cette fois où l‘agrivoltaïsme sera le sujet de cette conférence dénommée « Solaire, transition agricole et énergétique : les conditions de la réussite. » Contexte réglementaire, modèles économiques et retours d’expériences seront au menu de cette rencontre.

  • AUTOCONSOMMATION COLLECTIVE – Cinq recommandations pour déverrouiller le marché 12 septembre 2019

    A l’occasion de son Université d’été, qui se déroule les 12 et 13 septembre à Paris, Enerplan a dévoilé une étude, réalisée en partenariat avec l’EnergyLab de SIA Partners, sur l’autoconsommation collective, « un modèle innovant de partage d’énergie locale sur lequel la France s’est positionnée en précurseur, mais qui nécessite l’évolution de certaines dispositions réglementaires pour atteindre l’équilibre économique. » Le nombre de projets d’autoconsommation collective effectivement en opération, portés par des collectivités, bailleurs ou copropriétés, plafonnait à 16 en juillet, avec une centaine d’autres en émergence. Le syndicat précise que ces opérations « sont majoritairement des petites opérations de moins de 10 participants, portées par des collectivités. » Pour pallier cette situation, Enerplan recommande cinq évolutions réglementaires « pour un cadre favorable à l’économie de ces projets » : exonérer de TICFE les consommations d’électricité solaire partagée, ou accompagner l’investissement initial par une aide, adapter le TURPE spécifique, simplifier le fonctionnement juridique de la Personne Morale Organisatrice (PMO), étendre le périmètre des opérations à 1 km.

  • FRANCE – Partenariat entre Hespul et Enedis 12 septembre 2019

    Enedis et l’Association Hespul ont signé, le 6 septembre à Lyon, un partenariat de collaboration en matière de développement et de raccordement des installations photovoltaïques basse tension (géré par Enedis sur 95 % du territoire métropolitain). Impact de la mise en œuvre des cadastres solaires (cartographies étudiant la quantité d’énergie solaire reçue par les toitures en fonction de leur orientation) sur les réseaux de distribution, recherche de solutions favorisant le développement de projets photovoltaïques concomitants sur un territoire défini, recherche de nouvelles solutions de pilotage des installations photovoltaïques en basse tension grâce au compteur nouvelle génération Linky, etc., autant d’axes de recherche qu’Hespul et Enedis lanceront durant les 3 prochaines années. « Les travaux, études et résultats seront partagés en toute transparence avec les membres du Comité de concertation des producteurs, puis régulièrement rendus publics afin que chaque acteur engagé dans le développement des énergies renouvelables en bénéficie, pour faire face au défi commun qu’est la réussite de la transition énergétique », précisent les partenaires dans un communiqué.

  • RECHERCHE – L’IPVF prend une nouvelle direction 12 septembre 2019

    L’Institut photovoltaïque d’Île-de-France (IPVF), qui accueille près de 150 chercheurs et chercheuses académiques et industriels sur son complexe de Palaiseau (91), a annoncé le 9 septembre la mise en place d’une nouvelle équipe de direction. Roch Drozdowski-Strehl est nommé directeur général, Pere Roca y Cabarrocas, directeur scientifique, Axel Soulet, directeur valorisations et partenariats, Pascal Obry, directeur de l’exploitation, et Sabrina Laporte, responsable qualité, hygiène, sécurité et environnement.

  • FRANCE – Une rentrée mitigée pour le solaire photovoltaïque 6 septembre 2019

    La ministre de la Transition écologique et solidaire a fait des annonces remarquées (et attendues) le 30 août. Élisabeth Borne a en effet annoncé le lancement de deux nouvelles périodes d’appel d’offres pour les projets photovoltaïques au sol, ainsi que d’une période pour les projets sur bâtiment. « Nous voulons faire de l’énergie solaire un des piliers du système électrique français, a déclaré la ministre dans le communiqué. Avec ces nouvelles périodes, nous nous donnons les moyens de notre ambition, puisqu’elles permettront d’augmenter la capacité installée de plus de 20 %, pour près de 2 GW. Les cahiers des charges seront publiés prochainement sur le site de la Commission de régulation de l’énergie », explique la ministre dans un communiqué. Dans le détail, pour les projets au sol, une nouvelle période d’appel d’offres sera ouverte en janvier 2020 pour une puissance appelée de 850 MW et une seconde en juin 2020 pour 1 GW. Du côté des projets sur bâtiment, une nouvelle période de l’appel d’offres aura lieu en février 2020 pour 300 MW, après une période déjà prévue de 300 MW en octobre 2019. Une bonne nouvelle pour la filière alors que le Tableau de bord du solaire photovoltaïque pour le 2e trimestre 2019, publié le 30 août par le Service de la donnée et des études statistiques (SDES) affiche des résultats en demi teinte. Certes, la production d’électricité d’origine solaire photovoltaïque s’élève à 6 TWh sur le premier semestre 2019 (+23 % par rapport aux 6 premiers mois de 2018), mais « des conditions d’ensoleillement très favorables » sont à l’origine de cette forte hausse. Plus inquiétant, « au cours du premier semestre, [seuls] 397 MW supplémentaires ont été raccordés, contre 490 MW en 2018 sur la même période ». Gageons que ces nouveaux appels d’offres inverseront, à terme, cette dynamique.

  • ERD – Engie se renforce en Afrique avec l’acquisition de Mobisol 5 septembre 2019

    Engie a annoncé le 3 septembre l’acquisition de Mobisol, une entreprise spécialisée dans le développement de technologies solaires hors réseau. Le groupe renforce ainsi son positionnement en Afrique sur l’électricité rurale décentralisée (ERD). Mobisol est en effet présente en Tanzanie, au Rwanda et au Kenya et a déployé « plus de 150 000 installations solaires domestiques, fournissant une énergie propre et fiable à plus de 750 000 personnes en Afrique subsaharienne », explique, dans un communiqué, Engie. Le groupe était présent jusqu’ici dans 6 pays africains (Ouganda, Zambie, Nigeria, Bénin, Côte d’Ivoire et Mozambique) à travers sa filiale d’installations solaires domestiques Fenix International. Engie peut également s’appuyer, sur ce continent, sur Engie PowerCorner, spécialisé dans les mini-réseaux intelligents alimentés par l’énergie solaire et le stockage par batteries.

  • ÉVÉNEMENT – On en sait plus sur les JNPV 2019 5 septembre 2019

    À noter, la 9e édition des Journées nationales du photovoltaïque (JNPV 2019) aura lieu du mardi 3 au vendredi 6 décembre 2019 à Dourdan (91). La date limite des résumés de soumission est arrêtée au 20 septembre (à minuit). Les présentations (invitées, orales et par affiche) seront sélectionnées par le Comité scientifique des JNPV sur la base d’un résumé à déposer dès à présent sur le site des JNPV. Le programme sera ensuite dévoilé du 21 au 26 octobre 2019 sur ce site. Pour ce qui est des inscriptions, leur ouverture est imminente. Le 15 novembre est la date limite des inscriptions au tarif préférentiel et la clôture définitive des inscriptions sera le 22 novembre. Enfin, les résumés des communications et le visionnage des présentations orales des éditions précédentes sont disponibles ici.

JUILLET 2019

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE JUILLET

Voir actus
  • CHINE – Un mur-rideau photovoltaïque de 460 kW 11 juillet 2019

    Le chinois Hanergy Thin Film Power, filiale du groupe spécialisé dans les énergies renouvelables Hanergy, a terminé l’installation d’un mur-rideau photovoltaïque de 460 kW sur les façades d’un immeuble en Chine, selon un communiqué de l’entreprise publié le 4 juillet (chinois). L’immeuble, celui de l’institut de recherche conjointe du parc chinois international d’innovation pharmaceutique de la ville de Nanchang (province du Jiangxi), a ainsi vu ses façades couvertes sur 6 000 m2 par 4 600 modules Oerlikon de la série HanWall, d’une puissance de 100 W chacun, utilisant des cellules CIGS (cuivre, indium, gallium, sélénium) en verre. Le projet est « le plus grand mur-rideau photovoltaïque du pays », selon l’entreprise. L’énergie produite sera utilisée pour l’éclairage intérieur, les systèmes de ventilation et de climatisation,  et permettra, selon le communiqué, de réduire les fuites d’énergie thermique vers l’extérieur. Les modules ont été disposés à chaque étage au niveau des trumeaux des fenêtres (espace entre deux fenêtres), afin de préserver l’apparence et la forme originales du mur-rideau du bâtiment. Hanergy avait présenté ses solutions BIPV (photovoltaïque intégré au bâtiment) au salon Intersolar Europe 2019, lors duquel il avait été nominé finaliste du prix Intersolar Award 2019, pour son produit HanTile.

  • AUTOCONSOMMATION – Pas de TICFE pour les tiers investisseurs 11 juillet 2019

    Le ministère de l’Action et des comptes publics a publié, au bulletin officiel des douanes du 9 juillet, une circulaire sur la Taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité (TICFE), qui précise notamment le régime fiscal applicable aux installations exploitées par des tiers investisseurs. Ainsi, le texte indique, aux paragraphes 18 et 19, que, concernant l’exonération de TICFE des petits producteurs d’électricité, « la loi n’impose pas que l’exploitant soit le propriétaire de l’installation. Dès lors, la circonstance qu’il dispose de l’installation au moyen d’une location ou d’un contrat de crédit de bail n’est pas de nature à faire perdre le bénéfice de la dispense. » Les petits producteurs d’électricité sont définis comme exploitant une installation dont la production de dépasse pas « 240 millions de kWh » (sic), ou dont la capacité est inférieure à 1 MW, et consommant l’intégralité de leur production. Cette clarification (attendue par la filière) ne manquera pas d’être abordée lors de la 2e Université d’été de l’autoconsommation photovoltaïque, organisée par Enerplan les 12 et 13 septembre, à Paris.

  • PV SUR BÂTIMENT – Saint-Étienne Métropole veut équiper 150 toitures 11 juillet 2019

    Saint-Étienne Métropole (SÉM) a annoncé le 5 juillet, dans un communiqué, l’installation du premier panneau photovoltaïque sur le toit du dépôt de la Société de transports de l’agglomération stéphanoise (Stas), le début d’un projet important de « solarisation du patrimoine immobilier », qui s’inscrit dans sa démarche de territoire à énergie positive (Tepos) lancée en 2014. À terme, la métropole prévoit de déployer des panneaux sur 150 toitures de bâtiments publics, dont notamment des sites emblématiques et une trentaine de bâtiments scolaires, qui représentent un potentiel de 150 000 à 200 000 m2 de surface à couvrir, soit une production estimée à 30 GWh. La première toiture à être couverte sera donc celle du dépôt de la Stas (bâtiment appartenant à SÉM), qui recevra cet été près de 5 000 panneaux sur 8 000 m2. L’électricité produite permettra non seulement de subvenir aux besoins du bâtiment, mais alimentera aussi le réseau de tramway électrique. La métropole prévoit d’équiper les premiers bâtiments dès 2019, la majorité des installations se feront ensuite en 2020.

  • MEXIQUE – Mise en service de la première centrale d’EDF Renouvelables 11 juillet 2019

    La première centrale photovoltaïque d’EDF Renouvelables au Mexique a été mise en service, a annoncé la compagnie dans un communiqué le 4 juillet. Le projet, situé dans l’état de Sonora, avait été remporté dans le cadre d’une enchère de la Commission fédérale de l’électricité (CFE) en 2016. La centrale, du nom de Bluemex, a une capacité de 119,6 MW et est composée de panneaux photovoltaïques produits par Canadian Solar Inc., qui a récemment conclu un accord de vente de 1,8 GW de panneaux avec EDF Renouvelables pour ses activités en Amérique du Nord. La mise en service de cette centrale permet à l’entreprise d’atteindre 1 GW de capacité éolienne et solaire au Mexique, pays dans lequel elle est implantée depuis 2001.

  • BONNES VACANCES ! – L’actu revient le 5 septembre 11 juillet 2019

    Votre rendez-vous hebdomadaire avec les dernières nouvelles du photovoltaïque revient dès le 5 septembre. Toute l’équipe de l’Observatoire des énergies renouvelables (Observ’ER) et du Journal du Photovoltaïque vous remercie pour votre fidélité et vous souhaite un très bel été !

  • PV SUR BÂTIMENT – Résultat décevant pour la 7e période de l’appel d’offres 4 juillet 2019

    La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a publié le 28 juin les résultats de la délibération du 25 avril sur la septième tranche de l’appel d’offres pour « centrales sur bâtiments, serres et hangars agricoles et ombrières de parking de puissance comprise entre 100 kW et 8 MW ». Cette tranche, comme la précédente, n’a pas réussi à faire le plein. Seuls 207,3 MW de projets ont été retenus (95,9 MW pour les projets de 100 à 500 kW, et 111,4 MW pour ceux de 500 kW à 8 MW), soit 69 % de l’objectif de 300 MW. 400 dossiers, pour un total de 223 MW, avaient été déposés, et 20 dossiers ont été éliminés. De plus, le prix moyen des projets est en forte hausse (entre + 19 et + 27 % selon la famille, par rapport à la dernière tranche où la puissance déposée dépassait la puissance demandée, soit la cinquième), ce que la CRE analyse comme « la conséquence de l’anticipation par les candidats du défaut de concurrence à la présente période de l’appel d’offres, dans la continuité des résultats observés à la sixième période. » En effet, « aucun frein conjoncturel pouvant justifier une telle hausse des coûts du solaire photovoltaïque n’a été identifié [et] les coûts déclarés par les candidats sont en légère baisse par rapport aux dossiers déposés aux précédentes périodes. » Cerise sur le gâteau, certains lauréats des périodes précédentes auraient abandonné leurs projets initiaux afin de se porter à nouveau candidat à la 7e période et obtenir un tarif supérieur à celui d’origine. En conclusion, la CRE recommande au ministère de déclarer cette période sans suite, c’est-à-dire de ne garder aucun lauréat, ou a minima de conserver seulement les projets dont le tarif de référence est inférieur aux tarifs maximaux demandés par les lauréats de la cinquième période, soit un total de 91 dossiers représentant 27,1 MW. Enfin, le régulateur recommande pour le futur d’appliquer un mécanisme de concurrence en cas de sous-souscription (élimination des 20 % des projets les moins bien notés, en puissance cumulée), de réduire les volumes recherchés, et de repousser la prochaine période de l’appel d’offres.

  • COUCHES MINCES – Armor lance une coentreprise à Dubaï 4 juillet 2019

    Le groupe français Armor, spécialiste des technologies d’impression, a annoncé, dans un communiqué le 1 juillet, avoir signé un accord avec la société émirienne Masar Printing and Publishing, afin de créer une coentreprise (détenue à 50 % par chacun des partenaires) qui commercialisera des films photovoltaïques souples et flexibles dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord). Cette coentreprise, qui devrait voir le jour d’ici la fin de l’année, sera située dans l’émirat de Dubaï, dont la stratégie énergétique vise 75 % d’énergie renouvelable dans la consommation totale d’ici 2050. Un des produits qui sera commercialisé est le film photovoltaïque organique souple ASCA® de Armor, qui, grâce à ses propriétés (transparent, ultra-mince) permettra notamment de couvrir les façades des nombreux gratte-ciels dubaïotes. Les deux partenaires envisagent également de déployer leurs solutions pour l’Exposition universelle de Dubaï de 2020. Plusieurs objectifs sont énoncés, notamment de vendre à terme 500 km2 de film par an, et de dépasser les 100 M€ de chiffre d’affaires. Masar Printing and Publishing pourra apporter son expertise du marché local, tandis qu’Armor contribuera à travers son savoir-faire en films photovoltaïques.

  • ÉMIRATS ARABES UNIS – Une centrale de 1,17 GW mise en service 4 juillet 2019

    Le gouvernement de l’émirat d’Abou Dabi, aux Émirats Arabes Unis, a annoncé le 29 juin avoir lancé la centrale photovoltaïque de Noor Abou Dabi, située à Sweihan et d’une puissance de 1 177 MW, sur son compte twitter, information reprise depuis dans la presse par AlBayan et The National. Marubeni (une des plus grosses entreprises de commerce du Japon), qui détient 20 % du projet, a également indiqué dans un communiqué le 1er juillet que « le plus grand projet solaire au monde » possède un total de 3,2 millions de panneaux photovoltaïques répartis sur une surface de 8 km2, et permettra de « réduire d’un million de tonnes les émissions de CO2 d’Abou Dabi ». Ce projet avait été annoncé en 2017. Il est codétenu par le chinois JinkoSolar (20 %), le japonais Marubeni (20 %) et Abu Dhabi Power Corporation (AD Power, 60 %). L’électricité produite par la centrale sera entièrement vendue à Emirates Water and Electricity Company (EWEC, ex-ADWEC), dans le cadre d’une convention d’achat d’électricité (PPA) de 25 ans.

JUIN 2019

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE JUIN

Voir actus
  • FRANCE – À Nantes, l’autoconsommation a bonne MIN 27 juin 2019

    Le 22 juin a eu lieu l’inauguration de la centrale de MINàWatt, qui va désormais alimenter le marché d’intérêt national (MIN) de Nantes, à Rezé (banlieue nantaise). La toiture du nouveau MIN est couverte par 31 000 m2 de panneaux photovoltaïques fabriqués non loin, à Saint-Herblain, par Systovi, dont 10 % appartiennent à MinàWatt. Ces 10 % alimenteront les réfrigérateurs du MIN en autoconsommation. Les 90 % restant appartiennent à Legendre Énergie et leur électricité sera réinjectée dans le réseau. MINàWatt est également un projet citoyen : la société est détenue par CoWatt, Énergies partagées, ainsi que les citoyens actionnaires. Ces derniers ont investi 120 000 euros (pour un investissement total de 730 000 euros) depuis le lancement de la participation citoyenne en septembre dernier. Le projet se félicite ainsi d’être le « plus grand projet d’énergie citoyenne en autoconsommation ». Parallèlement, le 26 juin ont été inaugurées les ombrières (40 000 m2) des parkings P2 et P3 du Zénith de Nantes, à Saint-Herblain, également réalisées par Legendre Énergie.

  • FINANCEMENT PARTICIPATIF – 1 M€ pour un parc au sol de 17 MW 27 juin 2019

    La plateforme d’investissement participatif dans les énergies renouvelables, Lendopolis, filiale de la Banque Postale, a levé un peu plus d’un million d’euros pour le projet de centrale solaire de 17 MW du développeur Urbasolar, récemment racheté par Axpo. « Il s’agit d’un montant record, toutes plateformes confondues, pour un financement participatif exclusivement local », annonce la filiale de la Banque Postale dans un communiqué du 25 juin. Cette centrale, dont l’investissement total est de 13,4 millions d’euros, est située à Nersac (Charente), et sa mise en service est prévue pour le mois de juillet 2019. Le projet est issu de la deuxième tranche de l’appel d’offres CRE 4 « PV Sol ». La campagne de financement participatif s’est étalée sur 3 mois de mars à juin 2019, et était ouverte aux habitants de la Charente et des départements limitrophes. Au total, ce sont 109 personnes qui ont décidé d’investir dans ce projet. Le recours au financement participatif permet, dans ce cas, aux développeurs de projets d’énergie renouvelable de voir leur tarif de rachat d’électricité majoré.

  • ENTREPRISE – Grosse augmentation de capital pour Voltalia 27 juin 2019

    Voltalia, producteur d’énergie et d’électricité renouvelables, a annoncé dans un communiqué du 24 juin le lancement d’une augmentation de son capital, d’un montant de 376 millions d’euros. L’objectif pour la compagnie est de financer ses objectifs de croissance à l’horizon 2023, et pour ceci « d’allouer au moins 300 millions d’euros des fonds levés à la construction de 1,6 GW de nouvelles capacités de production, au-delà d’1 GW installé en 2020. » Cette augmentation du capital se fait avec maintien du droit préférentiel de souscription, ce qui permettra aux actionnaires actuels de conserver leur part d’actions dans la société, s’ils le souhaitent. Creadev, à travers sa société Voltalia Investissement, a déjà annoncé sa souscription à hauteur de 250 millions d’euros, et demeurera donc vraisemblablement l’actionnaire principal du groupe, avec près de 70 % des actions. L’augmentation de capital, ouverte au public en France sur Euronext Paris, sera clôturée le 8 juillet à 18h. Cette nouvelle fait suite à l’annonce de l’acquisition envisagée par Voltalia de la société Helexia le mois dernier. « Une   nouvelle étape du développement de Voltalia s’engage. » déclare Sébastien Clerc, Directeur général de Voltalia, dans ce même communiqué. « Nous sommes prêts à saisir les opportunités dans un marché au potentiel considérable alors que les énergies renouvelables   sont désormais compétitives dans nos principaux marchés. »

  • AUTOCONSOMMATION – L’appel d’offres relancé 20 juin 2019

    Le ministère de la Transition écologique et solidaire a annoncé le 19 juin dans un communiqué vouloir relancer l’appel d’offres portant sur des installations renouvelables en autoconsommation. Cette annonce fait suite à la suspension de cet appel d’offres en avril dernier, décision prise au vu des résultats décevants des périodes précédentes. La sixième période portera sur 25 MW (contre 50 MW dans les cinq premières). Suite à une concertation avec la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et les professionnels du secteur, plusieurs changements ont été apportés au cahier des charges, notamment une sécurisation du plan d’affaires des projets, en intégrant une neutralisation d’éventuelles décisions futures du gouvernement relatives à la Contribution au service public de l’électricité (CSPE). De plus, le caractère compétitif de l’appel d’offres sera maintenu grâce à un nouveau mécanisme : seuls 80 % des dossiers les mieux notés seront retenus en cas de sous-souscription. Cependant, certains problèmes demeurent. Entre autres, la suppression attendue du seuil de 50 % d’autoconsommation, en dessous duquel la prime versée à l’exploitant diminue, n’a pas été annoncée (cf. article pp 12-13 dans le hors-série spécial autoconsommation du Journal du photovoltaïque, à paraître fin juin). La nouvelle mouture de l’appel d’offres n’a en tout cas pas besoin de repasser sous les fourches caudines de la Commission européenne – ce qui aurait pu être le cas avec des changements de plus grande ampleur – et pourra donc être opérationnel dès septembre, conformément au calendrier d’origine. Le syndicat Enerplan a salué la décision du ministère, pour la visibilité ainsi apportée à la filière. L’appel d’offres a pour but d’atteindre 450 MW de projets d’autoconsommation au total, et l’objectif inscrit dans la programmation pluriannuelle de l’énergie vise 65 000 à 100 000 sites photovoltaïques en autoconsommation d’ici 2023.

  • ÉTATS-UNIS – Les modules bifaciaux exemptés de droits de douane 20 juin 2019

    Le Bureau du représentant américain au commerce a publié le 13 juin une deuxième liste de produits exemptés de droits de douane sur les panneaux photovoltaïques. Ces droits de douane de 30 % avaient été introduits en janvier 2018 par le président des États-Unis sur tous les modules et cellules utilisant du silicium cristallin,  et une première liste de produits exemptés avait été publiée en septembre dernier. Cette deuxième liste inclut notamment les modules bifaciaux, ce qui pourrait augmenter leur compétitivité aux États-Unis face aux modules classiques. Le Bureau du représentant américain au commerce a annoncé dans la même notice ne pas accepter de nouvelles demandes d’exemptions de droits de douane à l’avenir, mais qu’il suivrait la situation de la filière avec attention, et qu’il reviendrait sur cette décision si nécessaire. Parallèlement, un rapport de la firme Wood Mackenzie publié le 18 juin a montré que le premier trimestre 2019 a établi un record pour l’industrie photovoltaïque américaine avec 2,7 GW de puissance installée, une augmentation de 10 % par rapport au premier trimestre 2018.

  • BELGIQUE – Inauguration du plus grand parc du Benelux 20 juin 2019

    Kristal Solar Park, le plus grand parc solaire photovoltaïque du Benelux avec une puissance de 99,5 MW, a été inauguré le 13 juin à Lommel, en région flamande. Ce parc a été développé par LRM, société d’investissements, la ville de Lommel et Nyrstar, compagnie minière et de métaux. Cette dernière profitera de l’électricité produite par le parc. Engie Fabricom (groupe Engie) s’occupe de l’installation et de l’exploitation des 303 000 panneaux photovoltaïques. Kristal Solar Park est situé dans la zone industrielle de Kristalpark III, et pourra fournir des clients additionnels au fur et à mesure qu’ils s’installent dans la zone. Pour Bob Nijs, bourgmestre de la ville de Lourmel, le parc représente une opportunité : « Nous permettons aux citoyens d’investir dans le projet dès cette année. Tout le monde n’a en effet pas la possibilité de placer des panneaux solaires, je pense par exemple aux personnes qui habitent en appartement ou dans une maison dont le toit n’est pas bien orienté. En ouvrant le parc solaire aux citoyens de Lommel, tout le monde peut investir dans l’énergie solaire. »

  • EU PVSEC – Lever de rideau sur le rendez-vous marseillais 13 juin 2019

    Une des conférences les plus importantes pour le photovoltaïque, EU PVSEC, se déroulera en septembre 2019 à Marseille. Réunissant chaque année un grand nombre de chercheurs et industriels du photovoltaïque, cette édition 2019 sera l’illustration de plusieurs changements majeurs pour la filière. Tout d’abord, au niveau technologique, une rupture se dessine avec les performances plus qu’encourageantes de l’hétérojonction (HJT) (24 % de rendement sur une ligne pilote industrielle). Ensuite, une possibilité pour l’Europe de bouleverser l’équilibre des puissances du secteur. Il y a « un enjeu d’industrialisation », a déclaré Florence Lambert, directrice du CEA-Liten et présidente de EU PVSEC 2019, à l’occasion de la conférence de presse qui s’est déroulée dans les locaux parisiens d’Observ’ER le 12 juin. Une stratégie européenne permettrait de développer en l’espace de 2 ans seulement une gigafactory (capacité de production de 1 GW), dont le coût est « à la portée des investisseurs privés », a précisé Florence Lambert. La Chine a pour l’instant un retard sur cette nouvelle technologie, qui nécessiterait de changer son appareil de production. « On est en pleine ébullition de la recherche amont », a poursuivi Daniel Lincot, directeur de recherche CNRS et directeur scientifique à l’Institut photovoltaïque d’Île-de-France (IPVF). En effet, les technologies de production d’électricité photovoltaïque sont foisonnantes, et on observe la convergence de secteurs auparavant séparés, comme par exemple le silicium cristallin et le silicium amorphe dans le cas de l’HJT. Et l’Europe est bien placée pour tirer son épingle du jeu. La conférence arrive en tout cas à un moment crucial pour le photovoltaïque et ses partenaires espèrent qu’elle aura un impact considérable. Daniel Lincot pose ainsi la question, en forme de vœu pieux : EU PVSEC 2019 serait-elle « la COP21 du PV » ?

  • AUTOCONSOMMATION – Inauguration d’un acteur important de la filière 13 juin 2019

    Après 7 mois d’activité, le français Reservoir Sun se pose en « opérateur incontournable [du]solaire en autoconsommation ». Née du partenariat entre Engie et GreenYellow, filiale énergie du groupe Casino, l’entreprise a été inaugurée le 6 juin à Marseille, ville dans laquelle elle est implantée depuis octobre 2018. Elle se spécialise dans l’utilisation des surfaces foncières des toitures et parkings pour développer l’autoconsommation solaire, à destination des entreprises et collectivités. Avec 100 millions d’euros investis dans le marché des installations de moyenne capacité, « c’est la première fois qu’un acteur s’engage autant dans l’autoconsommation en France auprès des entreprises et des collectivités ». Reservoir Sun a également pour ambition de participer au développement économique et social de la région à travers ses activités.

  • INDE – 1 GW aux enchères auprès des consommateurs finaux 13 juin 2019

    Première dans l’histoire du pays, la National Thermal Power Corporation (NTPC), le producteur d’électricité le plus important d’Inde, va vendre aux enchères des contrats long terme (ou PPA, power purchase agreement) pour la production de 1000 MW de projets photovoltaïques connectés au réseau. Seules les entités publiques pourront participer aux enchères. En 2017, NTPC avait rencontré des difficultés à trouver des clients pour 250 MW d’électricité photovoltaïque produite par Solairedirect (groupe Engie) dans l’État de Andhra Pradesh, les gestionnaires des réseaux de distribution prétextant avoir déjà rempli leurs obligations d’achat d’électricité renouvelable (RPO, renewable purchase obligation). NTPC souhaite éviter une situation similaire dans le futur. Cette enchère permet à NTPC de développer des liens avec des clients dans le secteur public, qui ont également des objectifs de RPO à atteindre à l’horizon 2022, et qui seront donc a priori enclins à acheter de l’électricité sous la forme d’un contrat d’achat sur le long terme.

  • FLOTTANT – EDP développe son premier projet à l’échelle des mégawatts 6 juin 2019

    Le fournisseur d’électricité portugais EDP souhaite développer un projet de panneaux photovoltaïques flottants sur le barrage Alqueva, dans le sud du pays, ont révélé nos confrères de PV Magazine. C’est le premier de cette envergure (4 MW) pour la compagnie, le précédent projet pilote (barrage Alto Rabagão) datant de 2016 ayant une capacité de 200 kW. Ces deux projets utilisent la technologie Hydrelio de la compagnie française Ciel & Terre, un des leaders mondiaux du photovoltaïque flottant. En France, le fabricant et distributeur exclusif de la technologie Hydrelio, Akuo Energy, a été le premier à développer un parc photovoltaïque flottant, d’abord dans le Vaucluse à Piolenc en automne 2018 (17 MW), puis à Mornant dans le Rhône (230 kW, exploité par la Compagnie nationale du Rhône) en mai 2019. EDF se penche également sur le photovoltaïque flottant et prévoit la mise en service d’une centrale flottante de 20 MW d’ici 2020, dans le cadre de son Plan Solaire annoncé en 2017.

  • AMÉRIQUE DU NORD – Canadian Solar vend 1,8 GW de panneaux photovoltaïques à EDF 6 juin 2019

    Le fabricant de panneaux photovoltaïques Canadian Solar, a signé un accord avec EDF Renewables North America, filiale du groupe EDF en Amérique du Nord, afin de leur fournir 1 800 MW de panneaux photovoltaïques sur plusieurs années pour leurs projets aux États-Unis, Canada et Mexique. Cet accord, le plus gros contrat unique d’approvisionnement de panneaux solaires jamais signé par l’entreprise canadienne, permettra à EDF Renewables North America de se fournir en panneaux BiHiKu (panneau polycristallin biface de plus de 400 W dévoilé l’an dernier) et HiKu jusqu’en 2023. Avec ce contrat, Canadian Solar dépasse la barre des 3 GW de panneaux solaires contractés pour le futur, explique le groupe dans un communiqué du 29 mai. Aux États-Unis, le marché du panneau solaire est en cours de redressement après que l’instabilité due à l’introduction de droits de douane supplémentaire sur les panneaux solaires en 2018 s’est dissipée, et que les producteurs de panneaux profitent du Solar Investment Tax Credit (ITC) à 30 % en 2019. Un mécanisme amené à diminuer sur les prochaines années.

  • FRANCE – Un classement des plus gros acteurs du photovoltaïque 6 juin 2019

    Finergreen, société de conseil spécialisée dans le financement des projets d’énergie renouvelable, a publié un classement des 25 premiers producteurs d’électricité solaire en France au 31 décembre 2018. Le document montre que 4 acteurs se placent en haut du classement à la fois en MW bruts (puissance installée détenue à plus de 50 %) et en MW nets (MW bruts multipliés par le pourcentage de détention), Engie, Tenergie, le Groupe Total et EDF Renouvelables. Il n’y a cependant pas d’acteur hégémonique sur le marché : les 25 premiers producteurs en France totalisent 55 % de la puissance installée, en MW bruts, et le premier acteur possède seulement 5,6 % du marché. Les acteurs étrangers sont également peu présents, seuls 9 d’entre eux entrent dans ce classement, le premier étant l’allemand Encavis qui arrive en huitième et septième place, dans les classements en MW bruts et nets, respectivement.

  • – COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Intersolar Europe 2019 : Sungrow présente l’onduleur string le plus puissant du monde 4 juin 2019

    Munich, mai 2019 : Sungrow, le premier fournisseur au monde de solutions d’onduleurs et de stockage d’énergie, a présenté l’onduleur string SG250HX, de 1500 Vdc au salon Intersolar Europe 2019. Cet onduleur de 250 kW est associé à une excellente performance et est désormais disponible en pré-vente. Les appareils seront livrés à partir du 3e trimestre.

    Le modèle SG250HX est l’onduleur string, 1500 Vdc le plus puissant au monde avec ses 250 kW. Avec leur tension d’entrée de 1500 Vdc et leur tension de sortie de 800 Vac, il est possible d’économiser sur les câbles DC et AC. L’onduleur présente une efficacité maximale de 99 % et est compatible avec les modules PV biface, ce qui augmente son rendement. Le système comporte par ailleurs 12 MPPT (Maximum Power Point Tracker) et peut s’intégrer à une configuration flexible en blocs totalisant jusqu’à 6,3 MW de puissance. Il s’adapte donc parfaitement à des installations PV en terrain accidenté par exemple.

    Grâce notamment à son indice de protection IP66 et à son degré de protection anti-corrosion C5, cet onduleur compact convient particulièrement aux conditions difficiles telles que les déserts et les zones côtières. Avec sa technologie de refroidissement par air forcé, le SG250HX peut fonctionner à des températures extrêmement élevées. Le système intègre aussi les fonctions de diagnostic de panne et de traceur de courbe IV, associées au dispositif de contrôle de Sungrow, qui facilite son fonctionnement et sa maintenance. La fonction anti-PID (anti-PID) intégrée limite nettement la dégradation des modules tandis que le Courant porteur en ligne (CPL) optionnel permet de réduire les coûts d’installation, sans nécessiter de câblage de communication supplémentaire. L’onduleur peut être relié à un dispositif de stockage par l’intermédiaire d’une interface de stockage intégrée et permet donc une évolution des installations aujourd’hui sans stockage.

    « C’est pour nous un immense plaisir de présenter une technologie d’onduleur string d’un genre nouveau sur le marché européen. Elle a le potentiel pour permettre à nos clients d’optimiser leur ROI » a indiqué Stefan Froböse, Directeur technique de Sungrow EMEA.

    L’Europe enregistre actuellement une hausse d’activité dans le domaine solaire non subventionné. Dans le même temps, les PPA (contrats d’achat direct d’électricité verte) privés gagnent en importance dans le domaine des énergies renouvelables. Sungrow s’est fixé comme objectif d’atteindre une parité réseau en Europe en proposant toujours plus d’innovations techniques et en faisant un pas de plus dans sa recherche internationale « d’énergie verte pour tous ».

    À propos de Sungrow

    Sungrow Power Supply Co., Ltd (« Sungrow » est l’un des premiers fournisseurs de solutions d’onduleurs au monde pour les énergies renouvelables, avec plus de 82 W installés dans le monde (mars 2019). Fondée en 1997 par le professeur Renxian Cao, Sungrow occupe désormais une place de leader dans la recherche et le développement d’onduleurs solaires. L’entreprise dispose ainsi des plus gros effectifs de R&D du secteur et d’un large portefeuille de produits pour des solutions d’onduleurs photovoltaïques et des systèmes de stockage d’énergie destinés à de grosses centrales PV, à des applications industrielles et à des installations dans des habitations privées, de même qu’à des centrales photovoltaïques flottantes, reconnues au plan international. Sungrow peut s’enorgueillir de 22 années d’expérience fructueuse dans le domaine photovoltaïque. Nos produits alimentent en énergie des installations PV dans plus de 60 pays et notre part de marché s’établit à plus de 15 %. Pour en savoir plus sur l’entreprise, consultez www.sungrowpower.com

MAI 2019

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE MAI

Voir actus
  • FRANCE – Un potentiel de 53 GW pour les friches et les parkings 29 mai 2019

    53 GW, soit 6 fois la puissance photovoltaïque installée en France à ce jour ! Tel est le potentiel de déploiement du photovoltaïque sur des zones délaissées (49 GW) et les parkings (4 GW) en métropole et en Corse, selon une étude de l’Ademe publiée vendredi 24 mai. « Les zones délaissées et les parkings offrent des surfaces avec peu de concurrence d’usage : soit les surfaces ne sont plus utilisées (zones délaissées), soit une installation photovoltaïque peut fonctionner en parfaite cohabitation avec l’usage premier du site (parkings avec ombrières photovoltaïques) », explique ce rapport. L’étude a permis de recenser 17 764 sites « propices à l’installation d’une centrale photovoltaïque » : 2/3 sont des zones délaissées qui peuvent accueillir des installations au sol et 1/3 des parkings. Si une grande majorité des départements français (74 sur 97) dispose d’un gisement supérieur à 100 MW, d’importantes disparités existent avec un potentiel plus fortement concentré dans certaines régions, notamment près de grandes zones urbaines (Ile-de-France, Gironde) et dans les anciennes régions industrielles (Nord et Est). Enfin, « la grande majorité́ des sites dispose d’une surface relativement modeste puisque 70 % présentent un potentiel compris entre 0,5 et 2,5 MW », détaille l’Ademe.

  • ZNI – Ouessant, bientôt à 70 % 29 mai 2019

    Le producteur d’énergie renouvelable Akuo Energy et la PME bretonne spécialisée dans l’hydrolien Sabella ont signé un accord de partenariat en vue d’alimenter à hauteur de 70 % l’île d’Ouessant en électricité d’origine renouvelable en 2023. Cette signature intervient dans le cadre du projet multi-énergies PHARES. Il est en effet composé de volets hydrolien, éolien et photovoltaïque afin de répondre à la demande en énergie renouvelable de l’île, habitée à l’année par 800 personnes. PHARES a également « pour ambition de démontrer la pertinence d’un modèle énergétique hybride dans un contexte insulaire », notamment grâce à un dispositif de stockage, explique Akuo Energy dans un communiqué. Le projet comprend deux hydroliennes Sabella D12 de 500 kW chacune, une éolienne de 900 kW, 500 kW d’un mix solaire photovoltaïque innovant et une capacité de stockage de 2 MWh.

  • NOUVEAUX SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES – Signature du Contrat stratégique de la filière 29 mai 2019

    Le contrat stratégique de la filière « Industries des nouveaux systèmes énergétiques » a été signé le 29 mai par le gouvernement, le Comité stratégique de filière (CSF) des industries des nouveaux systèmes énergétiques et les syndicats. La filière « Industries des nouveaux systèmes énergétiques » regroupe les industriels des secteurs de l’efficacité énergétique, du stockage de l’énergie, des énergies renouvelables et des réseaux énergétiques intelligents. Dans un communiqué, le ministère de la Transition écologique et solidaire explique que les acteurs industriels mobilisés dans le CSF s’engagent ainsi à déployer un plan d’actions ambitieux qui s’organise autour de 4 axes : développer une offre compétitive d’énergie renouvelable par rapport aux énergies carbonées ; construire une industrie de l’efficacité énergétique et des smart grids permettant l’auto-financement de la transition énergétique ; choisir la réindustrialisation plutôt que la dépendance technologique ; fédérer la filière pour mutualiser objectifs et dynamiques.

  • RECHERCHE – Lancement d’Epki, initiative européenne sur les pérovskites 23 mai 2019

    Les nombreux partenaires de l’European perovskite initiative (Epki) ont annoncé le 15 mai le lancement de cette initiative  pour le développement de la technologie solaire à base de pérovskites. Parmi eux, on retrouve le CEA Ines (Institut national de l’énergie solaire), l’Institut photovoltaïque d’Île-de-France (IPVF) et ses nombreux partenaires. Mais aussi de nombreux partenaires européennes, dont, notamment, Solliance (consortium basé au Benelux et qui compte parmi ses membres le néerlandais TNO et le belge Imec), l’université d’Oxford (Royaume-Uni), École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) et le Fraunhofer-ISE (Allemagne). « Les cellules solaires à base de pérovskites ont fait d’énormes progrès au cours de la dernière décennie, atteignant des efficacités exceptionnelles de 24,2 % en laboratoire début 2019 en architecture monojonction, et 28 % en configuration tandem (pérovskite associée au silicium cristallin), ce qui en fait la technologie solaire la plus avancée à ce jour », explique l’IPVF dans un communiqué. Epki se fixe 3 objectifs : sensibiliser l’opinion au photovoltaïque à base de pérovskite en transmettant une vision commune à travers l’édition d’un livre blanc européen commun ; soutenir et lancer des initiatives industrielles photovoltaïques de prochaine génération ; faciliter les programmes de recherche collaboratifs et les synergies entre universités, instituts et entreprises.

  • ENTREPRISE – Voltalia sur le point d’acheter Helexia 23 mai 2019

    Voltalia a annoncé le 23 mai être entré en « négociations exclusives en vue de l’acquisition de la société Helexia », spécialisée dans le solaire photovoltaïque sur toiture et les services d’efficacité énergétique. « Voltalia entend construire une plateforme capable, en Europe comme dans les pays émergents, de proposer aux entreprises de l’électricité renouvelable bon marché (contrats d’achat direct d’électricité), des toitures solaires destinées à l’autoconsommation comme à l’injection sur le réseau, ainsi que des services de maîtrise de l’énergie afin de s’adapter à la nouvelle donne énergétique », précise le groupe dans un communiqué. Helexia, actuellement détenu par la famille Mulliez via Creadev, qui est aussi l’actionnaire majoritaire de Voltalia, gère 51,4 MW en France, Belgique, Italie et Portugal, et 7,5 MW en construction. « À ce jour, 35 % de la capacité installée d’Helexia est située sur les toitures des enseignes contrôlées par la famille Mulliez : Auchan, Decathlon, Leroy-Merlin, Boulanger… Ces enseignes disposent de nombreux bâtiments dans plus de 50 pays, pour lesquels Helexia continuera de proposer ses services. » La finalisation de l’opération est attendue pour le troisième trimestre 2019.

  • MAROC – On connaît le vainqueur des 800 MW de Noor Midelt I 23 mai 2019

    L’Agence marocaine des énergies durables (Masen) a choisi le consortium réunissant EDF (via sa filiale EDF Renouvelables), le Dubaïote Masdar et le développeur marocain Green of Africa pour assurer la conception, la construction et l’exploitation-maintenance de la première phase du complexe solaire multi-technologies de Noor Midelt. Cette première phase du projet représente 800 MW de photovoltaïque et solaire à concentration (CSP). « Le mode d’hybridation de ces technologies constitue une première mondiale », affirme EDF dans un communiqué. Le début de la construction est prévu pour le quatrième trimestre 2019 pour une mise en service en 2022. L’ensemble de l’investissement prévu sur le projet Noor Midelt I se monte à 7,57 milliards de dirhams, soit 700 millions d’euros. Il sera assuré notamment par la banque allemande de développement KfW, la Banque européenne d’investissement (BEI), l’Agence française de développement (AFD), la Commission européenne, la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et le Fonds des technologies propres.

  • MONDE – SolarPower Europe prédit 1,3 TW en 2023 16 mai 2019

    Dans une publication du 14 mai, SolarPower Europe prévoit l’ajout de 800 GW de nouvelles capacités photovoltaïques dans le monde au cours de cinq prochaines années. Le marché mondial du solaire devrait ainsi atteindre une capacité installée de 1,3 TW en 2023. Pour 2018, 100 GW de solaire ont été mis en service, permettant à la filière de dépasser le cap des 500 GW de capacités installé. Ce, malgré le ralentissement constaté en Chine et, dans une moindre mesure, en Inde et au Japon, explique l’association européenne de promotion de la filière. « En 2018, onze pays ont installé plus de 1 GW de nouvelles capacités solaires, ce qui fait deux de plus qu’en 2017 », se réjouit SolarPower Europe, qui prédit que seize pays dépasseront le GW en 2019. L’association met également les nouveautés de 2018 : la compétitivité du solaire, l’importance prise par les PPA (power purchase agreements), l’émergence du solaire flottant et la conquête de nouveaux marchés émergents.

  • START-UP – Sunbooster n’a pas froid aux yeux 16 mai 2019

    Sunbooster a annoncé l’entrée dans son capital d’Expanso Capital (filiale d’investissement de la Caisse d’Épargne Aquitaine Poitou-Charentes). « Cette augmentation de capital co-souscrite par les trois associés fondateurs de la start-up, permettra à Sunbooster de renforcer ses fonds propres de près d’un million d’euros afin de déployer sa stratégie de croissance », explique l’entreprise dans un communiqué publié le 9 mai. Basée à Artigues près Bordeaux, Sunbooster a développé une solution brevetée qui permet d’augmenter la production électrique annuelle des installations solaires de près de 10 % par refroidissement des modules solaires avec de l’eau de pluie. La start-up indique avoir « déjà installé plusieurs MW notamment sur des toitures. Elle finalise actuellement des projets d’envergure qui devraient être opérationnels d’ici quelques semaines et compte étendre son offre aux centrales au sol de grand format. »

  • ENTREPRISE – Entre Armor et Opvius, ça pourrait devenir organique 16 mai 2019

    L’entreprise nantaise Armor et l’allemand Opvius ont  annoncé avoir signé « une lettre d’intention en vue d’un rapprochement qui permettrait d’incorporer l’activité de développement, d’intégration et de commercialisation des films photovoltaïques organiques souples d’Opius dans celle d’Armor. » L’objectif annoncé est de « mutualiser les savoir-faire. » Pour l’entreprise française, l’enjeu est de « franchir une nouvelle étape pour devenir le leader mondial du photovoltaïque organique souple. » Le nouvel ensemble rassemblerait « la capacité de production industrielle » d’Armor de film ASCA® et « l’expérience d’intégration des films photovoltaïques organiques » d’Opvius. Les deux entreprises se sont donné jusqu’à juillet 2019 pour négocier ce rachat.

  • PARTICIPATIF – Des projets de financement à la pelle 9 mai 2019

    Quadran a annoncé le 6 mai le lancement d’une campagne de crowdfunding pour Merle Sud, un projet de centrale photovoltaïque de 12 MW, situé sur la commune de Saint Magne, et qui viendra compléter la centrale solaire du Sénéguier, en exploitation depuis juillet 2018. Cette campagne vise à lever, via WiSEED, 200 000 € auprès des habitants de la région Nouvelle Aquitaine. Ceux-ci se verront proposer un rendement annuel de 5 % (hors frais de plateforme et/ou fiscalité) sur une durée de 3 ans. La collecte sera ensuite – à fin mai – ouverte à toute la France si les riverains n’ont pas investi l’ensemble du montant recherché. Côté Hauts-de-France, la ville de Fourmies lance le 17 mai une campagne de financement participatif en prêts pour les toitures photovoltaïques de deux écoles (98 kW en tout). Cette campagne, orchestrée par Lendosphere et qui a pour objectif de collecter 48 000 € (sur un investissement total de 120 000 €), est réservée aux habitants des Hauts-de-France avec une exclusivité pour les Fourmisiens. Ils pourront prêter entre 5 € et 2 000 €, pour une durée de 4 ans, explique Lendosphere dans un communiqué du 9 mai.

  • AUTOCONSOMMATION – EDF inaugure la « plus importante » opération collective de France 9 mai 2019

    Le groupe EDF et Logis Cévenols ont annoncé le 7 mai l’inauguration d’une installation d’autoconsommation collective de 100 kW, soit 600 m2 de panneaux photovoltaïques, à Alès, en Occitanie. « Les 100 logements de la résidence bénéficient à présent d’une énergie autoproduite grâce à des panneaux photovoltaïques. Les installations doivent couvrir jusqu’à 20 % des besoins en électricité de chaque foyer et la majeure partie des consommations des parties communes, permettant une économie moyenne de 100 euros par foyer et par an », précisent les 2 partenaires. L’installation alimente en effet en électricité les logements et les parties communes des cinq cages d’escalier. Un système de pilotage de l’installation répartit la production photovoltaïque entre les locataires (et les parties communes). « Cette répartition est rendue possible en activant au bon moment chacun des ballons d’eau chaude individuels, de façon à stocker le surplus d’énergie produite dans la journée et s’assurer ainsi que les kWh produits pendant la journée ne soient pas perdus. »

  • ENTREPRISE – Axpo officialise le rachat d’Urbasolar 9 mai 2019

    L’énergéticien suisse Axpo avait récemment exprimé son souhait de racheter le développeur français spécialiste du photovoltaïque Urbasolar, c’est désormais chose faite ! Axpo a ainsi conclu un accord avec Urbasolar pour racheter 100 % des parts de la PME française, selon deux communiqués distincts publiés le 2 mai par les deux entreprises, lesquelles n’ont dévoilé aucun détail financier sur l’opération, qui doit encore obtenir le feu vert réglementaire. Ce rachat permet en tout cas à Axpo d’acquérir une entreprise française bien connue du monde du photovoltaïque, car Urbasolar est régulièrement retenue dans les appels d’offres français, quelles que soient les catégories de centrales solaires.

AVRIL 2019

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE AVRIL

Voir actus
  • FRANCE – Le GPPEP veut des délais de rétractation sur les foires et salons 30 avril 2019

    Le Groupement des particuliers producteurs d’électricité photovoltaïque (GPPEP) a lancé le 29 avril une grande campagne de communication et de sensibilisation concernant l’absence de délais de rétractation sur les foires et salons. L’association profite de l’ouverture de la foire de Paris, le 27 avril, pour communiquer auprès des médias, les associations de consommations et les acteurs de la filière. Le GPPEP sensibilise aussi les élus par l’envoi de courriels comme celui-ci. « Le principal frein au développement des énergies renouvelables, et plus particulièrement du photovoltaïque, dans le résidentiel est dû aux agissements d’une minorité de sociétés ‘’éco-délinquantes’’ », explique le GPPEP qui dénonce un nombre croissant de ces agissements délictueux de ces sociétés dans les foires (260 pour l’année 2018, plus de 63 rien que pour les 4 premiers mois de 2019). Dans ce cadre, le GPPEP souhaite que soit appliqué « lors d’un achat sur foire ou salon, les délais de rétractation appliqués dans le droit commun (14 jours). » Plus généralement dans le domaine des énergies renouvelables, « le comportement de certaines sociétés doit être surveillé et quelques améliorations pourraient être apportées », ajoute l’association. Elle propose notamment : d’étendre le champ de compétences du médiateur national de l’énergie aux litiges concernant la production d’énergie dans le secteur résidentiel, de donner aux services de l’état les moyens nécessaires pour punir les agissements des sociétés ‘’éco-délinquantes’’ » ; de mettre en place, avec les organismes de crédit, des procédures de contrôle conditionnant le versement des fonds empruntés à l’obtention des résultats annoncés lors de la vente.

  • ÉVÉNEMENT – Les EnR entrent au ministère des Affaires étrangères 30 avril 2019

    Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a annoncé qu’il organisait le 11 juin une rencontre sur le thème : « L’expertise française dans les énergies renouvelables, une offre de pointe adaptée aux besoins les plus spécifiques. ». L’événement aura lieu au quai d’Orsay et sera clôturé par le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. « Ce temps d’échange a vocation à réunir les entreprises françaises qui disposent d’un savoir-faire innovant et de pointe dans le domaine des énergies renouvelables et les ambassades étrangères qui souhaitent découvrir les technologies les plus adaptées au contexte et aux particularités de leur pays », explique le ministère dans un communiqué. « Seront notamment présentées les entreprises disposant de technologies à même de satisfaire des besoins spécifiques (notamment territoires insulaires, conditions climatiques extrêmes, zones isolées) et les échanges seront approfondis au cours de speed-meetings. »

  • FRANCE – Recom augmente sa capacité de fabrication de modules solaires 30 avril 2019

    Recom, le repreneur en 2017 de l’usine de modules photovoltaïques Sillia de Lannion (Bretagne), a annoncé qu’il allait augmenter sa capacité de production de 50 à 300 MW. Recom vise également à développer 1 GW de projets solaires en France au cours des prochaines années, explique le groupe dans un communiqué. Il ajoute qu’à la fin de l’an dernier, « Recom-Sillia a reçu, par appel d’offres, un projet de 150 MW cumulés dans toute la France, dont l’un (de 45 MW) est déjà en construction et sera terminé mi 2019. » L’entreprise, qui exerce des activités de fabrication dans plusieurs pays et dispose de bureaux de vente en Europe, aux États-Unis, en Asie et dans les régions EMEA, a également annoncé le déménagement de son siège à Lannion.

  • AUTOCONSOMMATION – Les appels d’offres sont suspendus 25 avril 2019

    Le Ministère de la Transition écologique et solidaire a décidé de suspendre les prochaines périodes de l’appel d’offres dédié à l’autoconsommation et l’a annoncé via la Commission de Régulation de l’Energie (CRE). Elles reprendront lorsque des améliorations auront été apportées aux modalités de cet AO. Cette nouvelle tombe comme un couperet mais n’est pas forcément une surprise, car les précédentes tranches de cet AO ne rencontraient pas le succès escompté. Ainsi, lors de la 5ème période, clôturée en janvier 2019, seuls 33 dossiers conformes avaient été déposés par 7 acteurs, pour une puissance cumulée de 15,3 MW, alors que 50 MW étaient appelés. La CRE, qui émettait des avis défavorables sur cet appel d’offres, estimait que la sélection par le prix ne pouvait se faire dans ces conditions. D’après un représentant de la filière, les professionnels répondaient peu à ces appels du fait de la pénalité en cas d’injection dans le réseau et d’une « incertitude juridique quant à la maitrise d’ouvrage ». Désormais, la CRE et les professionnels du photovoltaïque réfléchissent de concert pour améliorer les modalités de l’AO.

  • ENTREPRISES – Axpo a des vues sur Urbasolar 25 avril 2019

    L’énergéticien suisse Axpo souhaite racheter le développeur français spécialiste du photovoltaïque Urbasolar. Les deux entreprises en sont au stade des négociations exclusives et ont convenu de ne divulguer aucune information financière quant à la transaction. Cela permet au groupe suisse, déjà présent sur l’hydroélectricité, la biomasse et l’éolien, de continuer sa stratégie de diversification dans les énergies renouvelables et de s’ouvrir au solaire. Spécialisé dans la fourniture d’électricité aux entreprises et grands comptes, le groupe souhaite également développer les contrats de vente d’électricité de gré-à-gré (Power Purchase Agreement, PPA). Ce rachat permettrait à Axpo d’acquérir une entreprise française bien connue du monde du photovoltaïque, car Urbasolar est régulièrement retenue dans les appels d’offres français, quelles que soient les catégories de centrales solaires.

  • MONDE – Le demi térawatt atteint en 2018 25 avril 2019

    L’IEA PVPS a publié ses premiers chiffres du marché photovoltaïque mondial. 99,8 GW ont été installés en 2018, permettant à la capacité totale du globe d’atteindre 505 GW. En 2017, 98,9 GW avaient été installés. L’année 2018 est caractérisée par un déclin du marché chinois (45 GW installés en 2018), qui a été compensé par des installations plus importantes dans différents marchés émergents : l’Inde (10,8 GW), l’Australie (3,8 GW), le Mexique (2,7 MW) et la Corée (2,0 GW). Au total, le photovoltaïque permet de répondre à 2,6% de la demande électrique mondiale. Il pourrait devenir une source majeure d’énergie sur différents marchés du fait de son développement extrêmement rapide.

  • ÉVÉNEMENT – La communauté CIGS bientôt à l’honneur à Paris 18 avril 2019

    L’Institut photovoltaïque d’Île-de-France (IPVF) organise à l’École Polytechnique (Palaiseau) les 23 et 24 mai 2019, en partenariat avec le Centre Helmholtz de Berlin (HZB) et le Centre de recherche sur l’énergie solaire et l’hydrogène du Bade-Wurtemberg (ZSW), les prochaines rencontres de la communauté mondiale du CIGS : IW-CIGSTech 10 – 10th International Workshop on CIGS Solar Cell Technology. Pour cette première édition en dehors des frontières allemandes, les représentants des instituts de recherche et des principales entreprises de la filière discuteront du développement de la technologie CIGS dans ses aspects scientifiques (rendements, choix de matériaux, cellules tandem, etc.) et industriels (fabrication, challenges industriels, perspectives, etc.). Au programme également, des plages de discussion et des présentations, pour lesquels les jeunes scientifiques et les étudiants sont les bienvenus. Programme et inscription : www.iw-cigstech.org

  • ENTREPRISE – Sun’R lance son offre de fourniture d’électricité verte 18 avril 2019

    Sun’R a annoncé le 18 avril le lancement de Volterres, une offre de fourniture d’électricité qui affiche l’ambition d’« approvisionner entreprises et collectivités avec de l’électricité verte générée sur leur territoire par des centrales éoliennes, solaires, biomasses et hydroélectriques de producteurs indépendants. » L’affectation de l’électricité verte « est certifiée en temps réel par la blockchain via une plateforme propriétaire et des algorithmes développés en interne », précise le producteur indépendant d’énergies renouvelables. « L’électricité fournie par Volterres est en priorité issue de sources renouvelables locales. Lorsque ces moyens ne sont pas suffisants pour couvrir les besoins de consommation, le complément d’électricité est acheté sur les marchés pour assurer une continuité d’approvisionnement, en toute transparence », explique Sun’R. L’offre de fourniture d’électricité est à prix fixe, sur des durées d’engagement de 1, 2 ou 3 ans. Elle est conçue pour être adaptée à chaque site, « en fonction des profils de consommation et des préférences de chaque client ». Sa commercialisation a démarré le 18 avril, pour un début d’approvisionnement dès fin 2019.

  • ENTREPRISE – Le million pour SolarEdge 18 avril 2019

    SolarEdge a annoncé avoir atteint le million de sites photovoltaïques supervisés par ses onduleurs. Ce million de sites photovoltaïques a produit « 14 TWh d’énergie, ce qui a permis de réduire les émissions de CO2 de près de 6,5 milliards de tonnes, soit l’équivalent de plus de 20 000 000 arbres plantés », explique l’entreprise dans un communiqué.

  • FRANCE – Bientôt neuf centrales citoyennes à Paris 11 avril 2019

    « Enercitif a été sélectionné par la ville de Paris pour installer ses premières centrales solaires sur les toits de 9 établissements scolaires, pour un montant total d’investissement de 1 M€. Le choix a été entériné par un vote au Conseil de Paris du 2 avril 2019 », a annoncé le lendemain la « première coopérative parisienne d’énergie renouvelable », ainsi qu’elle se présente. Paris mettra en effet à disposition les toitures de neuf écoles, collèges et centre d’animation parisiens, pour une durée de 20 ans et pour une puissance totale installée de près de 600 kW, soit 3 000 m² de panneaux solaires et dont Enercoop achètera l’électricité produite. Le Conseil de Paris a également décidé d’attribuer un cofinancement. Ainsi l’investissement « sera assuré conjointement par les citoyens regroupés au sein de la coopérative et par la Ville », a-t-elle ajouté. Les Parisiens sont en effet invités à rejoindre la coopérative d’ici à fin juillet. « Pour la première vague de 9 centrales,  100 000 € sont proposés à l’épargne citoyenne d’ici l’été. Et pour qu’un maximum de personnes puissent participer à l’aventure, les souscriptions sont limitées à 1 000 € par personne », explique Enercitif. Côté calendrier, « la plupart des centrales seront mises en service d’ici début 2020. » Précision : les panneaux photovoltaïques seront de fabrication française, avec un « bilan carbone vertueux » et deux centrales seront développées sur des toitures végétalisées.

  • FRANCE – Inauguration du « plus important projet d’ombrières de France » 11 avril 2019

    Neoen a annoncé le 9 avril l’inauguration de la centrale d’ombrières photovoltaïques de Corbas, d’une puissance totale de 16 MW, ce qui en fait « le plus important projet d’ombrières de France. » Ce projet, mené conjointement entre les entreprises Neoen (propriétaire de la centrale), le Groupe Charles André (prestataire de logistique et de transport) et Bouygues Energies et Services (construction, exploitation et maintenance), couvre une surface de 12,5 hectares. 37 620 panneaux Sunpower, répartis sur 61 ombrières, protègeront ainsi des intempéries 4 600 véhicules neufs stockés par le Groupe Charles André. « Les riverains ont été associés au financement du projet et ont apporté 1,2 million d’euros sous forme de financement participatif », précise Neoen dans un communiqué.

  • MONDE – 2018, année du solaire, selon l’Irena 11 avril 2019

    Les capacités de production solaire ont augmenté de 94 GW en 2018, soit une croissance de 24 %, selon les Statistiques de capacité renouvelable 2019, récemment publiées par l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena). « L’Asie se taille toujours la part du lion avec 64 GW, soit 70 % de la croissance mondiale. Dans la continuité de la tendance observée l’année dernière, la Chine, la République de Corée, l’Inde et le Japon forment le plus gros de la croissance. Les pays montrant une croissance notable sont les États-Unis d’Amérique (+8,4 GW), l’Australie (+3,8 GW) et l’Allemagne (+3,6 GW). Parmi les autres pays, il faut citer le Brésil, l’Egypte, le Pakistan, le Mexique, la Turquie et les Pays-Bas », détaille l’Agence. S’agissant de l’ensemble des énergies renouvelables, 171 GW de capacités nouvelles ont été installés l’an dernier, soit une croissance de 7,9 % dont l’essentiel (84 %) résulte de la mise en place de nouvelles installations solaires et éoliennes. « À l’échelon mondial, le tiers de la capacité de production énergétique fait aujourd’hui appel à des sources d’énergie renouvelables », précise l’Irena.

  • ENTREPRISE – EDF Renouvelables prend le contrôle de Luxel 4 avril 2019

    EDF Renouvelables a annoncé le 1er avril avoir finalisé le rachat de 100 % du capital du Groupe Luxel. Grâce à cette acquisition, l’énergéticien atteint 320 MW bruts de capacités photovoltaïques en France, réparties sur plus d’une centaine d’installations. Le groupe augmente également d’environ 900 MW bruts son portefeuille de projets photovoltaïques en développement, détaille un communiqué. Luxel détient un parc de près de 90 MW bruts et exploite près de 130 MW, majoritairement dans le sud de la France. L’entreprise emploie une équipe d’une quarantaine de spécialistes du photovoltaïque, répartis entre 6 agences de développement et le siège social, situé à Pérols (Hérault). « Cette opération a pour objectif de permettre à EDF Renouvelables d’accélérer sa montée en puissance dans le photovoltaïque en France. Au travers de cette acquisition, le groupe EDF souhaite se donner des moyens complémentaires pour mettre en œuvre son Plan Solaire, qui vise à atteindre 30 % de parts de marché dans le solaire en France entre 2020 et 2035 », affirme EDF Renouvelables.

  • ALLEMAGNE – Rebond du prix moyen lors de la dernière enchère 4 avril 2019

    Le prix moyen du dernier appel d’offres pour des installations photovoltaïques en Allemagne est ressorti à, en forte hausse par rapport à la précédente enchère (à 65,9 €/MWh contre 48 €/MWh), a indiqué l’Agence fédérale des réseaux (BNetzA) le 28 mars. Il s’agit du 2e appel d’offres de 2019 (clos le 1er mars dernier) pour des installations photovoltaïques de plus de 750 kW. 121 projets totalisant une capacité de 505 MW ont été retenus, pour un volume cible de 500 MW. 163 offres totalisant 870 MW avaient été déposées. L’appel d’offres était donc une nouvelle fois sur-souscrit. 17 offres (192 MW) ont été exclues de l’enchère tout comme de nombreux projets sur des terrains agricoles en Bavière, le quota fixé par le gouvernement régional étant déjà souscrit. « Il y a apparemment toujours assez de projets solaires dans les tuyaux pour absorber le volume supplémentaire prévu dans la récente loi globale sur l’énergie (Energiesammelgesetz) et assurer la compétitivité lors des procédures d’appel d’offres », explique, dans un communiqué du 28 mars, Jochen Homann, président de la Bundesnetzagentur. Sur l’ensemble des projets déposés, les prix s’étalaient de 39 €/MWh à 84 €/MWh (contre 41,10 à 51,80 €/MWh pour la session précédente).

  • MAROC – Une première centrale pour Greenyellow 4 avril 2019

    GreenYellow, filiale du Groupe Casino, a inauguré sa première centrale photovoltaïque au Maroc, dans le cadre d’un partenariat avec la Société des Boissons du Maroc, sur son site de Tit Mellil (Casablanca). La centrale a été conçue et réalisée par la filiale marocaine du groupe français. « Composée de 2208 panneaux sur une surface de 7 000 m2 et d’une puissance installée de 596 kW, elle couvre environ 17 % de la consommation électrique du processus de fabrication de SBM », précise GreenYellow dans un communiqué du 4 avril et qui précise que l’énergie produite sur site sera intégralement autoconsommée par l’usine. « Avec cette nouvelle installation, GreenYellow renforce également ses positions en Afrique et notamment au Maroc, un marché stratégique dans les énergies renouvelables, où nous avons déjà des réalisations en Mauritanie, au Sénégal et en Côte d’Ivoire », explique Otmane Hajji Président de GreenYellow.

MARS 2019

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE MARS

Voir actus
  • SUIVI DE LA FILIÈRE – France Territoire Solaire appelle à de nouveaux indicateurs 28 mars 2019

    En marge de sa présentation publique du bilan 2018 de la filière photovoltaïque, le think-tank France Territoire Solaire, sous la houlette de son président Antoine Huard, a souhaité, le 26 mars, engager une réflexion avec plusieurs acteurs du système électrique sur les modalités d’un meilleur suivi de la filière en France. Au cours d’une table ronde, le think-tank a réfléchi avec des représentants de la DGEC, d’Enedis, de RTE, de l’UFE et d’Enerplan sur des indicateurs complémentaires qui permettraient d’affiner le suivi actuel du photovoltaïque dans sa trajectoire définie par la nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE). Parmi les pistes évoquées : améliorer le suivi des taux de réalisation et des délais d’exécution des projets retenus dans les différents appels d’offres, harmoniser les hypothèses de calcul du coût du soutien public à la filière, mieux appréhender l’évolution des coûts de raccordement, le suivi des durées moyennes d’obtention des permis de construire ou le suivi des durées moyennes d’obtention des permis de construire ou le suivi des dynamiques de raccordement à l’échelle régionale.

  • ETATS-UNIS – Une centrale de 160 MW en technologie bifaciale pour RES 28 mars 2019

    La filiale américaine de RES a annoncé le lancement de la construction de la centrale solaire de Sourthern Oak dans l’État de Géorgie. Ce projet de 160 MW, développé par Invenergy est présenté comme le plus grand projet solaire à technologie bifaciale des États-Unis. La centrale sera équipée de modules bifaciaux du fabricant chinois Longi montés sur trackers à un axe Nextracker. La technologie bifaciale présente l’avantage de générer de l’électricité sur les deux faces du module et ainsi de produire davantage pour une même empreinte au sol. L’électricité sera vendue avec l’ensemble de ses attributs environnementaux au fournisseur Georgia Power. La phase de construction devrait créer plus de 400 emplois et générer plus de 12 millions de dollars de retombées économiques locales sur les 10 ans à venir. La mise en service est prévue pour la fin de l’année.

  • EMIRATS ARABES UNIS – Financement de 950 MW de PV et de CSP 28 mars 2019

    Les entreprises Dubai Electricity and Water Authority (DEWA) et un consortium constitué d’ACWA (Arabie Saoudite) et de Silk Road Fund (Chine), sont parvenus à un accord pour le financement d’un projet solaire de 950 MW. Ceux-ci seront répartis entre 700 MW de solaire à concentration (CSP) et 250 MW de photovoltaïque. Ce projet est la quatrième phase de la construction d’un parc solaire immense dénommé Mohammed bin Rashid Al Maktoum ! Au total, celui-ci, après une cinquième phase, représentera 2 863 MW, dont 413 MW sont déjà construits. Pour l’instant, le financement de ces 950 MW a battu des records économiques puisque le coût actualisé de l’énergie (LCOE) de la partie CSP est de 7,3 cts$/kWh et celui de la partie photovoltaïque est de 2,4 cts$/kWh, expliquent les partenaires dans un communiqué.

  • ETATS-UNIS – 10,6 GW de nouvelles capacités photovoltaïques en 2018 21 mars 2019

    L’association américaine des industriels de l’énergie solaire (SEAI) a publié mi-mars les chiffres d’installation de solaire photovoltaïque pour l’année 2018, qui représentent 29 % des nouvelles capacités électriques, en diminution depuis 2016 du fait de la croissance plus importante des centrales thermiques au gaz naturel (54 % en 2018 contre 28% en 2016). Le SEAI estime à 10,6 GW les nouvelles capacités photovoltaïques pour 2018. Ce chiffre est en légère baisse de 2 % par rapport à 2017, et loin du pic de 2016 (15,1 GW) mais celui-ci s’expliquait par un afflux massif de projets cherchant à bénéficier du crédit d’impôt fédéral de 30% qui expirait à la fin de cette même année. Le niveau d’installation de 2018 reste cependant largement supérieur à celui enregistré en 2015 (7,5 GW). Le parc photovoltaïque total en opération à fin 2018 se montait à 62,4 GW, soit 75 fois plus qu’en 2008. Le SEAI note une reprise du marché résidentiel en 2018, mais les utilities restent majoritaires avec 58 % des capacités nouvellement installées. La puissance couverte par des Power Purchase Agreements signées avec des utilities et la fin du crédit d’impôt pour l’investissement résidentiel en 2021 augurent d’un rythme d’installations soutenu pour les prochaines années avec en ligne de mire le doublement du parc total américain sur 5 ans.

  • MEXIQUE – Neoen produira l’électricité solaire la moins chère du pays 21 mars 2019

    Neoen, producteur français indépendant d’énergies renouvelables, a annoncé la signature du financement d’El Llano, parc photovoltaïque de 375 MW situé dans l’état d’Aguascalientes au Mexique. Localisé au centre du pays, El Llano sera détenu à 100 % par Neoen, explique l’entreprise dans un communiqué. Le projet a été lauréat en novembre 2017 du 3e appel d’offres public mexicain portant sur les énergies renouvelables. Avec un contrat de vente de l’électricité produite à moins de 19 dollars par MWh, il est l’un des projets solaires les plus compétitifs au monde, contribuant à la bonne performance et à l’indépendance du secteur électrique mexicain. Le chantier mobilisera jusqu’à 820 personnes au plus fort de sa construction et générera des retombées importantes pour les communautés locales. Le début de la production est prévu pour le deuxième trimestre 2020.

  • AUTOCONSOMMATION COLLECTIVE – Legendre Energie remporte l’appel d’offre de Lorient Agglomération 21 mars 2019

    Par un communiqué du 19 mars, l’entreprise Legendre énergie a annoncé avoir remporté un appel d’offres lancé par la Société d’Economie mixte XSEA, concernant l’élaboration d’une étude de faisabilité et la proposition de préconisations techniques pour un projet d’autoconsommation collective. Legendre Energie devient ainsi assistant maîtrise d’ouvrage pour ce projet qui aura lieu dans la commune de Ploemeur, dans le Morbihan. Il accompagnera le Parc Technopolitain de Soye, qui regroupe des entreprises innovantes et technologiques et une vingtaine de maisons individuelles, dans sa politique de déploiement des énergies renouvelables et de réduction de son empreinte carbone. D’après Legendre Energie, le potentiel maximum d’installations solaires du parc de Soye se situe entre 100 et 300 kW.

  • ÉTUDE – Une année 2018 marquée par la baisse des coûts 14 mars 2019

    La 10e édition de l’International technology roadmap for photovoltaic (ITRPV) a été dévoilée le 13 mars par la Confédération allemande des constructeurs de machines-outils (VDMA). Cette feuille de route dresse le bilan sur la baisse des coûts en 2018 et donne les perspectives d’évolution des coûts, des parts de marché par technologie de cellules, ainsi que 4 scénarios de croissance du marché d’ici 2050. Parmi les principaux enseignements de cette publication, on peut noter que le prix des modules photovoltaïques a baissé de près de 30 % en 2018, entraînant de grandes difficultés pour les fabricants de cellules et de modules, et que la réduction des coûts devrait continuer. La capacité mondiale de production de panneaux a atteint 150 GW en 2018, note également l’ITRPV qui ajoute qu’en 2025, le marché annuel varierait de 100 GW (comme en 2018) à 500 GW.

  • LA RÉUNION – Albioma met en service une centrale avec stockage 14 mars 2019

    Albioma a annoncé le 13 mars la mise en service de la centrale photovoltaïque avec stockage de Port Ouest à La Réunion. Cette installation lauréate de l’appel d’offres CRE 2016 (sur les centrales solaires photovoltaïques avec stockage d’énergie, situées dans les zones non interconnectées – ZNI) est d’une puissance de 1,34 MW avec une capacité de stockage de 1,33 MWh, elle produira 1,9 GWh par an. « La centrale est implantée sur deux bâtiments industriels dédiés aux activités portuaires, sans conflit d’usage, précise Albioma dans un communiquéAu-delà de la garantie de puissance que permettent les batteries, cette centrale fournira tous les jours de l’énergie durant la pointe de fin de journée (entre 19 h et 21 h). » La centrale est également équipée d’un système de management de l’énergie qui permet d’informer le gestionnaire de réseaux de la puissance délivrée en temps réel.

  • ÉTATS-UNIS – 310 MW de PPAs en Floride pour EDF Renouvelables 14 mars 2019

    EDF Renouvelables a annoncé le 12 mars la signature de contrats de vente d’électricité (PPAs) pour cinq centrales photovoltaïques en Floride, pour une capacité totale de 310 MW. Ces cinq projets, de 62 MW chacun, sont situés sur plusieurs sites de la ville de Jacksonville et l’électricité produite sera vendue au gestionnaire du réseau local de courant, le JEA (Jacksonville Electric Authority). « Ces projets participent à l’atteinte des objectifs énoncés dans la stratégie du groupe EDF, Cap 2030, qui vise à doubler les capacités renouvelables d’EDF dans le monde, entre 2015 et 2030 pour les porter à 50 GW nets », explique l’entreprise dans un communiqué. Ils viendront également renforcer la présence d’EDF Renouvelables dans le solaire aux États-Unis, où la société avait déjà installé près de 400 MW fin 2018.

  • FRANCE – Les grandes centrales rendent coût pour coût 7 mars 2019

    La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a publié le 7 mars le bilan des coûts des installations photovoltaïques de grandes et moyennes surfaces, une analyse  qui porte sur l’ensemble des coûts d’investissements et d’exploitation pour les projets déposés lors des appels d’offres de 2017 et 2018. Dans ce document, la CRE note que les effets d’échelle observés sont importants et recommande notamment de faciliter l’émergence de projets de plus grande taille que 30 MW, « afin d’atteindre des prix encore plus compétitifs et de permettre à certains projets de ne plus recourir aux mécanismes de soutien public, comme on a commencé à l’observer dans les pays voisins. » Pour les grandes installations au sol, « les coûts des installations les plus compétitives sont aux environs de 48 €/MWh, taxe IFER de 6 €/MWh incluse », se félicite le régulateur qui estime la filière française « parfaitement compétitive avec celles des pays comparables. » Une analyse qui donne un écho particulier aux résultats de la 5e période de l’appel d’offres « Centrale au sol de puissance comprise entre 500 kW et 30 MW », dévoilés le 6 mars par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Le prix moyen proposé par les développeurs lauréats est en effet de 62,7€/MWh pour l’ensemble des projets, soit une hausse de 3 % par rapport à la 4e période en août dernier. Le tarif remonte à 56,8 €/MWh pour les installations les plus importantes (entre 5 et 30 MW – segment le plus compétitif en théorie), contre 52€/MWh l’été dernier. Cette pause dans la baisse des coûts est-elle seulement passagère ? Réponse avec les résultats de la prochaine (et dernière) période l’appel d’offres, qui se clôt le 3 juin.

  • ÎLE-DE-FRANCE – Bientôt une centrale de plus de 20 MW 7 mars 2019

    Lauréat de la 5e période de l’appel d’offres « Centrale au sol de puissance comprise entre 500 kW et 30 MW », le Syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en île-de-France (Sigeif) et Engie Green vont construire et exploiter à Marcoussis (91) « la plus grande ferme solaire photovoltaïque d’Île-de-France », se sont félicités les deux partenaires dans un communiqué du 7 mars. Sur une friche industrielle de quelque 38,5 hectares clôturés, une surface de 22,8 hectares accueillera 76 500 panneaux en silicium cristallin sur structures fixes pour une puissance estimée entre 20 et 23 MW (production annuelle attendue de 26,3 GWh). « Son budget est évalué à 17,5 M€ et sera porté par la société de projet constituée par le Sigeif et Engie Green. Les particuliers, via un dispositif de financement participatif, pourront également participer à ce beau projet », précise le communiqué. Autre particularité, l’ensemencement sous panneaux permettra via l’éco-pastoralisme d’accueillir 100 à 200 ovins de la région. Le chantier sera lancé en septembre 2019 pour une mise en service industrielle mi-2020.

  • ERD – À Lyon, une formation pour l’électrification solaire 7 mars 2019

    Solaire Sans Frontières organise une formation en photovoltaïque du 1er au 5 avril 2019 à Lyon. Cette session s’adresse aux acteurs du photovoltaïque qui interviennent dans des pays en développement (installateurs, électriciens, bureaux d’études, etc), ainsi qu’aux bénévoles du secteur associatif qui oeuvrent dans des pays en développement et qui suivent des projets d’électrification solaire. La formation traitera essentiellement des thèmes suivants : systèmes photovoltaïques autonomes, systèmes photovoltaïques hybrides (couplage photovoltaïque / diesel / réseau), mini-réseaux, systèmes photovoltaïques de pompage (« pompage solaire »). Les sujets sont abordés à la fois sur le plan théorique et sur le plan pratique (étude de cas, mesures, travaux pratiques, etc.) Plus de renseignements sur le site de l’association.

FéVRIER 2019

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE FéVRIER

Voir actus
  • UNION EUROPÉENNE – 8 GW installés en 2018 28 février 2019

    8 GW d’installations photovoltaïques ont été installés dans l’Union européenne en 2018, un chiffre en hausse de 36 % par rapport à 2017, selon les chiffres publiés le 20 février par SolarPower Europe. Dans l’ensemble de l’Europe, 11 GW ont été installés, soit une hausse de 20 % sur un an, poursuit l’association européenne. Et ces chiffres auraient pu être « encore plus hauts », comme l’explique Michael Schmela, conseiller exécutif et responsable des études de marché chez SolarPower Europe, cité dans un communiqué. « Mais une demande soudaine de la part de la Chine en fin d’année a conduit à une pénurie de panneaux de haute qualité en Europe, forçant plusieurs développeurs à retarder l’achèvement de projets en 2019. » Pour la suite, SolarPower Europe prédit une poursuite de cette hausse. Aurélie Beauvais, directrice des politiques de l’association attend « une très forte demande d’énergie solaire en Europe au cours des deux prochaines années. Une des principales raisons en est les objectifs européens à 2020.»

  • INSTALLATIONS INNOVANTES – La CRE dévoile le cahier des charges de la 2e période 28 février 2019

    On connaît désormais le cahier des charges pour la deuxième période de l’appel d’offres pour des installations de production d’électricité innovantes à partir de l’énergie solaire, sans dispositif de stockage. Il a en effet été dévoilé le 26 février par la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Décalée de près d’un an, cette deuxième période diffère de la précédente : le volume cible a été doublé à 140 MW et les différentes familles d’installations ont été modifiées. La famille 1 comprend désormais les installations photovoltaïques innovantes au sol de puissance strictement supérieure à 500 kW et inférieure ou égale à 5 MW, pour un volume de 60 MW à chaque période. La famille 2 concerne les installations photovoltaïques innovantes sur bâtiments, hangars agricoles et ombrières de parking, ou installations agrivoltaïques innovantes de puissance strictement supérieure à 100 kW et inférieure ou égale à 3 MW, pour un volume de 80 MW à chaque période. La date limite de dépôt des offres est fixée au 6 septembre 2019. La troisième période qui devrait avoir les mêmes caractéristiques, doit se clôturer le 7 février 2020.

  • ENTREPRISE – Legendre remporte les futurs projets d’un parc d’activités 28 février 2019

    Legendre Energie a été désigné « opérateur photovoltaïque privilégié » des prochains acquéreurs de la future Zone d’aménagement concerté (ZAC) Chêne Morand qui va être aménagée à Cesson Sévigné (35), a indiqué le développeur photovoltaïque. Territoires Publics, aménageur de la ZAC, et Rennes Métropole ont en effet souhaité rendre obligatoire sur ce site l’implantation de panneaux photovoltaïques sur l’ensemble des terrains et bâtiments. Ils ont donc, en septembre 2018, lancé un appel à candidatures, remporté par Legendre, portant sur l’installation de centrales solaires dans la future ZAC. Legendre sera ainsi « l’installateur référencé pour développer le modèle économique le plus opportun de chaque projet parmi les solutions suivantes : injection sur le réseau électrique, autoconsommation individuelle ou collective et stockage », détaille l’entreprise dans un communiqué du 28 février. En lien étroit avec la nouvelle SEM (Société d’Economie Mixte) Energ’iV créée en 2018 par le SDE35 et Rennes Métropole, « Legendre Energie pourra également proposer une solution de financement en tiers-investissement aux futurs acquéreurs de la ZAC pour faciliter le déploiement du solaire. » Le potentiel d’installations solaires de la ZAC est de 4 MW et portera sur environ 15 000 m² de toitures et ombrières photovoltaïques, selon Legendre. « Ces centrales produiront 4 GWh par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 1600 foyers. Les premières installations seront opérationnelles courant 2019. »

  • GROUPE DE TRAVAIL – Les travaux reprennent, premières réactions 21 février 2019

    Le groupe de travail solaire du 1er semestre 2018 a été relancé avec une première réunion le 19 février et un contexte différent puisqu’on connaît désormais les annonces du plan ”Place au soleil” et les objectifs de la programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE). « Il faut désormais prendre les mesures indispensables pour accélérer le processus de développement des projets, et pour mobiliser au maximum le foncier disponible au sol et sur toiture, tout en veillant à ce que ce déploiement se fasse dans le respect d’une saine concurrence entre les acteurs en évitant tout abus de position dominante », prévient Enerplan dans un communiqué du 19 février. Pour cette première réunion, le syndicat professionnel « note un travail à conduire entre le monde agricole et les acteurs du solaire, et un autre avec les acteurs des territoires sur la problématique foncière et la fiscalité. Sur l’autoconsommation, des freins législatifs sont encore à lever d’ici la fin 2019, et une étude va être conduite par l’Ademe afin de valoriser l’autoconsommation comme une économie d’énergie, avec des enjeux forts pour le parc social notamment. » Et Daniel Bour, président d’Enerplan d’ajouter : « L’ambition du groupe de travail solaire ministériel doit être à la hauteur de celle de la PPE. Nous avons ces prochains mois de nombreux chantiers à faire aboutir, comme la diminution des délais liés aux procédures d’urbanisme, l’adoption d’une doctrine solaire pour l’agriculture à l’échelle nationale, ou encore la suppression des freins au développement de l’autoconsommation. » 

  • ENTREPRISE – EDF renouvelables veut acquérir Luxel 21 février 2019

    EDF Renouvelables a annoncé, le 15 février, être entré en négociations exclusives pour l’acquisition de 100 % du capital du Groupe Luxel. Cet acteur indépendant du solaire en France détient un parc de près de 90 MW bruts, exploite près de 130 MW, majoritairement dans le sud de la France, et détient un portefeuille de projets à divers stades de développement d’environ 900 MW. L’entreprise emploie une équipe d’une quarantaine de spécialistes du photovoltaïque, répartis entre 6 agences de développement et le siège social, situé à Pérols (Hérault). « Cette opération a pour objectif de permettre à EDF Renouvelables d’accélérer sa montée en puissance dans le photovoltaïque en France. Au travers de cette acquisition, le Groupe EDF souhaite se donner des moyens complémentaires pour mettre en œuvre son Plan Solaire, qui vise à atteindre 30 % de parts de marché dans le solaire en France entre 2020 et 2035 », explique l’énergéticien dans un communiqué.

  • BATTERIES – Shell rachète le fabricant allemand Sonnen 21 février 2019

    Royal Dutch Shell a annoncé le 15 février son intention de racheter le fabricant allemand de batteries rechargeables Sonnen. Le géant pétrolier anglo-néerlandais, qui avait déjà investi dans cette start-up allemande en mai 2018, a dévoilé dans un communiqué qu’il allait acquérir 100 % de la société pour un montant non dévoilé. « Sonnen est l’un des leaders mondiaux dans les systèmes de stockage pour les réseaux intelligents de distribution d’énergie et a un historique d’innovations focalisées sur les consommateurs », explique Mark Gainsborough, vice-président exécutif de la division de nouvelles énergies de Shell, cité dans un communiqué. Le rachat de la totalité de Sonnen « va nous permettre d’offrir plus de choix à nos clients à la recherche d’énergie propre et abordable », ajoute-t-il.

  • FRANCE – Un rythme de raccordement encore insuffisant 14 février 2019

    « L’année 2018 se termine autour de 850 MW, comme en 2017 », explique France Territoire Solaire dans sa 29e édition de l’Observatoire de l’énergie solaire photovoltaïque. Le think-tank précise que le rythme de raccordement trimestriel est resté insuffisant pour dépasser la barre du gigawatt annuel. Le 4e trimestre 2018 est marqué par une croissance du segment “autoconsommation” (totale ou partielle), avec 5 600 installations raccordées ; par une stabilité du segment des installations domestiques (< 9 kW ), avec un volume de 22 MW ; par une dynamique haute du segment des moyennes toitures (9 à 100 kW), atteignant un volume de 40 MW ; par une activité soutenue du segment des grandes toitures (100 à 250 kW), atteignant un niveau de 22 MW ; par une légère reprise sur le segment des très grandes toitures (250 kW à 1 MW), avec un volume de 3 MW ; par une forte baisse du segment des grandes installations (≥ 1 MW), atteignant 60 MW ce 4e trimestre, volume inférieur de moitié à celui du précédent trimestre. La file d’attente est à nouveau en forte croissance et le stock de projets approche les 4 GW au terme de cette année 2018, précise encore le think tank. « La mise en œuvre des actions du plan ”Place au soleil” s’avère peu satisfaisante 6 mois après leur annonce, regrette France Territoire Solaire. La prochaine réunion du groupe de travail ministériel devra permettre d’actualiser cet état d’avancement. Seules les évolutions des cahiers des charges ont plutôt bien avancées. Les sujets relatifs à l’autoconsommation n’avancent plus (périmètre d’autoconsommation collective, tiers-investissement). Les autres sujets les plus structurants (simplification administrative pour ombrières et serres solaires, obligation de solarisation des bâtiments, guide pratique et encadrement des délais) ne font pas l’objet de groupes de travail actifs, contrairement à certains sujets plus ”accessoires” (solaire & patrimoine, label Ville/Département solaire). » 

  • FINANCEMENT PARTICIPATIF – Lendosphere annonce un record de vitesse 14 février 2019

    « C’est la première fois qu’une opération de financement participatif dédiée aux énergies renouvelables d’un tel montant (1,1 million d’euros) est financée en moins d’une semaine en France », s’est réjoui, dans un communiqué publie le 14 février, Lendosphere à propos d’une campagne de financement participatif de 11 toitures solaires sur hangars agricoles d’environ 100 kW chacune et portées par le groupe Cap sud. 1,1 M€ ont ainsi été prêtés en 6 jours et 7 heures par 697 personnes, apportant chacune entre 50 euros et 30 000 euros. « Ils bénéficient d’un taux d’intérêt de 6 %, dans le cadre de ce prêt sur 3 ans. La première échéance est prévue en mars 2020 », précise Lendosphere. La production de ce portefeuille de centrales solaires, réparties sur l’ensemble du territoire métropolitain, est estimée à 1 261 GWh/an.

  • ENTREPRISE – Monabee lance Energee’z 14 février 2019

    A l’occasion du salon Be Positive, Monabee a annoncé, le 12 février, le lancement de son offre d’autoconsommation pour les particuliers. Baptisée Energee’z et dédiée à tout particulier propriétaire d’une maison individuelle désireux de produire et consommer sa propre énergie, la nouvelle offre propose : Audit, conseil et dimensionnement de l’installation, prise en charge des démarches administratives, installation, monitoring et pilotage, suivi en ligne de la consommation et de la production, maintenance et services. « Avec une durée moyenne d’installation de 2 mois, le coût de cette nouvelle offre comprend l’installation (avec des solutions de financement) et un forfait de maintenance basé sur différents niveaux de services. Elle est déjà commercialisée au sein des agences de Monabee à Lyon-Dardilly, La Rochelle, Bordeaux, Toulouse et Béziers », précise Monabee.

  • BÂTIMENTS – La CRE alerte sur l’appel d’offres 7 février 2019

    Faible participation et remontée des prix sont les deux écueils relevés par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) dans une délibération du 4 février portant sur la sixième période de l’appel d’offres pour développer des installations photovoltaïques sur bâtiment. Pour la première fois depuis le lancement de ces appels, « la puissance cumulée des dossiers déposés n’a permis d’atteindre la puissance cumulée appelée dans aucune des deux familles de candidature. Les dossiers déposés représentent seulement 38 % de la puissance cumulée appelée, soit 115 MW sur 300 MW », déplore la CRE. Le volume de candidature baisse continûment depuis la troisième période de cet appel d’offres consacré aux centrales sur bâtiments, serres et hangars agricoles et ombrières de parking, de puissance comprise entre 100 kW et 8 MW. Les prix moyens pondérés des dossiers que la CRE propose de retenir s’élèvent à 91,16 €/MWh pour la famille 1 (entre 100 kW exclus et 500 kW exclus) et à 77,21 €/MWh pour la famille 2 (entre 500 kW inclus et 8 MW inclus, ombrières de parking exclues). « Ces prix sont en hausse par rapport à la cinquième période de respectivement 10 et 7 % pour les familles 1 et 2 », note le régulateur. « Face à cette situation préoccupante, il appartient aux pouvoirs publics d’analyser, en lien avec la filière, les raisons de cette souscription insuffisante », préconise la CRE. Et de conseiller de prêter une attention particulière aux points suivants : l’adéquation des puissances recherchées avec la capacité de développement de la filière, les freins qui pèsent sur le rythme de développement des projets et l’existence de comportements spéculatifs. « Selon les résultats de cette analyse, dont la conduite pourrait nécessiter de décaler la prochaine période, et si le risque d’un contexte concurrentiel dégradé ne pouvait être écarté, il conviendrait de modifier l’appel d’offres », conclut le régulateur. Pour l’heure, les dossiers pour la prochaine période sont à déposer au plus tard le 8 mars à 14 heures.

  • ENTREPRISE – 36 hypermarchés Carrefour bientôt équipés d’ombrières 7 février 2019

    Carrefour et Urbasolar ont annoncé le déploiement d’ombrières photovoltaïques sur les parkings de 36 hypermarchés de l’enseigne de grande distribution. « L’électricité ainsi produite sera intégralement autoconsommée par chaque hypermarché », précisent les deux partenaires dans un communiqué du 7 février. Ce premier déploiement « permettra à terme de produire et autoconsommer annuellement au total 21 000 MWh d’électricité », est-il précisé. « Carrefour est ainsi pionnier à grande échelle en systèmes d’autoconsommation, grâces à l’expertise d’Urbasolar dans les projets photovoltaïques innovants. Cette initiative fait ainsi de Carrefour le premier auto-consommateur de France et l’un des premiers d’Europe », se félicite le groupe.

  • ALLEMAGNE – La barre des 3 GW installés presqu’atteinte en 2018 7 février 2019

    68 % ! C’est l’augmentation des capacités photovoltaïques installées en 2018 en Allemagne par rapport à 2017, selon l’Association allemande de l’industrie solaire (BSW). 2 960 MW d’installations photovoltaïques ont ainsi été mises en service l’an dernier, ce qui a permis au photovoltaïque de couvrir environ 8 % de la consommation d’électricité allemande, précise BSW dans un communiqué publié le 31 janvier. Particularité du marché allemand, une installation solaire sur deux est désormais installée avec un système de stockage, souligne l’association qui plaide pour le triplement des objectifs annuels de développement.

JANVIER 2019

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE JANVIER

Voir actus
  • ÉTATS-UNIS – EDF Renouvelables remporte un projet de 212 MW 31 janvier 2019

    EDF Renouvelables en Amérique du Nord a annoncé le 30 janvier avoir remporté le projet photovoltaïque de Morris Ridge (État de New York) d’une capacité installée de 212 MW. L’entreprise se voit ainsi attribuer un contrat à long terme par la société d’intérêt public NYSERDA (Direction de la recherche et du développement de l’énergie de l’État de New York). La future centrale solaire, qui s’étendra sur près de 400 hectares au sud  de la ville de Mount Morris, devrait être mise en service d’ici fin 2022. Le projet « contribue à l’objectif de l’État de New York d’atteindre une part de 70 % d’énergie renouvelable dans son mix-énergétique d’ici 2030 », explique dans un communiqué Stéphane Desdunes, directeur du développement d’EDF Renouvelables en Amérique du Nord. « EDF Renouvelables figure parmi les principaux producteurs d’énergies renouvelables en Amérique du Nord avec 15 GW bruts de projets éoliens, solaires et de stockage déployés à travers les États-Unis, le Canada et le Mexique », assure la compagnie.

  • Entreprise – 7e génération de micro-onduleurs pour Enphase Energy 31 janvier 2019

    À l’occasion de sa prochaine participation au salon BePositive, Enphase Energy a annoncé la commercialisation de la septième génération de ses micro-onduleurs Enphase IQ™. « Les micro-onduleurs IQ 7, IQ 7+ et IQ 7X (pour modules de 96 cellules) sont conçus pour l’international et disponibles en France ainsi que dans la zone EMEA. La gamme Enphase IQ 7 sera progressivement introduite sur les autres marchés mondiaux au cours du premier semestre 2019 », explique la société américaine, basée à Lyon. Cette nouvelle gamme est également intégrée à la solution énergétique résidentielle Enphase : Home Energy Solution. « Cette montée en gamme, en ligne avec la gamme IQ, représente un nouveau jalon dans notre mission continue de réduire les coûts de fabrication et d’atteindre une marge brute de 30 %, des dépenses d’exploitation (OPEX) de 20 % et un résultat d’exploitation de 10 % (30/20/10 modèle cible opérationnel) », explique Marc Delaunay, responsable commercial d’Enphase Energy, cité dans le communiqué.

  • TOGO – Étudier plus grâce aux kits solaires d’Armor 31 janvier 2019

    Armor et l’Unesco ont signé un partenariat visant à mettre à disposition des kits solaires et équiper des écoliers de la ville d’Akplolo, au Togo, de lampes mobiles rechargeables pour leur permettre d’étudier le soir. Ce projet a été expérimenté au cours de l’année 2018 sur six écoliers, « les premiers résultats […] ont montré des améliorations perceptibles et une augmentation du temps de travail des enfants après l’école », expliquent les 2 partenaires dans un communiqué du 14 janvier. L’idée est désormais d’étendre l’initiative à 212 écoliers. Armor, spécialiste du film photovoltaïque organique, fournira ainsi à l’école primaire 65 « Solar Set » en forme de pochette qui, une fois ouverte, se transforme en chargeur solaire pour les 240 lampes LED portatives et rechargeables également mises à disposition par l’entreprise française.

  • FESSENHEIM – Lancement d’un appel d’offres de 300 MW 24 janvier 2019

    Dans le cadre de la reconversion du territoire de Fessenheim, François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, et sa secrétaire d’État, Emmanuelle Wargon, ont annoncé le lancement d’un appel d’offres dédié au Haut-Rhin portant sur 300 MW de solaire photovoltaïque. Il permettra de développer 200 MW de centrales au sol, 75 MW de grandes installations sur toiture et 25 MW de petites installations sur toitures. Il se décomposera en 3 périodes de candidatures successives avec un premier dépôt des offres attendu dans 6 mois. « Un bonus environnemental sera attribué aux centrales au sol qui s’implanteront sur des terrains dégradés », est-il précisé dans un communiqué du 23 janvier, qui ajoute que la Commission européenne a validé le régime d’aide envisagé. « L’appel d’offres représente un engagement de l’Etat de 250 M€ au bénéfice du territoire sur une période de 20 ans », est-il ajouté. « Le lancement de cet appel d’offres concrétise l’engagement du Gouvernement sur la reconversion du territoire de Fessenheim auprès des collectivités. Il permettra de développer une production locale d’électricité à partir d’énergies renouvelables et de lancer la filière du photovoltaïque dans le Haut-Rhin », explique François de Rugy.

  • APPELS D’OFFRES – La barrière des 30 MW va sauter pour les « terrains dégradés » 24 janvier 2019

    Certaines centrales au sol dépassant 30 MW seront bientôt éligibles aux appels d’offres. C’est une information qu’ont rapportée le 23 janvier nos confrères de Contexte, qui attribuent cette annonce au ministre de la Transition énergétique et solidaire François de Rugy lors des Assises de la transition énergétique qui se sont ouvertes le 22  janvier à Dunkerque. « Elle concerne les installations solaires sur les « terrains dégradés » », précise le média en ligne. Pour rappel, la puissance maximale des appels d’offres pour le solaire a été portée à 30 MW en décembre 2017, contre 17 MW initialement.

  • CHINE – Records d’efficacité pour des cellules PERC 24 janvier 2019

    Les fabricants chinois Risen Energy et Longi ont tous deux annoncé des records d’efficacité de conversion pour des cellules PERC. Basé à Ningbo Risen Energy a ouvert le bal en annonçant, dans un communiqué du 17 janvier, un taux de conversion record de 21 % avec son module JÄGER HP à 72 cellules. Tandis que le fabricant de plaquettes et de modules Longi a annoncé un taux record de 24,06 % pour une cellule PERC bifaciale. L’entreprise basé à Xi’an bat ainsi son propre record (établi à 23,6 % il y a près d’un an), ce qu’a confirmé le Centre national de surveillance et de contrôle de la qualité des produits solaires photovoltaïques en Chine (CPVT).

  • ÉCOMOBILITÉ – Un partenariat pour déployer la recharge solaire intelligente 18 janvier 2019

    L’association nationale pour le développement de la mobilité électrique, Avere-France, et le syndicat des professionnels de l’énergie solaire, Enerplan, ont annoncé un partenariat pour « engager un travail commun avec leurs membres, afin de favoriser le déploiement en France de la recharge solaire intelligente des véhicules électriques. » Les deux partenaires « vont pouvoir conjointement étudier et favoriser le déploiement de la recharge solaire intelligente tout en maitrisant les contraintes et les investissements dans l’infrastructure de distribution du solaire et du stockage stationnaire », expliquent-ils dans un communiqué du 14 janvier.

  • RECHERCHE – Près de 24 % de rendement atteint avec des cellules à hétérojonction 18 janvier 2019

    La technologie des cellules photovoltaïques à hétérojonction de silicium (HJT) « atteint un rendement proche de 24 % sur la ligne pilote industrielle du CEA basée à l’Institut national de l’énergie solaire », annonce le CEA et Meyer Burger dans un communiqué commun du 11 janvier. Le rendement a été certifié par le laboratoire allemand CalTeC-ISFH à 23,9 % sur la globalité de la surface d’une cellule de taille standard (244 cm²). « Ces résultats s’inscrivent dans une feuille de route qui vise des rendements de 25 % en exploitation industrielle pour l’horizon de 3 à 5 ans », ajoute le communiqué qui précise que les rendements des cellules dans les usines photovoltaïques sont aujourd’hui de l’ordre de 19 %. Par ailleurs, un module hétérojonction d’une puissance crête de 348 watts a été fabriqué par les équipes du CEA en partenariat avec l’équipementier suisse spécialiste des technologies solaires.

  • ENTREPRISE – Sunpartner en redressement judiciaire 18 janvier 2019

    Sunpartner Technologies a demandé au tribunal de commerce d’Aix-en-Provence son placement en redressement judiciaire mardi 8 janvier. Cette décision intervient « après plusieurs mois de discussions infructueuses avec ses investisseurs historiques et avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI), explique l’entreprise créatrice de films photovoltaïques transparents dans un communiqué. En effet, aucun accord n’a été trouvé avec les partenaires financiers historiques, malgré le potentiel de l’offre technologique de l’entreprise ». Sunpartner explique vouloir céder ses activités consumer électronique et bâtiment : « cette procédure et les mesures qui seront mises en œuvre sous l’égide du Tribunal devront permettre de trouver des repreneurs par activité ». L’entreprise affirme disposer « d’un pipeline commercial d’une centaine de projets représentant un chiffre d’affaires potentiel de l’ordre de 20 millions d’euros » pour 2019 et 2020. Sunpartner, qui a levé 73 M€ depuis sa création en 2008, dispose d’une centaine de brevets et emploie 68 personnes. Dorénavant, Sunpartner « souhaite céder chacune de ses activités à des industriels de chaque secteur ». L’entreprise indique avoir « reçu plusieurs marques d’intérêt de la part de fournisseurs et de clients » et « elle envisage de conclure des accords dans les prochains mois. »

  • ÉTUDE – Les énergies renouvelables électriques en progression 10 janvier 2019

    Le parc français renouvelable s’est accru en 2018 de 2,4 GW de puissance supplémentaire, explique l’Observatoire des énergies renouvelables (Observ’ER, éditeur du Journal du photovoltaïque) dans sa 9e édition du Baromètre des énergies renouvelables électriques. Ce chiffre est inférieur à celui de 2017 (2 760 MW) mais il porte la puissance totale nationale à 51 500 MW. Ainsi, « l’objectif 2018 de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) serait atteint à 97 % », selon Frédéric Tuillé, responsable des études de l’association. Il ressort également que l’ensemble des filières électriques renouvelables cumule près de 47 620 emplois directs en France et génère un chiffre d’affaires conséquent de 15,7 milliards d’euros. Parmi les tendances fortes observées en 2018 : la forte montée de l’autoconsommation individuelle dans le photovoltaïque. Fin octobre 2018 plus 33 000 installations en France avaient choisis ce modèle et le mouvement représenterait, selon la CRE, 90 % des demandes actuelles de raccordement.

  • OMBRIÈRES – Le plus grand projet français met en service sa première tranche 10 janvier 2019

    Neoen a annoncé le 9 janvier la mise en service de la première tranche projet d’ombrières photovoltaïques de Corbas, situé dans la région sud de Lyon. « Affichant une puissance totale de 16 MW, Corbas est le plus important projet d’ombrières de France », assure le producteur d’énergies renouvelables. Couvrant une surface de 12,5 hectares, la centrale est structurée en deux tranches : Corbas 3 d’une puissance de 7,8 MW, désormais en service, et Corbas 1, 8,5 MW, qui entrera en exploitation en avril 2019. Les deux tranches du projet sont équipées de panneaux SunPower (filiale du groupe Total) et ont été construites par Bouygues Énergie Service. Les ombrières ont été fabriquées par la société française Heliowatt. Les riverains ont été associés au financement des deux tranches. « En l’espace de quatre semaines, ils ont apporté 1,2 million d’euros au projet sous forme de financement participatif, ce qui en fait la collecte la plus importante et la plus rapide pour financer un projet solaire en France selon les termes proposés par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) », précise Neoen.

  • MONDE – Initiative d’atténuation des risques pour les projets solaires 10 janvier 2019

    « Alors que les coûts du photovoltaïque ne cessent de chuter, l’énergie solaire est de plus en plus perçue comme un élément clé de la lutte contre le changement climatique. Le déploiement du solaire reste cependant lent dans certains marchés émergents, notamment en Afrique, où le secteur privé considère que le financement de projets solaires comporte trop de risques », expliquent la Banque mondiale et l’Agence française de développement (AFD) à l’occasion de l’annonce de la mise en place d’une initiative mondiale conjointe d’atténuation des risques pour les projets solaires (en anglais SRMI pour « Solar Risk Mitigation Initiative »). « La SRMI vise à inverser cette tendance, poursuivent les deux partenaires dans un communiqué commun publié fin 2018. Cette approche intégrée permet de s’attaquer aux questions politiques, techniques et financières liées à l’intensification du déploiement de l’énergie solaire, notamment dans certains pays à faible revenu. » Cette initiative soutient l’objectif de l’Alliance solaire internationale de réduire les coûts et de mobiliser 1 000 milliards de dollars d’investissements privés et publics pour financer 1  000 GW de capacité mondiale d’énergie solaire d’ici à 2030.

DéCEMBRE 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE DéCEMBRE

Voir actus
  • RECHERCHE – L’IPVF prend officiellement ses quartiers à Saclay 20 décembre 2018

    L’Institut Photovoltaïque d’Île-de-France (IPVF) a inauguré le 18 décembre sa plateforme technologique en présence du ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy. Lancé en 2014, et désormais situé sur le plateau de Saclay, ce pôle d’excellence consacré à la recherche sur le photovoltaïque et son intégration dans les systèmes énergétiques regroupe plusieurs partenaires (EDF, Total, le CNRS, l’Ecole Polytechnique, Air Liquide, Horiba – équipements pour la recherche, et Riber – systèmes pour les semi-conducteurs). Il rassemble, sur 3 500 m2 de laboratoires, près de 150 chercheurs et une centaine d’équipements de pointe pour tester de nouveaux matériaux et mettre au point des technologies photovoltaïques innovantes. « Le foisonnement technologique actuel permet de s’assurer que, prochainement, viendront sur le marché de nouvelles générations de cellules plus performantes mais compétitives, qui viendront dans un premier temps compléter les technologies actuelles mais vraisemblablement, dans la décennie qui vient, [les] supplanter », a expliqué le président de l’IPVF, Jean-François Minster. L’objectif 30/30/30 de l’institut est de parvenir à concevoir des panneaux au rendement de 30 %, supérieur à ce qui existe actuellement, à un coût inférieur à 30 centimes le watt d’ici 2030. Pour cela, l’IPVF mise sur une rupture technologique de la technologie des cellules tandems. « Les tandems privilégiées par l’IPVF, silicium/perovskite, ne contiennent pas de terres rares comme c’est parfois indiqué de façon erronée, précise Daniel Lincot, directeur scientifique de l’IPVF. En effet le silicium est le deuxième élément de la croute terrestre, après l’oxygène, et la perovskite est un methylammonium iodure de plomb (CH3NH3PbI3) qui ne contient aucun élément rare non plus. »

  • NORMANDIE – Res construit une centrale de près de 30 MW 20 décembre 2018

    Res a annoncé le 17 décembre le lancement de la construction de la plus grande centrale photovoltaïque de Normandie sur le site industriel de Saint Marcel (Eure) de la CNPP, une société spécialisé prévention et maîtrise des risques. « 127 800 panneaux photovoltaïques vont être posés sur les 18 hectares du site, ce qui représente une capacité installée de 15,33 MW », explique Res dans un communiqué. La pose des premiers panneaux devrait avoir lieu dans les premières semaines de la nouvelle année, avec une mise en service prévue pour le printemps 2019. Par ailleurs, une extension sur 16 hectares, qui a fait l’objet d’une obtention de permis de construire, soumise au dernier appel d’offre de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et dont les résultats sont attendus en tout début d’année prochaine, est en projet. Elle développera une puissance de 13,5 MW avec une mise en exploitation prévue à l’été 2020.

  • GRAND NORD – Quel célèbre lapon vient d’installer du photovoltaïque sur son toit ? 20 décembre 2018

    Il s’agit du Père Noël ! Et, pour une fois, c’est lui qui reçoit un beau cadeau. En effet, l’entreprise Sharp a fournit 135 modules photovoltaïque à Santa Park Arctic World en Laponie, dans le grand nord de la Finlande. Il s’agit d’une ville présentant de nombreuses attractions dédiées à Noël et au Père Noël. Cependant, les conditions dans cette région du monde sont difficiles pour le photovoltaïque, car la météorologie est extrême et que la nuit la plus longue de l’année dure… 52 jours ! C’est pourquoi les modules en question sont des NU-RD300, réputés pour leur capacité à résister aux conditions du Cercle Arctique et que leur installation est conçue pour une production maximale. De plus, leur design fin et tout noir répond aux critères esthétiques du parc, qui accueille un grand public.

  • – AVIS D’APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE PASSATION D’UN BAIL EMPHYTEOTIQUE ADMINISTRATIF AVEC UN OPERATEUR PRIVE POUR L’INSTALLATION ET L’EXPLOITATION DE PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES SUR LE SITE DE L’ANCIENNE DÉCHARGE 14 décembre 2018

     1. IDENTIFICATION DE L’ORGANISME

    Ville de SAINT-ESTEVE, représentée par Monsieur Robert VILA, Maire de la Commune
    5 Rue de la REPUBLIQUE 66240 SAINT-ESTEVE
    Tél : 04.68.38.23.00 Fax : 04.68.38.16.19
    Adresse U.R.L : http://www.st-esteve.com
    Adresse email: saint.esteve.mairie@st-esteve.com

    2. OBJET

    Mise en concurrence en vue de la passation d’un bail emphytéotique administratif avec un opérateur privé pour l’installation et l’exploitation de panneaux photovoltaïques sur le site de l’ancienne décharge

    3. CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES

    Il n’est pas prévu de décomposition en lot. Bail emphytéotique d’une durée de 20 ans minimum

    4. CONDITIONS DE PARTICIPATION

    Renseignements concernant la situation propre de l’entrepreneur.
    Lettre de candidature (formulaire DC 1 ou équivalent) et pouvoir de la personne habilitée à engager le candidat, Déclaration DC 2 ou attestation sur l’honneur du candidat précisant qu’il ne fait pas l’objet d’une interdiction de concourir et qu’il satisfait aux obligations de l’article L. 5212-1 à 4 du Code du Travail concernant les travailleurs handicapés ; (ou DUME en remplacement des DC1 et DC2) Une plaquette de présentation du candidat mentionnant, notamment, ses activités, attestations de travaux similaires ces trois dernières années, sa forme juridique, ses dirigeants, son actionnariat, ses participations, ses moyens humains et matériels, son chiffre d’affaires, le bilan, le compte de résultats et les annexes des trois derniers exercices, Attestation d’assurance civile professionnelle et civile décennale en cours de validité, Un extrait KBis du registre du commerce et des sociétés ou documents équivalents de moins de trois mois, Liste exhaustive des entreprises qui sont liées au candidat.

    Pièces de l’offre :
    le projet de Bail Emphytéotique Administratif (BEA) dûment renseigné ; le cas échéant et sans pour autant contraindre la Commune, le candidat formulera ses éventuelles observations sur le projet de BEA sous forme de mémoire motivé ; − un mémoire présentant :

    • le projet technique sommaire avec implantation des différentes parties de l’installation photovoltaïque (pour la solution de base, et pour chacune des éventuelles variantes), décrivant aussi les garanties techniques envisagées des équipements ;
    • le montant des redevances d’occupation, avec chaque montant individuel (des redevances A et B) ainsi que la redevance totale sur la durée du contrat (sur la base, d’une part de la durée estimée par le candidat entre sa désignation et le début d’injection de l’électricité photovoltaïque, d’autre part, de la durée d’exploitation du parc)
    • le coût de l’opération et le plan d’amortissement de l’installation photovoltaïque sur la durée du contrat,
    • le planning prévisionnel des études, procédures et travaux,
    • une description des moyens humains et matériels qui seraient mis en œuvre pour l’entretien et l’exploitation de l’installation photovoltaïque, de la maintenance envisagée sur l’installation (pouvant être complétée d’un plan d’entretien et de renouvellement),
    • un compte d’exploitation prévisionnel simplifié de l’installation sur la durée du contrat,
    • la liste des partenaires contractuels du candidat intervenant à quelque titre que ce soit dans le cadre de l’opération,
    • une description des éventuelles actions « annexes » (pédagogiques, de sensibilisation à l’environnement, de communication, …) que le candidat propose de mettre en œuvre.

    5. CRITÈRES D’ATTRIBUTION

    Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères suivants (avec pondération) :

    • Capacités techniques et financières du candidat : critère noté sur 25 points,
    • Qualité technique de l’offre : critère noté sur 25 points,
    • Redevances d’occupation proposées : critère noté sur 30 points,
    • Garanties de maintenance et d’exploitation : critère noté sur 20 points
    Le pouvoir adjudicateur tiendra compte des aspects innovants du projet ainsi que de la qualité des panneaux photovoltaïques.

    6. PROCÉDURES

    Type de procédure: Mise en concurrence en vue de la passation d’un bail emphytéotique avec un opérateur privé pour l’installation et l’exploitation de panneaux photovoltaïques sur le site de l’ancienne décharge

    7. CONDITION DE DÉLAI ET MODALITÉS DE REMISES DES OFFRES

    1 Date limite de réception des offres : 18/02/2019 à 17 heures
    2
    Délai minimum de validité des offres: 180 jours

    Avis d’appel public à la concurrence en PDF à télécharger


  • INDUSTRIE – SPE appelle à une hausse de la capacité européenne, à 5 GW 13 décembre 2018

    Maintenant que le Paquet Climat Energie est publié et que les barrières douanières sur les produits photovoltaïques sont levées, l’heure est venue de muscler la capacité industrielle de l’Union européenne, estime SolarPower Europe (SPE) dans un communiqué du 5 décembre. Les actions de ces dernières années de la part de l’association européenne représentant les professionnels du photovoltaïque ayant permis d’améliorer la demande, elle souhaite orienter son action pour favoriser l’offre. C’est pourquoi SPE a lancé un appel à la création d’usines pour que l’UE puisse produire jusqu’à 5 GW de cellules et de modules, afin de répondre, dans les années à venir, à ses propres besoins annuels de 15 GW. L’association souhaite pour cela que des mesures règlementaires spécifiques soient mises en place afin de faciliter le financement de projet et l’accès aux terrains exploitables et que les procédures administratives pour construire de telles usines soient simplifiées.

  • ENTREPRISE – Albioma acquiert Eneco France 13 décembre 2018

    Présent dans la biomasse et le photovoltaïque, Albioma a annoncé l’acquisition de 100 % d’Eneco France. « Cette acquisition offre à Albioma l’opportunité d’intensifier son positionnement et son expansion dans le domaine du solaire en France métropolitaine, en complément de 8 MW déjà installés sur l’Hexagone », explique Albioma dans un communiqué du 12 décembre. En plus d’exploiter une centrale hydroélectrique de 0,5 MW, Eneco France construit et exploite des centrales photovoltaïques en toitures et sur hangars agricoles chez les particuliers ou les industriels dans le Sud de la France. Elle détient un parc photovoltaïque d’une capacité installée de 17 MW. Elle fait partie du groupe Eneco, énergéticien néerlandais dont le siège social se situe à Rotterdam aux Pays-Bas, et présent en France, en Belgique, au Royaume-Uni et en Allemagne. Albioma est pour sa part le premier producteur d’énergie photovoltaïque en Outre-mer où elle construit et exploite des projets innovants avec stockage.

  • FRANCE – BayWa r.e. se sépare d’un parc de 41 MW 13 décembre 2018

    L’allemand BayWa r.e. a annoncé avoir vendu le parc photovoltaïque français des Lacs Médocains de 41 MW à Sonnedix et Allianz Global Investors. Composée de quatre centrales distinctes, l’installation est située dans la commune française d’Hourtin, à environ 50 km au nord-ouest de Bordeaux. Trois sections du projet d’une capacité de 31,8 MW ont été achetées par le producteur indépendant d’énergie solaire Sonnedix. La quatrième section a été vendue à Allianz Renewable Energy Fund II (AREFII), un fonds d’investissement fermé d’Allianz Global Investors. « BayWa r.e. a terminé les travaux de construction au mois de novembre 2017 et continuera à gérer l’exploitation du parc photovoltaïque sur le long terme avec son équipe locale d’exploitation et de maintenance », précise l’entreprise allemande dans son communiqué du 12 décembre.

  • ENTREPRISE – Francewatts, c’est fini 6 décembre 2018

    Triste nouvelle pour la filière, le fabricant français de modules solaires photovoltaïques, Francewatts, a mis la clé sous la porte. Situé à Barentin, en Normandie, le site de production était fermé depuis début septembre. Le licenciement économique des 22 employés s’est opéré au soir du 6 novembre. L’entreprise, dont nous avions rédigé le portrait dans Le Journal des Énergies Renouvelables 232, était spécialisée dans le photovoltaïque intégré au bâti (BIPV). La société avait été placée en liquidation durant l’été 2015, puis avait été repris fin 2016 par la SAS Gautier, elle-même liquidée mi-novembre dernier.

  • STOCKAGE – Bonne surprise pour Neoen en Australie 6 décembre 2018

    Neoen a annoncé le 5 décembre que sa centrale australienne de stockage Hornsdale Power Reserve enregistre, un an après sa mise en service, « une performance largement supérieure aux attentes. » « L’étude réalisée par l’expert indépendant Aurecon montre notamment que Horsndale Power Reserve (HPR) a contribué à générer près de 40 millions de dollars australiens d’économies, en se substituant à des alternatives plus coûteuses et moins réactives pour réguler la fréquence réseau », explique le producteur d’énergies renouvelables dans un communiqué. Basée à proximité de Jamestown, dans l’État de South Australia (Australie Méridionale), la batterie de Hornsdale Power Reserve (HPR) est « la plus grande centrale de stockage Lithium-ion au monde », avance Neoen, qui exploite et détient à 100 % HPR. Tesla est pour sa part le fournisseur et l’installateur de la batterie de cette installation d’une puissance de 100 MW pour une capacité de stockage de 129 MWh.

  • CÔTE D’IVOIRE – Vers la première centrale flottante d’Afrique ? 6 décembre 2018

    La Côte d’Ivoire va construire la « première centrale électrique solaire flottante d’Afrique », a annoncé, le 3 décembre, le ministère ivoirien du Pétrole, de l’énergie et des énergies renouvelables, Thierry Tanoh. Les installations se feront sur des plans d’eau, lagune ou mer, abondants en Côte d’Ivoire, a-t-il expliqué, sans autre précision. Cette centrale sera financée à hauteur de 80 millions d’euros par un prêt de l’Agence française de développement (AFD), avec qui le gouvernement ivoirien a signé le 29 novembre une convention pour une « coopération renforcée dans le domaine de l’énergie durable ». Selon le ministre, cette initiative du gouvernement répond au besoin du pays de faire passer les énergies renouvelables à 11 % de son mix énergétique d’ici 2020, puis à 16 % en 2030.

NOVEMBRE 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE NOVEMBRE

Voir actus
  • PPE – « Banco », mais à suivre 29 novembre 2018

    Enerplan s’est félicité des annonces de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) concernant le photovoltaïque. Il faut dire qu’Emmanuel Macron a annoncé une multiplication par cinq du photovoltaïque d’ici 2030, qui doit ainsi représenter une capacité allant jusqu’à 44,5 GW en 2028. « Cette PPE est une excellente nouvelle pour la filière solaire et nous disons « banco » », a réagi son président, Daniel Bour, dans un communiqué du 27 novembre. « Nous sommes prêts à relever ce défi dont l’ampleur est inédite : passer d’un marché photovoltaïque d’à peine 1 GW en 2018 à 4-5 GW par an d’ici 2023 est atteignable », ajoute-t-il. Pour autant, « il est important que cette ambition soit maintenant rapidement déclinée en objectifs chiffrés dans le temps pour fixer la feuille de route de l’énergie solaire, ce qui permettra de donner aux acteurs de la filière la visibilité propice aux investissements et à la création d’emplois. Le syndicat demande expressément que les professionnels et les pouvoirs publics se réunissent prochainement pour fixer ensemble les moyens nécessaires à la réussite de cette ambition. Cela nécessitera des adaptations du cadre réglementaire et administratif ainsi que du volume octroyé et du cahier des charges des appels d’offres. »

  • SOLAIRE INNOVANT – La Commission européenne dit oui au soutien français 29 novembre 2018

    La Commission a donné son feu vert à un soutien public de 600 millions d’euros en faveur d’installations solaires innovantes en France. L’appel d’offres français sur le solaire innovant peut ainsi reprendre pour ses 2e (qui avait été décalée suite aux inquiétudes de la Commission européenne) et 3e périodes. « L’’initiative française à laquelle la Commission donne son feu vert aujourd’hui encouragera les investissements dans des installations solaires innovantes. Elle contribuera à la transition de la France vers un approvisionnement énergétique sobre en carbone et durable sur le plan environnemental, conformément aux objectifs environnementaux de l’UE et à nos règles en matière d’aides d’État », explique Margrethe Vestager, Commissaire chargée de la politique de concurrence, dans un communiqué du 27 novembre. L’appel d’offres en question (dont le cahier des charges est disponible ici) vise le déploiement d’une capacité de production supplémentaire de 350 MW. Il est accordé aux installations solaires innovantes (au sol ou sur les bâtiments) d’une capacité de production comprise entre 100 kW et 5 MW et dont les bénéficiaires seront sélectionnés dans le cadre d’appels d’offres organisés jusqu’en 2019. Ils bénéficieront d’un soutien sous la forme d’un tarif d’achat ou d’un complément de rémunération pendant 20 ans.

  • SALVADOR – Neoen conclut le financement d’un parc de 140 MW 29 novembre 2018

    Neoen a annoncé le 27 novembre la finalisation du financement de Capella Solar, un projet photovoltaïque de 140 MW situé au Salvador. D’un total de 133 millions de dollars, le montant d’investissement inclut le coût d’une batterie lithium-ion LG Chem de 3 MW / 1,5 MWh qui sera installée par Nidec. « Grâce aux services réseau qu’elle fournira, cette batterie permettra de faciliter l’intégration du projet sur le réseau. Le projet sera construit par un consortium composé de TSK et de la société française Gensun. Schneider Electric fournira les onduleurs », précise le producteur français dans un communiqué. Détenu à 100 % par Neoen, Capella devrait être mis en service début 2020.

  • QUALIFICATION – Qualifelec actualise sa qualification photovoltaïque 22 novembre 2018

    SPV, la qualification de Qualifelec autour du photovoltaïque, a été refondée autour de 3 indices (contre 2 jusqu’à présent). SPV1 correspond désormais aux installations d’une puissance inférieure ou égale à 36 kVA (bâtiments résidentiels, individuels ou collectifs). SPV2 couvre la plage de 36 à 250 kVA (petites et moyennes surfaces tertiaires). L’organisme de qualification instaure un nouvel indice avec SPV3, qui cible les puissances supérieures à 250 kVA. « À chaque indice correspond des compétences de conception et de mise en œuvre relevant de technicités distinctes. Chacun implique, également, une structuration différente de l’entreprise en fonction de son segment de marché et de sa capacité de production », indique l’organisme dans un communiqué, qui précise qu’un socle commun de connaissances constitue la base de cette qualification. « Aux volets conception et installation, Qualifelec ajoute le volet maintenance avec un indice spécifique », annonce encore l’organisme. Cet indice porte sur la compétence et l’engagement des entreprises en faveur de la sécurité des biens et des personnes, face au risque d’incendie propre aux installations photovoltaïques. Une mention stockage est également proposée en complément : elle est « réservée aux spécialistes qui auront démontré leur expertise, notamment, en justifiant d’une habilitation électrique « Travaux sous tension sur batteries d’accumulateurs stationnaires » ».

  • ALLEMAGNE – Un 2e appel d’offres bi-technologie à nouveau 100 % photovoltaïque 22 novembre 2018

    L’agence fédérale des réseaux (BNetzA) a mis en ligne le 19 novembre les résultats deuxième appel d’offres bi-technologie en Allemagne. Sans surprise, les projets photovoltaïques ont remporté la totalité de cet appel d’offres, de 200 MW, ouvert aux projets éoliens et photovoltaïques et pour lequel 307 MW de projets avaient été déposés. Il faut dire qu’un seul projet éolien figurait parmi les 50 dossiers déposés. Les 36 projets photovoltaïques lauréats affichent un prix moyen de 52,70 €/MWh, un niveau supérieur à celui qui était ressorti à l’issue du premier appel d’offres bi-technologie (46,70 €/MWh). Celui-ci avait été également remporté en intégralité par le photovoltaïque. Ce, à l’instar du récent premier appel d’offres multi-technologique français.

  • ENTREPRISE – Siemens Gamesa se sépare de 3 parcs espagnols 22 novembre 2018

    Siemens Gamesa a annoncé le 21 novembre avoir cédé trois centrales photovoltaïques en Espagne. Ces installations sont situées à Huesca, Murcie et Huelva, et représentent une capacité totale de 1,2 MW, précise le groupe spécialiste de l’éolien dans un communiqué. Elles sont reprises par Aurea Capital, un fonds spécialisé dans les énergies renouvelables. Cette opération est intégrée à son programme de cession d’actifs non-essentiels. « L’opération aura un impact positif sur la trésorerie et générera un gain d’environ 1 million d’euros au cours de l’exercice en cours », précise Siemens Gamesa.

  • AUTOCONSOMMATION – Enedis dévoile ses données 15 novembre 2018

    On peut désormais connaître l’état du parc raccordé et des projets en cours de raccordement au réseau de distribution d’électricité géré par Enedis. Le gestionnaire de réseau a en effet mis en place un outil dénommé “Le Mix par Enedis”, qui permet d’accéder aux données de production par modalité d’injection et par tranche de puissance. Cela répond « ainsi aux attentes des fédérations de producteurs et des collectivités. Grâce aux représentations graphiques, dynamiques et interactives, les acteurs territoriaux pourront suivre le développement local de l’autoconsommation », explique Enedis dans un communiqué du 7 novembre. Cette plateforme offre une mise en forme visuelle permettant d’explorer facilement des données sur l’autoconsommation : par filière, par département, par segment de puissance, avec injection ou sans injection sur le réseau. Enedis indique par ailleurs compter plus de 33 000 installations photovoltaïques raccordées à fin septembre 2018 à son réseau, pour une puissance totale de 146 MW. Le gestionnaire ajoute que 90 % des demandes de raccordement d’installations de production de petite puissance (≤ 36 kVA) au réseau de distribution se font désormais dans le cadre de l’auto­consommation.

  • AUTOCONSOMMATION COLLECTIVE – Enerplan poursuit sa croisade contre le niveau du Turpe 15 novembre 2018

    « Sans réponse de la Commission de régulation de l’énergie [CRE] suite à son recours gracieux, Enerplan […] adresse au Conseil d’État un recours demandant l’annulation de la délibération par laquelle le régulateur a fixé un tarif punitif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (Turpe) pour l’autoconsommation collective », explique le syndicat dans un communiqué publié le 15 novembre. Enerplan rappelle que pour les participants à une opération d’autoconsommation collective, la CRE a fixé en juillet dernier un Turpe « qui a été contesté par les professionnels du solaire ». Sans réponse à son recours engagé fin juillet, Enerplan a saisi le Conseil d’État d’une requête en annulation de la délibération, « considérant le dispositif institué par la CRE comme un frein qui vise à entraver le développement de projets d’autoconsommation collective, sans que le régulateur n’ait communiqué des études, données et autres analyses qui motiveraient sa décision. »

  • ENTREPRISE – Nouveau PPA pour EDF Renouvelables en Californie 15 novembre 2018

    EDF Renouvelables a annoncé le 15 novembre la signature d’un contrat d’achat d’électricité (PPA) sur 15 ans avec Shell Energy North-America (SENA) pour l’achat d’électricité produite par une tranche de 132 MW du parc photovoltaïque de Palen, situé dans le sud de la Californie. Le projet dans son ensemble, d’une puissance de 500 MW, « devrait être mise en service d’ici fin 2020 », précise le groupe dans un communiqué. Le groupe dispose désormais de l’ensemble des autorisations nécessaires à sa construction, délivré par le Gouvernement fédéral des Etats-Unis (Bureau of Land Management). Palen « confère à EDF Renouvelables une position inégalée pour aider les fournisseurs d’énergie comme Shell à remplir leurs obligations de long terme dans le cadre de la politique de promotion des énergies renouvelables de Californie (la RPS – Renewable Portfolio Standard) », explique Ian Black, directeur du développement d’EDF Renouvelables en Amérique du Nord.

  • GRANDES CENTRALES – Un équilibre à préserver 8 novembre 2018

    L’Office franco-allemand pour la transition énergétique (OFATE) organisait à Paris le 6 novembre une conférence sur le développement des grandes centrales photovoltaïques au sol. Cet évènement a été l’occasion de faire un point sur les principes directeurs présidant à l’examen des demandes de permis de construire. Les qualifications juridiques en France sont globalement favorables au photovoltaïque au sol, a tout d’abord rappelé Me Paul Elfassi, du cabinet BCTG. Une telle installation est en effet considérée comme un équipement d’intérêt collectif, dans le cas où l’électricité est revendue au public (ce qui exclut donc les installations en autoconsommation). Elle peut donc être autorisée en zones agricoles et en zones naturelles et forestières d’un plan local d’urbanisme (PLU) si la compatibilité avec une activité agricole est assurée et que l’installation ne porte pas atteinte à la sauvegarde des espaces naturels et des paysages. De son côté, Patrick Brie, adjoint à la direction adjointe au cadre de vie (Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages du ministère de la transition écologique et solidaire) a insisté sur le fait que la circulaire du 18 décembre 2009 est toujours en vigueur. Ce texte relatif au développement et au contrôle des centrales photovoltaïques au sol constitue le document de cadrage de l’examen par les préfets des demandes d’autorisation, ce qui a été confirmé lors des travaux du groupe de travail sur le solaire présidé par Sébastien Lecornu. Cette circulaire donne la priorité aux installations sur toitures mais reconnaît la nécessité de réaliser aussi des centrales au sol pour assurer un développement significatif de cette source d’énergie renouvelable. M. Brie a également rappelé le contexte actuel du renforcement de la lutte contre l’étalement urbain et la consommation de l’espace et l’objectif d’atteindre « zéro artificialisation nette » du plan biodiversité. C’est au final au niveau des projets que peuvent être réconciliés ces objectifs à première vue contradictoires (étude des spécificités et besoins locaux, recherche de terrains dégradés, concertation…).

  • APPEL D’OFFRES – Multi-technologique, mais 100 % photovoltaïque 8 novembre 2018

    « L’ensemble des projets lauréats sont des centrales solaires photovoltaïques, plus compétitifs que les projets éoliens déposés », a sobrement commenté le ministère de la Transition écologique et solidaire dans un communiqué du 6 novembre à propos des résultats du premier multi-technologique, mettant en concurrence les grandes centrales solaires au sol et les projets éoliens terrestres, pour un volume de 200 MW. « Cet appel d’offres expérimental visant à évaluer la compétitivité relative des filières photovoltaïque au sol et éolien terrestre matérialise l’engagement de la France auprès de la Commission européenne qui souhaite mettre les technologies en concurrence », rappelle le communiqué. Le prix moyen des 16 projets, dont les puissances sont comprises entre 5 et 18 MW, ressort à 54,94 €/MWh. « Les résultats de cet appel d’offres démontrent à la fois la très grande compétitivité du solaire au sol et la nécessité de développer un mix électrique renouvelable équilibré et diversifié grâce à des appels d’offres permettant de jouer la complémentarité des énergies, nécessaire au mix global », souligne le ministre, François de Rugy.

  • ENTREPRISE – Neoen remporte la plus grosse part du gâteau 8 novembre 2018

    Neoen a annoncé le 7 novembre être le premier lauréat de l’appel d’offres gouvernemental « bi-technologique » ouvert à la fois à des projets solaires et éoliens. Les 5 projets lauréats de Neoen, tous photovoltaïques, ont une puissance agrégée de 66 MW, ce qui représente environ le tiers des 200 MW mis en jeu. Détenus à 100 % par le producteur indépendant français d’énergie renouvelable, les 5 projets se trouvent en Nouvelle Aquitaine, Centre-Val de Loire, et Normandie. « Ce nouveau succès vient élargir notre portefeuille de projets déjà sécurisés et est l’opportunité pour nous de réitérer notre confiance en notre objectif d’une capacité d’au moins 5 GW en opération et en construction en 2021 », explique Xavier Barbaro, PDG de Neoen, cité dans un communiqué.

OCTOBRE 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE OCTOBRE

Voir actus
  • PUBLICATION – Où en est la conversion photovoltaïque de l’énergie solaire ? 31 octobre 2018

    Contributeur régulier et historique du Journal du Photovoltaïque, Daniel Lincot (CNRS, Institut photovoltaïque d’Ile-de-France – IPVF) a rédigé pour nos confrères de la revue Photoniques(n° 93) un article particulièrement intéressant sur la conversion photovoltaïque de l’énergie solaire. Le document, disponible en ligne, fait notamment le point sur l’évolution des filières photovoltaïques dominantes sur le marché. « Les filières photovoltaïques qui constituent le marché en 2017 restent inchangées depuis 2015 : il s’agit de la filière silicium en plaquettes (wafers), qui représente 95 % des capacités installées et des filières en couches minces avec le trio CdTe, CIGS et silicium amorphe, représentant les 5 % restants. » Il note par ailleurs, que « sur le front de la recherche, la compétition continue et s’amplifie. » Il aborde, enfin, la course au rendement, avec, notamment, le rôle à venir des cellules multijonctions. Et de conclure que « la montée en puissance de l’énergie solaire dans le secteur énergétique s’accompagne d’efforts accrus pour créer de nouvelles ruptures en matière de performances, d’applications et de coût. »

  • RECHERCHE – Les modules de Stratobus passe un cap 31 octobre 2018

    Thales Alenia Space a annoncé le 29 octobre la réussite des essais de validation mécanique statique des premiers modules photovoltaïques destinés au projet Stratobus. Cet aéronef, destiné à évoluer à 20 kilomètres d’altitude au-dessus du trafic aérien, aura des missions multiples : observation, surveillance ou encore télécommunication, le tout pour une durée de 5 ans. Il est équipé de 1 000 m2 de cellules photovoltaïques, placées sur un quart de la surface de l’enveloppe, en vue de fournir l’électricité nécessaire aux quatre moteurs électriques, au système de stockage d’énergie et à la charge utile. Les modules développés spécifiquement pour Stratobus sont d’une surface hors norme (supérieure à 4 m²), flexibles, ultra légers (moins de 800 g/m2), d’une puissance supérieure à 200 W/m2 et composés de cellules à 24 % de rendement. Thales Alenia Space a confirmé que les tests ont démontré une haute stabilité des matériaux d’encapsulation sous ultraviolet et ozone, et de faibles pertes de puissance relatives après les cycles thermiques. Ils seront intégrés sur le modèle à échelle 1 de Stratobus, dont les premiers essais en vol sont prévus pour 2022. Les modules ont été développés en partenariat avec le CEA-Liten (Laboratoire d’innovation pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux), sur son campus Ines (Institut national de l’énergie solaire), implanté en Savoie. « Les développements ont permis de supprimer le cadre du module, utiliser des matériaux à la fois minces, légers et robustes pour réduire la masse sans dégrader les performances électriques, intégrer des composants électroniques pour assurer une protection électrique et thermique, et enfin intégrer des éléments de fixation pour l’accroche du module sur l’enveloppe du ballon stratosphérique », explique le CEA sur son site.

  • DISTINCTION – Solarwatt récompensé pour son module bi-verre 31 octobre 2018

    Solarwatt a été récompensé le 30 octobre dans la catégorie « Meilleur produit design allemand en 2019 » au Rat Fur Formgebung pour son panneau solaire bi-verre. Ce produit a convaincu le jury « non seulement par sa conception mais aussi pour ses atouts économiques et écologiques, explique l’entreprise dans un communiqué du 31 octobre En effet, pour une construction ou rénovation de toiture, ce module remplace les tuiles conventionnelles. Ainsi, il n’est pas nécessaire d’acheter des tuiles pour recouvrir la totalité d’un toit et donc cela maximise aussi leur production solaire », explique l’entreprise allemande dans un communiqué. Ce modèle de module sera présenté au salon Be Positive, à Lyon, du 13 au 15 Février 2019.

  • FRANCE – Enedis bientôt en charge des colonnes montantes 25 octobre 2018

    Avec le vote par l’Assemblée nationale, puis du Sénat, de la loi « Élan », si elle est effectivement promulguée en l’état, un frein pourrait être levé pour les centrales photovoltaïques en toiture des immeubles collectifs. L’article 55 bis AA pose en effet comme principe que, sauf opposition des copropriétés, toutes les colonnes montantes électriques appartiendront désormais au réseau public de distribution d’électricité, et ce dans un délai de 2 ans à compter de la promulgation de la loi. Ce transfert de propriété sera effectué automatiquement « à titre gratuit, sans contrepartie » et aura pour conséquence qu’Enedis aura la charge des travaux d’entretien. Jusqu’alors, « lorsqu’un producteur fait une demande de raccordement, il peut arriver que des coûts de mise aux normes de la colonne montante lui soit facturés, explique Hespul dans un document intitulé ”Les colonnes montantes et le raccordement des producteurs. Or les montants de ces travaux peuvent être très conséquents, avec des coûts allant de 9 000 à 20 000 €, et mener à l’abandon du projet (en particulier pour des projets dont la puissance ne permettrait pas la prise en charge de ces coûts). » Depuis plus de 10 ans, en l’absence de textes clairs en la matière, les copropriétaires et Enedis s’affrontaient sur le sujet et la jurisprudence était hésitante. Cette mise au point, saluée par le médiateur de l’énergie dans un communiquédu 16 octobre, est plus que bienvenue.

  • ALLEMAGNE – Gros succès pour le dernier appel d’offres 25 octobre 2018

    L’agence allemande des réseaux (Bundesnetzagentur) a publié le 19 octobre les résultats du dernier appel d’offres photovoltaïque au sol. Celui-ci a attiré trois fois plus d’offres que de capacités disponibles. L’agence a reçu 76 offres pour un volume total de 551 MW, dont elle a retenu 192 MW. Le prix moyen de la surcharge ressort à 46,9 €/MWh, en légère hausse par rapport au round précédent. Les projets situés en Bavière et dans le Brandenbourg ont remporté plus de la moitié des soutiens publics.

  • ENTREPRISE – CVE se développe au Chili 25 octobre 2018

    CVE Chile, la filiale chilienne du groupe CVE, a annoncé la signature d’un accord avec Solarpack de 45 millions de dollars pour l’achat de 4 centrales solaires en développement au Chili, chacune d’une capacité de production de 9 MW. Ces centrales, dont la mise en service est attendue pour 2019, sont construites dans le cadre du programme PMGD (Pequeños Medios de Generación Distribuida) du gouvernement chilien destiné à encourager le développement de petites centrales de production d’énergie décentralisées (moins de 9 MW). « Cette transaction accélère notre développement au Chili, et renforce notre position de leader sur le marché des PMGD. Dans les années qui viennent, nous prévoyons de garder un rythme soutenu de développement d’environ 40 MW par an, pour atteindre une capacité de production renouvelable de 220 MW en 2022 », explique le directeur général de CVE Chile, Pierre Boulestreau, cité dans un communiqué publié le 23 octobre par le producteur indépendant d’énergies renouvelables. 

  • AUTOCONSOMMATION – Un nouvel acteur dédié aux entreprises et aux collectivités 18 octobre 2018

    Engie et la filiale de Casino, GreenYellow, ont annoncé le 17 octobre la création de Reservoir Sun, structure entièrement dédiée au « développement de l’autoconsommation solaire photovoltaïque en France pour les entreprises et les collectivités » et détenue à parts égales entre les deux partenaires. Cette nouvelle société aura son siège à Marseille. Elle se spécialisera sur le segment des centrales jusqu’à 1 MW avec l’objectif de développer 100 MW par an, « soit près de 300 affaires de 300 kW en moyenne par projet », précise un communiqué qui ajoute qu’elle « utilisera les surfaces fatales que constituent toitures et parkings pour produire une énergie verte et locale. » 100 millions d’euros seront investis chaque année sur le marché des installations de moyenne capacité, assure encore Engie et Greenyellow, dont Casino vient de céder 24 % à la société d’investissement Tikehau Capital et à Bpifrance pour 150 millions d’euros. Cette cession fait partie du plan de réduction de la dette nette du groupe Casino.

  • AUSTRALIE – Total Eren lance la construction de sa première centrale 18 octobre 2018

    Total Eren, détenu à 23 % par le groupe pétrolier Total, a annoncé le 17 octobre le début des travaux de construction du parc solaire de Kiamal, situé dans l’Etat de Victoria en Australie. « Trois contrats d’achat d’électricité avec Mars Australia et deux fournisseurs d’énergie basés à Victoria, Flow Power et Alinta Energy ont déjà été signés », précise un communiqué. D’une capacité de 256,5 MW, il s’agit de la première centrale solaire photovoltaïque de l’entreprise en Australie. Elle comptera 720 000 panneaux montés sur trackers à axe unique et disposés sur une surface de 500 hectares. La mise en service de l’installation est attendue pour mi-2019. « Par ailleurs, Total Eren prévoit d’étendre le parc photovoltaïque de Kiamal avec une deuxième installation pouvant aller jusqu’à 194 MW, et étudie les options commerciales pour un système de stockage autorisé de 380 MWh », ajoute l’entreprise.

  • ENTREPRISE – Neoen réussit son entrée en bourse 18 octobre 2018

    Neoen s’est félicité, le 17 octobre, du « vif succès » remporté auprès des investisseurs français et internationaux lors de son introduction en bourse sur le marché réglementé d’Euronext Paris. « Neoen a levé 628 millions d’euros, ce qui fait de cette opération, et de très loin, la plus importante levée de fonds des 16 derniers mois sur Euronext Paris », explique le producteur indépendant français d’énergies renouvelables dans un communiqué. Comme prévu, Impala, actionnaire majoritaire de Neoen, a souscrit à l’offre à hauteur de 169 M€ afin de conserver le contrôle de la société. Le FPCI Capenergie 3, le Fonds Stratégique de Participation et la société Celeste Management ont également souscrit à cette opération. « Les fonds levés permettront à Neoen de poursuivre sa forte croissance pour atteindre 5 GW de puissance installée à horizon 2021 », assure l’entreprise.

  • FRANCE – Les objectifs 2018 en sursis 11 octobre 2018

    Dans la 27e édition de son Observatoire de l’énergie solaire photovoltaïque, le think tank « France territoire solaire » indique qu’au second trimestre 2018 en France, le volume de raccordement s’établit à 217 MW, soit 11 % de moins qu’au second trimestre 2017. « Après un premier trimestre encourageant, le niveau de raccordement sur ce deuxième trimestre nous interroge sur les chances de dépasser 1 GW d’installations raccordées à fin 2018 », explique le président de France territoire solaire, Gauthier Dieny. En effet, l’Observatoire de l’énergie solaire photovoltaïque relève « une légère baisse des raccordements pour quasiment tous les segments, mais une nouvelle et forte hausse des entrées en file d’attente. » Les installations domestiques de moins de 9 kW reculent à un volume de 19 MW, tandis que le segment des très grandes toitures (250 kW à 1 MW) tombe à un volume de 6 MW. « Malgré un volume significatif de projets sortants, notamment sur le segment des grands projets, la file d’attente est à nouveau en forte croissance et le stock de projets dépasse largement les 3 GW », avance le document.

  • ENTREPRISE – H2Air se lance dans le solaire 11 octobre 2018

    « S’appuyant sur 10 ans d’expérience dans l’énergie éolienne, H2air diversifie ses activités vers l’énergie photovoltaïque », explique, dans un communiqué du 8 octobre, l’entreprise qui développe, construit et exploite des parcs éoliens depuis 2008. Cette activité sera pilotée depuis la nouvelle agence à Aix-en-Provence et le responsable du développement solaire, Nicolas Ripert, constitue son équipe. « Je rejoins H2air par conviction, partageant une ambition et des valeurs communes. Nous souhaitons nous concentrer sur le déploiement de centrales solaires au sol », explique-t-il. Avec près de 40 collaborateurs, le groupe H2air est un développeur et un exploitant d’énergies renouvelables indépendant présent dans plusieurs régions françaises. Il compte également un établissement à Berlin, en Allemagne.

  • UKRAINE – Une première centrale à Tchernobyl 11 octobre 2018

    L’Ukraine a lancé le 5 octobre sa première centrale solaire dans la zone hautement radioactive autour de la centrale de Tchernobyl. 3 800 panneaux photovoltaïques sont désormais installés sur 1,6 hectare à une centaine de mètres du théâtre, en 1986, du pire accident de l’histoire du nucléaire civil. « Aujourd’hui, nous connectons la centrale au système électrique ukrainien », a expliqué à l’AFP Evguen Variaguine, directeur du groupe ukraino-allemand Solar Tchernobyl à l’origine du projet. L’entreprise a investi 1 million d’euros dans ce projet d’1 MW seulement. Mais, à partir de cette première unité, elle espère atteindre à terme un total de 100 MW d’ici fin 2019, a détaillé Evguen Variaguine. L’Ukraine veut redonner une seconde vie à la zone d’exclusion de Tchernobyl, qui entoure, dans un rayon de 30 kilomètres la centrale accidentée. Le coût peu élevé des terrains alentours et la présence d’un réseau électrique développé renforcent également l’attractivité de la zone.

  • FRANCE – Contrat d’achat : EDF OA très en retard 4 octobre 2018

    « Face à une hausse significative d’activité du service contractualisation d’EDF OA, les délais de signature des contrats peuvent être plus importants que prévu », ce message sur le site internet de l’acheteur d’énergie renouvelable commence à être bien connu des développeurs de projets qui attendent, pour certains depuis presque un an, d’obtenir leur précieux sésame. En particulier, les lauréats de l’appel d’offres photovoltaïque CRE 3 (1 100 MW alloués en janvier 2016) ont jusqu’à novembre prochain pour mettre en service leur projet. Or EDF OA est très en retard dans la fourniture de l’accord de rattachement au périmètre d’équilibre d’EDF (ARPE) qui ouvre le droit à injecter sur le réseau. « Ce retard peut donc potentiellement avoir un impact sur le droit au tarif d’achat », s’inquiète Richard Loyen, délégué général d’Enerplan. Dans le cas ou les contrats d’achat sont signés avec retard, EDF OA assure que cela n’impacte pas les montants perçus par les producteurs mais plusieurs d’entre eux font état de problèmes de trésorerie, en particulier dans les situations où les emprunts sur les projets ont commencé à courir alors qu’EDF OA n’a pas débuté les versements. L’entreprise assure que « le nécessaire est fait pour revenir rapidement à une situation normale », sans autre forme d’explications. Le syndicat Enerplan s’est tout de même fendu d’une lettre à la DGEC pour alerter sur la situation.

  • RÉGION SUD – Urbasolar inaugure une centrale sur un site du CEA 4 octobre 2018

    La centrale photovoltaïque installée au sein de la plateforme Megasol à Cadarache, CEA Tech en Région Sud, a été inauguré le 28 septembre, ont indiqué le CEA et Urbasolar le 28 septembre. Construite sur plus de 7 hectares, l’installation développe une puissance de 4,34 MW et produira chaque année l’équivalent de la consommation d’environ 1 416 foyers, précisent les deux partenaires. « En œuvrant au déploiement de briques technologiques, sur le terrain et à l’échelle industrielle, CEA Tech et Urbasolar souhaitent consolider les perspectives de développement de l’énergie photovoltaïque en favorisant sur le plan technique son intégration en masse sur les réseaux électriques », précisent-ils dans un communiqué commun. Ces travaux s’inscrivent dans la dynamique du programme Flexgrid initié par la Région Sud.

  • INDE – Première assemblée de l’Alliance solaire internationale 4 octobre 2018

    La première assemblée générale de l’Alliance solaire internationale (ASI) s’est tenue le 3 octobre en Inde, à New Delhi. Elle a été co-présidée par la secrétaire d’État française auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, aux côtés de son homologue indien, Raj Kumar Singh, ministre de l’Électricité et des Énergies nouvelles et renouvelables. « Instance de décision, l’assemblée générale de l’Alliance solaire internationale était une étape fondamentale pour accélérer le déploiement de l’énergie solaire dans les pays de la zone intertropicale, notamment en Afrique. 70 pays étaient représentés, dont 35 par leur ministre », explique un communiqué du ministère de la Transition écologique et solidaire. Les pays membres était réunis pour prendre des décisions visant à : renforcer la gouvernance de l’organisation ; nommer le directeur général ; définir les règles de fonctionnement et le budget ; arrêter le plan de travail des prochains mois. Sur la proposition d’un groupe de pays dont le Togo et le Mali, les pays membres ont en outre décidé de lancer une nouvelle initiative visant à accélérer l’harmonisation des cadres réglementaires des investissements dans l’énergie solaire.

SEPTEMBRE 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE SEPTEMBRE

Voir actus
  • FRANCE – Plus de 250 MW de projets solaires lauréats 27 septembre 2018

    On connaît désormais les 392 projets lauréats de la 5e période de l’appel d’offres solaire sur bâtiment, pour un volume de 230 MW, ainsi que les 48 nouveaux lauréats pour développer des installations photovoltaïques en autoconsommation, pour un volume de 20 MW. Le ministère de la Transition écologique et solidaire a en effet dévoilé le 27 septembre les résultats de ces deux appels d’offres. « Une fois de plus les installations solaires sur bâtiment démontrent une compétitivité croissante avec des prix en baisse de 5 % par rapport à la période précédente », se félicite François de Rugy dans un communiqué. Les projets lauréats valoriseront ainsi l’électricité produite à un prix moyen de 76,8 €/MWh « et les grandes installations affichent un prix historiquement bas de 72,2 €/MWh ». La Nouvelle-Aquitaine est la région la plus représentée, avec plus de 100 projets. Suivent l’Occitanie, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur puis l’Auvergne-Rhône-Alpes. 40 % des installations seront sur des bâtiments à usage agricole, précise le ministère. Côté autoconsommation, les projets lauréats pourront consommer eux-mêmes l’électricité d’origine renouvelable qu’ils produisent ou bien la valoriser auprès de tiers, et bénéficieront d’une prime à un prix pondéré de 26,8 €/MWh. « Le taux d’autoconsommation moyen des lauréats de l’appel d’offres est très élevé, de l’ordre de 98 %, traduisant une réelle volonté d’utiliser sa propre électricité », précise le ministère.

  • MOZAMBIQUE – Vers une centrale de 100 MW ? 27 septembre 2018

    L’aéroport international de Nacala, au nord-est du Mozambique, pourrait abriter la deuxième centrale solaire à grande échelle du pays. L’Agence américaine pour le commerce et le développement (Ustda) a en effet accordé une subvention d’1,2 million de dollars pour financer une étude de faisabilité d’un projet de centrale photovoltaïque pouvant atteindre 100 MW, selon nos confrères d’Afrik21. Sa construction se fera par tranches de 20 à 40 MW, et elle comprendra également une installation de stockage d’énergie d’une capacité maximale de 50 mégawatts, selon ce même média.

  • ENTREPRISE – Armor rejoint la World alliance for efficient solutions 27 septembre 2018

    Le groupe Armor, concepteur du film photovoltaïque souple et 100 % revalorisable Asca, a annoncé avoir rejoint la World alliance for efficient solutions, une alliance initiée par la Fondation solar impulse lors de la Conférence pour le climat à Bonn en novembre 2017, rassemble les acteurs du domaine des technologies propres. « En devenant membre de la World alliance for efficient solutions, Armor renforce sa position d’acteur industriel français socialement responsable et pérennise son engagement pour l’innovation durable », explique Hubert de Boisredon, PDG du groupe, dans un communiqué du 25 septembre. Innovateurs, investisseurs, prospects, institutions publiques et grands groupes engagés pour un futur durable sont membres de cette alliance. « Ils travaillent ensemble pour créer des synergies, partager leurs connaissances et nouer des liens qui, à terme, permettront d’accélérer la mise en œuvre de solutions propres et rentables capables de faire face aux défis environnementaux d’aujourd’hui », explique le communiqué.

  • FRANCE – C’est parti pour une première centrale solaire flottante 20 septembre 2018

    Akuo Energy a annoncé le lancement de la construction d’O’Mega 1, rien de moins que « la première centrale photovoltaïque flottante de France et la plus puissante d’Europe ». Cette installation d’une puissance de 17 MW, composée de 47 000 panneaux répartis sur 17 hectares, sera implantée sur le lac d’une ancienne carrière à Piolenc dans le Vaucluse et sera opérationnelle en mars 2019, précise le producteur indépendant français d’énergie renouvelable dans un communiqué publié le 20 septembre. Cette première centrale sera construite par Bouygues Energies Services. Son capital a été ouvert à l’investissement participatif, à hauteur de 900 000 €, les 12,8 M€ restants étant financés par Natixis Energeco. Le projet bénéficiera de la structure flottante Hydrelio, développé par Ciel & Terre, une technologie qui « a fait ses preuves à l’international puisque plus de 235 MW de centrales flottantes ont été installées avec des produits Hydrelio dans le monde », précise l’entreprise. « La production d’électricité sera vendue directement sur les marchés via l’agrégateur E6, et le complément de rémunération viendra compenser l’écart entre les revenus tirés de cette vente et le prix déterminé lors de l’appel d’offres », ajoute Akuo.

  • FRANCE – Nouvel amendement sur l’autoconsommation collective 20 septembre 2018

    Déposé par trois députés du groupe « la République en Marche » (Barbara Pompili, Célia de Lavergne et Anthony Cellier), un amendement qui traite de l’autoconsommation collective a été récemment adopté le 13 septembre en commission spéciale, dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises (Pacte). Le texte a principalement pour objet d’élargir le périmètre de l’autoconsommation collective. Il propose en effet le changement suivant : « À la fin de l’article L. 315-2, les mots : ”en aval d’un même poste public de transformation d’électricité de moyenne en basse tension.” sont remplacés par les mots ”sur le réseau basse tension et respectent un critère de proximité géographique défini par arrêté du ministre chargé de l’énergie, après avis de la Commission de régulation de l’énergie.” » Ce, « À titre expérimental et pour une durée de 5 ans », précise l’amendement. Il propose également de supprimer le seuil de 100 kW qui « concerne l’obligation pour la CRE d’établir un Turpe (tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité) spécifique pour les autoconsommateurs et qui s’applique ainsi aussi bien à l’autoconsommation individuelle qu’à l’autoconsommation collective, afin notamment de dé-corréler la question du Turpe de celle de la maille de l’autoconsommation collective ». Le ministère chargé de l’énergie et la Commission de régulation de l’énergie dresseront un bilan de l’expérimentation « avant le 31 décembre 2023. »

  • MICRO-ONDULEURS – Un nouveau produit pour des applications résidentielles 20 septembre 2018

    APsystems dévoilera le 25 septembre au salon international Solar Power à Anaheim, aux États-Unis, le QS1, un micro-onduleur monophasé connectant quatre modules, destiné au marché résidentiel. Ce nouveau produit « offre un temps d’installation 75 % plus rapide, tout en offrant une puissance de sortie maximale et une vitesse de transmission des données jusqu’à 3 fois plus rapide que le Courant Porteur en Ligne. Une plage de tension MPPT plus large permettra une plus grande production d’énergie pour les propriétaires », promet le groupe. Il est conçu pour se connecter à des modules de haute puissance jusqu’à 375 W, avec une sortie AC de 300 W par canal, la plus élevée des micro-onduleurs.

  • AUTOCONSOMMATION COLLECTIVE – La région Grand Est lance un appel à projets 13 septembre 2018

    L’Ademe et la région Grand Est ont annoncé le lancement d’un appel à projet pour des installations en autoconsommation collective. S’inscrivant dans le cadre du projet Climaxion (anticiper – économiser – valoriser), l’appel d’offres vise les collectivités, associations, entreprises, bailleurs sociaux et copropriétés. Les dates limites de dépôt des dossiers pour les différentes sessions sont : le 31 décembre 2018 pour la première session ; le 31 juin 2019 pour la deuxième session ; le 31 décembre 2019 pour la troisième session. Les aides s’établissent ainsi : 30 % de l’investissement et 70 % du montant des études pour tous les bénéficiaires (60 % pour les moyennes entreprises et 50 % pour les grandes entreprises), avec un plafond de 10 000 € d’assiette éligible. « La limite basse de puissance éligible est fixée à 10 kW. Il n’y a pas de limite haute de puissance mais l’aide accordée ne pourra porter que sur les 100 premiers kW », est-il précisé.

  • INITIATIVE – Du photovoltaïque sur un ancien site de stockage de déchets 13 septembre 2018

    Une centrale photovoltaïque de 4 MW a été inaugurée le 12 septembre sur l’ancienne installation de stockage de déchets de Suez, fermée depuis 2005, à La Couronne (16), inscrite sur un territoire à énergie positive (Tepos). D’une superficie de 6,7 hectares, l’installation devrait permettre la production de 5 440 MWh par an. Elle est le fruit d’une collaboration entre la mairie de La Couronne, Suez, Engie Ineo et Cap Vert Energie. Pour Pierre de Froidefond associé co-fondateur de Cap Vert Energie, qui va exploiter dans la durée le site, « la reconversion d’un terrain industriel à des fins de production d’énergie verte contribue à développer le modèle de production décentralisée d’énergie à proximité des sites de consommation dans lequel nous croyons ».

  • BIPV – Des modules bi-verre 32 cellules pour une façade 13 septembre 2018

    Les modules bi-verre 32 cellules à haute transparence de CS Wismar équipent désormais la façade de la Maison des services publics de Miramas (13), a annoncé le 12 septembre le fabricant allemand dans un communiqué. Cette solution a été retenue « afin de répondre aux contraintes architecturales exigeantes nécessitant d’allier une diffusion de lumière naturelle suffisante et une protection solaire efficace, explique l’industriel. De plus, les 3 façades du bâtiment équipées de panneaux photovoltaïques permettent de maximiser sa performance énergétique. » Les modules sont en effet composés de 32 cellules très espacées qui apportent une zone de transparence de 50 % pour optimiser l’apport de lumière naturelle. La recherche de solutions sur les fonctions de l’enveloppe du bâtiment, s’est faite en concertation avec l’ensemble des intervenants du projets : le maître d’ouvrage Ouest Provence Habitat, l’installateur Générale du solaire, l’architecte Serge Fournier (Triumvirat) et CS Wismar. Plusieurs alternatives ont ainsi été testées, notamment avec les modules 48 et 54 cellules.

  • AUTOCONSOMMATION COLLECTIVE – Les professionnels réclament l’exonération de CSPE 6 septembre 2018

    « La CSPE tue l’intérêt économique des modèles innovants d’autoconsommation », s’est exclamé un professionnel du photovoltaïque lors de l’université d’été de l’autoconsommation photovoltaïque organisée par Enerplan les 5 et 6 septembre. Si la bataille pour un TURPE non punitif semble mal engagée, les professionnels de la filière sont debout pour réclamer une exonération de la CSPE lors de projets d’autoconsommation collective. Cette revendication est un des exemples concrets de la simplification des procédures que la filière réclame régulièrement pour le photovoltaïque et l’autoconsommation. Les professionnels ont le sentiment d’être pris dans un moule trop étroit pour que l’autoconsommation puisse se développer. C’est pourquoi, la filière propose également d’améliorer les passerelles, entre autoconsommation individuelle et collective, et entre autoconsommation et vente de gré à gré. Ceci permettrait de faire évoluer les contrats des producteurs au fil du temps afin de suivre l’évolution de leurs modes de consommation. Globalement, cette nouvelle souplesse permettrait de rassurer les financeurs de projets en autoconsommation. Ceux-ci seraient alors plus à même d’injecter du crédit dans de tels modèles, d’autant que jamais « la liquidité n’a été autant présente pour soutenir les projets d’énergies renouvelables », selon Nicolas Rochon, directeur d’Rgreen Invest.

  • UE/CHINE – Fin des mesures antidumping 6 septembre 2018

    Lors d’une réunion à Bruxelles, la majorité des États membres de l’Union européenne ont décidé le 3 septembre de ne pas réappliquer les mesures antidumping et antisubventions pour les cellules et panneaux photovoltaïques cristallins. Mises en place il y a cinq ans, ces mesures avait été décidées pour protéger l’industrie solaire européenne face aux produits chinois. Censées durer deux ans, elles avaient été prolongées, puis en mars 2017 la Commission européenne avait décidé de les réduire progressivement sur dix-huit mois. « Après avoir étudié les besoins à la fois des producteurs de panneaux solaires et de ceux qui les utilisent ou les importent, la Commission a décidé qu’il était dans le meilleur intérêt pour l’UE de faire disparaître ces mesures », a justifié l’institution. Cette décision est vivement critiquée par les fabricants de panneaux et de composants, réunis dans la fédération EU Prosun qui réclamait la prolongation de la politique européenne. En revanche, développeurs et installateurs se sont réjouis, par la voix de James Watson, directeur général de SolarPower Europe, fédération qui les représente à Bruxelles, parlant d’« un nouvel âge du solaire » en Europe.

  • FRANCE – Une convention pour renforcer la qualité d’installation 6 septembre 2018

    Qualit’EnR a annoncé le 6 septembre la signature d’une convention avec le ministère de la Transition écologique et solidaire et l’Ademe pour la délivrance de signes de qualité conformes aux dispositions de l’arrêté du 9 mai 2017 (applicables aux installations de puissance inférieure ou égale à 100 kW en métropole continentale). « Avec cet accord, explique l’association pour la qualité dans les énergies renouvelables, la qualification devient obligatoire pour bénéficier des tarifs d’achat et de la prime à l’autoconsommation pour les installations photovoltaïques en France métropolitaine. » Cette obligation de qualification professionnelle s’accompagne par ailleurs de nouvelles exigences en matière de contrôle qualité des entreprises concernées, qui seront contrôlées au plus tard à leur deuxième réalisation puis toutes les 14 installations en moyenne. « Cette évolution attendue de longue date par les professionnels est une mesure de bon sens, estime Qualit’EnR. Imposer le recours à une entreprise qualifiée pour l’attribution des aides de l’État est un double gage de confiance afin de sécuriser les projets des clients et le bon emploi de l’argent public. »

JUILLET 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE JUILLET

Voir actus
  • MONDE – Recul des investissements au premier semestre 12 juillet 2018

    Sur ce premier semestre, 71,6 milliards de dollars ont été investis dans le solaire au 1er semestre 2018, soit 19 % de moins que l’année derrière à la même période, avance une étude publiée le 10 juillet par Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Le cabinet de conseil précise qu’au niveau mondial, la baisse des investissements ne traduit pas nécessairement une diminution des projets, puisque les installations coûtent moins cher : « moins de dollars sont dépensés pour chaque MW installé », note le rapport. En revanche, le recul du marché chinois ne s’explique pas seulement par la réduction des coûts des installations photovoltaïques en Chine. Le récent coup de frein des autorités a changé la donne. « Nous nous attendons à ce que cette mesure entraîne une chute des projets en Chine cette année, par comparaison avec les 53 GW de 2017, un record spectaculaire », analyse BNEF.

  • ENTREPRISE – Engie green passe la barre du GW installé 12 juillet 2018

    Avec les 73,2 MW du parc photovoltaïque de Salaunes, inauguré en Nouvelle Aquitaine le 3 juillet, Engie Green franchit la barre du GW installé. Développé sur plus de 130 hectares, le parc représente un investissement total de 67 millions d’euros. « La phase de construction a été confiée à Engie Solar (anciennement Solairedirect) et les équipes Engie Green assureront les phases d’exploitation et de maintenance », précise le groupe dans un communiqué. En Nouvelle Aquitaine, Engie Green, exploite plus de 330 MW et 150 MW sont actuellement en cours de développement (à l’horizon 2022) ou en construction, précise la filiale d’Engie, laquelle vise le développement de près de 2,2 GW de solaire à l’horizon 2021.

  • ENTREPRISE – Total regroupe ses compétences solaires 12 juillet 2018

    Total va regrouper au sein de Direct Énergie toutes ses compétences solaires, a affirmé, le 9 juillet à GreenUnivers, Philippe Sauquet, président de la branche Gas, Renewables & Power du groupe français. « À terme, nous allons regrouper toutes les compétences solaires pour la France au sein de Direct Énergie », a-t-il précisé. Ce, alors que Total et Direct Energie ont annoncé le 6 juillet la finalisation de l’acquisition par Total de 73,04 % du Capital de Direct Energie. Fin juin, Patrick Pouyanné, PDG de Total, annonçait que son groupe avait l’objectif d’installer 10 GW de capacités d’énergie solaire en France d’ici dix ans. Il s’exprimait à l’occasion de l’annonce du plan solaire gouvernemental.

  • GROUPE DE TRAVAIL – Fin des spéculations sur la régionalisation 5 juillet 2018

    À l’occasion de la présentation, le 28 juin, des conclusions de « son » groupe de travail solaire, Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot, est revenu sur la question de la régionalisation des tarifs d’achat du photovoltaïque, une demande en hausse de la filière. Après avoir rappelé que c’était en partie le cas dans les Territoires d’outre-mer, dans les lesquels « pour la première fois, le gouvernement va lancer des appels d’offres photovoltaïques pluriannuels, territoire par territoire », le secrétaire d’État a fermé la porte à cette logique en métropole. « Nous assumons de ne pas régionaliser les appels d’offres en métropole où la situation est radicalement différente, a-t-il commencé. Nous devons saisir le moment où nous sommes. Un moment où dans bien des compartiments nous avons déjà quitté une économie administrée pour atterrir en douceur dans le bon équilibre entre l’offre et la demande. C’est le gage de la réussite de la transition énergétique. » Et de poursuivre, « Qu’observe-t-on sur les derniers appels d’offres ? Les Hauts-de-France et le Grand Est ont été les 3e et 4e régions pour les nouveaux projets solaires. La conquête de l‘est et du nord est en cours et nous y sommes presque. D’autres problèmes existent dans d’autres régions, en particulier là où le foncier est élevé. C’est pourquoi l’État prend des mesures pour libérer le foncier. Les Régions pourront compléter ces mesures par des dispositions spécifiques de soutien. Certaines l’ont fait, les friches seront d’ailleurs sollicitées via les établissements publics fonciers et l’Ademe est déjà largement engagée sur cette voie. »

  • MONDE – Vers une contraction du marché en 2018 ? 5 juillet 2018

    C’est en tout cas une possibilité, selon Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Le consultant prévoit en effet un possible recul du niveau des installations solaires en 2018 dans un rapport publié le 2 juillet. En cause, le coup d’arrêt donné par le gouvernement chinois début juin. Les autorités avaient alors annoncé la diminution drastique des subventions en faveur de la production d’électricité solaire. Des 3 hypothèses retenues par le cabinet, le plus prudent table sur une contraction du marché, à 95 GW, soit une diminution du marché mondial de 3 % (100 GW en 2017). Les deux autres scénarios se veulent moins pessimistes, avec des capacités équivalentes pour le premier et en légère hausse, à 104 GW pour le plus optimiste. La situation en Chine n’aurait donc qu’un impact mesuré en 2018, car sa position sur le marché mondial devrait diminuer et d’ici 2020, ne représentait « plus qu’un quart de la demande mondiale contre 50 % en 2017 », expliquent les analystes de BNEF.

  • ENTREPRISE – Total annonce un objectif français de 10 GW en 10 ans 5 juillet 2018

    Patrick Pouyanné a annoncé le 29 juin que Total avait l’objectif d’installer 10 GW de capacités d’énergie solaire en France d’ici dix ans. Le PDG, qui s’exprimait à l’occasion de l’annonce du plan solaire gouvernemental, compte notamment installer des panneaux solaires sur certaines des stations-service du groupe ainsi que sur l’ensemble de ses sites en France. Il estime par ailleurs que 100 GW devraient être mis en service en France dans les 15 prochaines années si le pays veut atteindre ses objectifs de transition énergétique. « Nous avons des sites industriels (…) qui représentent près de 600 MW à installer chez nous et donc nous allons installer ces sites. Tous nos sites vont être solarisés », a-t-il détaillé, ajoutant que le groupe a aussi « engagé la solarisation de 800 stations (service) dans le pays. » Total souhaiterait également exploiter certaines de ses friches industrielles et a plaidé pour un soutien public particulier pour ces sites, situés essentiellement dans le nord de la France. Présent dans le solaire depuis 2011, avec sa participation majoritaire dans la société américaine SunPower, Total a récemment mis la main sur un portefeuille solaire en France, via le rachat du fournisseur d’énergie Direct Energie, qui avait lui-même acquis l’an dernier le producteur d’énergies renouvelables Quadran. Total a également lancé une filiale dédiée, Total Solar, qui a remporté fin 2017 pour 32 MW de projets lors du 2e appel d’offres national pour les bâtiments et petites ombrières.

JUIN 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE JUIN

Voir actus
  • Entreprise – SMA pense au SolarCoin 28 juin 2018

    Le producteur d’onduleurs SMA a annoncé étudier l’usage du SolarCoin pour lui-même et ses clients dans un communiqué du 19 juin. Cette nouvelle, rendue publique durant le salon Intersolar, signifie que les producteurs photovoltaïques détenant un onduleur SMA devraient pouvoir recevoir des SolarCoins pour les kWh injectés sur le réseau. Et donc augmenter leurs revenus grâce à cette crypto-monnaie. SMA s’est associé avec la start up de Hong Kong SolarLux afin d’évaluer la faisabilité de ce projet. Le SolarCoin a été lancé par la fondation éponyme en janvier 2014. Cette crypto-monnaie est destinée à soutenir le développement de la filière photovoltaïque. Chaque producteur photovoltaïque peut recevoir gratuitement des SolarCoins pour tout MWh d’électricité solaire injecté dans le réseau, à raison d’un SolarCoin par MWh.

  • France – Ce que l’on sait du plan solaire 28 juin 2018

    Aides supplémentaires pour les particuliers et les agriculteurs, mobilisation de la grande distribution et des terrains de l’armée… Le gouvernement doit dévoiler ce 28 juin son plan solaire, soit une série de mesures pour développer l’énergie solaire sur le territoire. Ce plan intervient à l’issue des travaux du groupe de travail mené par Sébastien Lecornu, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, et dont l’un des grands enjeux a été la mobilisation du foncier disponible (toits des bâtiments, terrains non utilisés, etc.). Exemple, en échange de mesures de simplification pour installer des panneaux photovoltaïques sur leurs toits, des acteurs de la grande distribution se sont finalement engagés à développer des projets sur leurs magasins, a appris l’AFP auprès du ministère de la Transition écologique. « Auchan promet 60 hectares, Les Mousquetaires et Systèmes U, 50, Leclerc, 30 », a précisé Sébastien Lecornu, dans un entretien au Parisien. Par ailleurs, l’armée s’est engagée à mobiliser 2 000 hectares pour des parcs solaires d’ici à 2025. Et pour mobiliser les agriculteurs, le gouvernement va prendre en charge 40 % du coût du raccordement au réseau électrique des panneaux solaires qu’ils installeront sur leurs exploitations, a indiqué le ministère, confirmant des informations de Franceinfo.

  • Turquie – Vers les 3 GW de capacité installée 28 juin 2018

    La capacité de production d’énergie solaire en Turquie est passée de 939 MW en janvier 2017 à 2 978 MW aujourd‘hui, soit une augmentation de 217 %, selon les données récemment publiées par l’autorité turque de régulation du marché de l’énergie (EMRA) et rappelées par l’Assemblée des exportateurs de Turquie (TiM). Et « cette progression n’est d’ailleurs qu’un début, explique le TiM. Le marché solaire turc possède en effet un fort potentiel, notamment pour les investisseurs étrangers, comme l’illustrent les chiffres du secteur, avec 46 000 MW actuellement installés, 175 % d’augmentation de la production d’énergie solaire en 2017, 1,1 milliard de mètres carrés de toiture couvrant la surface de toiture. » Avec le projet YEKA, la Turquie a lancé, en 2017, un appel d’offres pour une capacité solaire de 1 GW, rappelle également le TiM. Dans le même temps, le ministère de l’Énergie et des ressources naturelles (MENR) entend augmenter la capacité énergétique solaire et éolienne installée du pays de 10 GW par an sur 10 ans.

  • OCCITANIE – Inauguration de la centrale toulousaine du Min 21 juin 2018

    Mise en service en mars 2018, la centrale solaire composée de 6 000 panneaux répartis sur une surface de 10 000 m², pour une puissance installée de 1,7 MW et une production annuelle attendue d’environ 2 000 MWh, a été officiellement inaugurée le 14 juin par Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, et Arnaud Leroy, président de l’Ademe. La centrale, située sur le toit de la halle aux fleurs du Min, doit permettre d’économiser environ 1 000 tonnes de CO2 par an et représente l’équivalent de 800 foyers alimentés en électricité. L’électricité produite par Solveo est revendue à EDF et intégrée au réseau. La collectivité toulousaine a d’autres projets photovoltaïques en vue, notamment une centrale de 15 MW sur les 20 hectares de l’ancien site AZF, inconstructible.

  • ENTREPRISE – Succès de l’opération de refinancement de Reden Solar 21 juin 2018

    Reden Solar a annoncé le succès de son opération de refinancement de la majorité de ses actifs français pour une levée totale de 270 M€. « La qualité de nos actifs historiques et la confiance de nos partenaires bancaires nous ont permis de réaliser cette opération qui non seulement simplifie fortement la structure de la dette, en améliore les conditions économiques, mais aussi nous permet de dégager un excédent de trésorerie significatif. Cet excédent sera dans sa quasi-totalité destiné à financer l’accélération de la croissance du groupe, notamment par le rachat de centrales et projets en France, au Portugal, et au Chili », explique Vincent Wattignier, directeur financier du Groupe, cité dans un communiqué. Pour rappel, en février 2017, Infravia (53 %) et Eurazeo (47 %) reprenaient la totalité des activités solaires de la structure familiale Fonroche, regroupées dans une société baptisée Reden Solar. Depuis cette date, la nouvelle entité s’est développée en France, mais aussi à l’international avec une présence dans une dizaine de pays. Dernier en date, le Portugal.

  • PAKISTAN – Un prêt de 100 M$ pour un projet de 400 MW 21 juin 2018

    La Banque mondiale a annoncé, dans un communiqué du 14 juin, avoir accordé un prêt de 100 millions de dollars pour financer 400 MW de projets solaires dans la province de Sindh au Pakistan. Ce programme dénommé Sindh Solar Energy a été présenté en mars dernier par le gouvernement local. Il vise la construction de 400 MW de centrales solaires photovoltaïques de 50 à 200 MW, avec une première installation de 50 MW. Il entend également offrir des subventions à des entreprises privées pour l’installation de systèmes solaires photovoltaïques résidentiels dans 200 000 foyers.

  • INNOVATION – Le photovoltaïque au service de l’agriculture 14 juin 2018

    L’entreprise Sun’R propose désormais Sun’Agri, une innovation qui permet sur une même surface de combiner terre cultivée, système de protection des cultures et production photovoltaïque. « Reposant sur de puissants algorithmes et des systèmes agronomiques complexes issus de plusieurs années de recherche, en partenariat avec l’INRA, l’IRSTEA et iTK…, ce dispositif propose, par ailleurs, un réel système visant à protéger les cultures face aux intempéries telles que vent, grêle, fortes chaleurs… », explique l’entreprise française dans un communiqué. Des panneaux pilotés concourent à optimiser la croissance des plantes et l’automatisation du déploiement de filets protecteurs assure la protection des plantes. Sun’R promet de nombreux avantages pour le monde agricole : augmentation des rendements, réduction de la consommation d’eau de 20 %, suppression des pertes liées aux aléas météorologiques, amélioration des revenus et des conditions de vie de l’agriculteur, durabilité de l’exploitation.

  • INDE – Un premier projet de 500 toitures solaires 14 juin 2018

    La filiale de l’Agence Française de Développement (AFD) Proparco, en partenariat avec le groupe Azur Power, vient de signer un prêt de 40 M$ pour le développement de toitures solaires en Inde. À terme, le projet table sur une capacité de 175 MW sur plus de 500 toits de clients commerciaux, industriels et gouvernementaux du pays. Ce prêt s’intègre dans un financement de 135 M$ arrangé par la SFI, qui apporte 45 M$, et complété par les contributions de 30 M$ du FMO et de 20 M$ de la Banque autrichienne de développement. Malgré un potentiel photovoltaïque sous-exploité et une grande partie de la population non raccordée, l’Inde s’est engagée en faveur des énergies renouvelables et son ambition est d’accroître la part des renouvelables à 40 % de son mix énergétique d’ici 2030, contre 17 % actuellement. La majeure partie de cette stratégie repose sur l’énergie solaire, avec l’objectif d’atteindre 100 GW d’ici 2022, dont 40 GW grâce aux toitures solaires, lesquelles ne représentent aujourd’hui que 2 GW.

  • MICROCENTRALES – Une levée de fonds pour les bâtiments agricoles 14 juin 2018

    Le producteur d’énergie Amarenco France à Gaillac (Tarn) vient d’obtenir 5,3 M€ d’Eiffel Investment Group pour financer 43 microcentrales sur des bâtiments agricoles dans le Sud-Ouest et la Corse. La puissance totale de 4,3 MW alimentera 1 000 foyers hors chauffage. L’investissement s’élève à 7 millions d’euros. Les fonds sont levés sous la forme de prêts relais. « Un taux assez élevé, mais le financement bancaire est long et complexe à obtenir quand on construit beaucoup de petites centrales », explique Alain Desvigne, président d’Amarenco France, cité dans un communiqué. Amarenco a obtenu des contrats de vente de l’électricité à EDF pendant vingt ans à 11 c€/kWh en métropole et 14,5 c€/kWh en Corse. Elle fait installer les centrales, les exploite et verse à l’agriculteur une soulte d’environ 30 000 euros pour la location de la toiture, qui finance une grande partie la construction du bâtiment.

  • FRANCE – La régionalisation des tarifs d’achat en tribune 7 juin 2018

    Dans une tribune publiée le 6 juin sur lemonde.fr, plus de 160 acteurs de terrain plaident pour une régionalisation des tarifs d’achat et des procédures d’appels d’offres pour l’énergie solaire. Les élus locaux et professionnels de la filière photovoltaïque signataires demandent aussi à l’État le relèvement du seuil de ces derniers à 500 kW (contre 100 actuellement pour le photovoltaïque). Initiée par le Réseau pour la transition énergétique (CLER), la tribune affirme que « l’avenir de l’énergie solaire dépendra de notre capacité à développer les projets de toutes les gammes de puissance de façon harmonieuse partout en France, et pas uniquement dans les régions du sud où ils paraissent plus rentables ». Les signataires de la tribune regrettent que le groupe de travail sur l’énergie solaire piloté par Sébastien Lecornu arrive à son terme « sans aborder cet enjeu stratégique qui met pourtant en valeur le rôle fondamental des territoires dans la transition énergétique. »

  • INNOVATION – Les bons tours d’Intersolar Europe 7 juin 2018

    Nouveauté de l’édition 2018 du salon Intersolar Europe qui se déroulera à Munich (Allemagne) du 20 au 22 juin, des visites guidées sont désormais proposées. Et en trois langues s’il vous plaît ! Les visites sont organisées pour des groupes de 25 personnes maximum. Elles sont menées par des guides spécialisés qui proposent ainsi des tours en allemand, en anglais, et en français. Ces derniers auront lieu de 10 à 12 h les 20 et 21 juin. La participation est gratuite et l’inscription se fait en ligne.

  • AUTOCONSOMMATION – Effy se lance sur le marché résidentiel 7 juin 2018

    Olivier Mercou a rejoint le groupe Effy en tant que directeur développement solaire, a annoncé le groupe spécialisé jusqu’alors dans les solutions d’efficacité énergétique. « Il rejoint le groupe, fort d’une expérience de plus de 10 ans dans le développement des solutions solaires au sein des groupes Total puis EDF ENR dont il était directeur commercial depuis 4 ans », explique un communiqué. Présenté comme un « expert sur les modèles d’autoproduction et de consommation énergétique raisonnée pour les particuliers », il aura pour mission de développer l’offre d’autoconsommation photovoltaïque pour les particuliers, soit le développement d’un nouveau marché pour Effy.

MAI 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE MAI

Voir actus
  • FINANCEMENT PARTICIPATIF – Le plafond triple et passe à 8 M€ 31 mai 2018

    Le gouvernement va relever à 8 M€ le montant maximal autorisé par projet pour le financement participatif (« crowdfunding »), contre 2,5 M€ actuellement, a indiqué le 24 mai le secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi lors du salon Vivatech. Une annonce qui n’a pas tardé à faire réagir certains acteurs. « C’est un très bon signal pour le secteur, qui souligne la crédibilité des plateformes pour accompagner le financement de l’économie française, notamment dans les domaines qui construisent l’avenir », explique ainsi Amaury Blais, président de Lendosphere, dans un communiqué du 25 mai. La plateforme indique que, sur le site du ministère, le calendrier est fixé : le passage à 8 millions d’euros est prévu avant fin 2018 pour les plateformes agréées Conseiller en Investissements Participatifs et Prestataire de Services d’Investissement. L’ouverture du PEA-PME aux obligations et minibons est également prévue. « Ce relèvement à 8 millions d’euros permettra d’accompagner davantage de projets d’énergie renouvelable d’envergure et d’y associer un nombre toujours croissant d’épargnants désireux de choisir en transparence le sens de leur épargne », poursuit le dirigeant.

  • ENTREPRISE – Voltalia choisit Suntech 31 mai 2018

    Voltalia a annoncé, dans un communiqué du 28 mai, avoir signé un « accord non-exclusif » avec l’entreprise chinoise Suntech. Cet accord-cadre concerne la fourniture de panneaux solaires jusqu’à une capacité de 304 MW et court jusqu’en juin 2019. Les prochains projets du groupe en Afrique (projet égyptien Râ Solar, 32 MW, et projet kenyan Kopere, 50 MW) seront ainsi équipés de ces panneaux. « Nous sommes heureux de bénéficier de produits de grande qualité à un prix compétitif dans le cadre de cet accord portant sur un volume significatif. Ils bénéficieront aussi bien à Voltalia qu’à ses clients », explique Sébastien Clerc, directeur général du producteur français d’électricité renouvelable.

  • INNOVATION – Le kit solaire d’OniriQ 31 mai 2018

    La start-up OniriQ a lancé une campagne de crowdfunding pour son kit solaire innovant, Solarbox, permettant de connecter les familles africaines à l’énergie et à internet. Elle a par ailleurs annoncé un partenariat avec la Fondation Energies pour le Monde (Fondem) avec qui elle travaille depuis 2016. Ainsi, Solarbox est actuellement testé auprès de familles rurales au Sénégal, dans la commune de Ouonck, où la Fondem a déployé 190 installations solaires depuis 2009, en partenariat avec un comité de gestion villageois (CGESO). À l’occasion du lancement des préventes du kit solaire, les deux partenaires s’associent pour lancer un projet pilote qui permettra de déployer 15 kits solaires dotés d’un accès à internet chez 15 familles. « Les kits solaires seront dotés d’une technologie de prépaiement à la demande, par téléphone portable, qui sera exploitée par le CGESO, en partenariat avec Orange Sénégal. Le pilote durera 1 an », précise OniriQ. La start-up annonce par ailleurs l’implantation d’une succursale au Sénégal à l’été 2018 et la production locale de ses kits solaires dès 2019. « Plus de 50 kits sont en cours de tests sur le terrain et une production de 1 000 kits sera lancée d’ici la fin 2018 avec un déploiement vers d’autres pays d’Afrique de l’Ouest en 2019 et 2020 », assure-t-elle.

  • GROUPE DE TRAVAIL – 37 mesures retenues à mi-parcours 24 mai 2018

    Le ministère a retenu 37 mesures à mi-parcours des travaux du groupe de travail national sur l’énergie solaire, lequel s’est réuni en plénière le 22 mai. Lors de ce point intermédiaire, le ministère a réaffirmé sa volonté d’étudier désormais de façon détaillée ces propositions et de mener la réflexion jusqu’au bout, tout en rappelant que certaines mesures devront passer par l’arbitrage interministériel et d’autres recevoir l’approbation de la Commission européenne. « Il faut libérer l’énergie solaire afin de réaliser la transition énergétique. Pour atteindre nos objectifs, l’énergie solaire est celle qui présente le potentiel le plus important », a affirmé le secrétaire d’État Sébastien Lecornu. Les travaux se poursuivront les 5, 6 et 7 juin, puis le groupe de travail se réunira en plénière le 19 juin. « Enerplan s’est fortement impliqué dans ces travaux en étant force de propositions, dont de nombreuses ont été reprises par le ministère à ce stade. Les réunions de juin devraient permettre de les rendre opérationnelles mais aussi de revenir sur quelques pistes ayant été écartées », explique Daniel Bour, président d’Enerplan, dans un communiqué du 23 mai.

  • ENTREPRISE – Dualsun lève 2,4 M€ 24 mai 2018

    DualSun a levé 2,4 millions d’euros, a annoncé le 22 mai l’entreprise qui conçoit, fabrique et commercialise des panneaux solaires produisant à la fois de l’électricité et de la chaleur. Cette troisième opération a été souscrite par les investisseurs historiques de DualSun, Provence Business Angels, CAAP Création et les sociétés d’investissement Noria et Opalic, auxquels est venu s’ajouter le fonds régional PACA Investissement. Créée en 2010, l’entreprise avait effectué jusqu’alors une première levée de fonds de 500 000 € en 2012, puis une deuxième, d’un montant de 1,3 million d’euros, en 2014.

  • INNOVATION – Jeu, solaire et match 24 mai 2018

    Le groupe français Armor a développé pour le tournoi de Roland Garros une station de recharge de smartphones intégrant le film solaire ASCA©. Sur son dôme, ce sont ainsi plusieurs dizaines de solar sets, composés de ce film, qui se juxtaposent, comme des tuiles. Une station de recharge photovoltaïque de smartphones a pris place à proximité du nouveau court n° 18 du célèbre tournoi de tennis. Tout au long de la journée, le film capte l’énergie solaire et la transforme, rechargeant ainsi des batteries externes qui sont ensuite proposées à la location aux spectateurs. Ces derniers peuvent ainsi recharger leur smartphone tout en continuant à se déplacer et à suivre les matchs. Cette station photovoltaïque a été développée dans le cadre d’un appel à projet lancé par Engie à la fin de l’année 2017.

  • ENTREPRISE – Reden Solar s’attaque au marché portugais 3 mai 2018

    En février 2017, Infravia (53 %) et Eurazeo (47 %) reprenaient la totalité des activités solaires de la structure familiale Fonroche, regroupées dans société baptisée Reden Solar. Depuis cette date, la nouvelle entité s’est développée en France, mais aussi à l’international avec une présence dans une dizaine de pays. Dernier en date, le Portugal, où l’entreprise vient d’acquérir plusieurs centrales photovoltaïques existantes, représentant une capacité globale de 50 MW, comme elle l’a annoncé dans un communiqué du 27 avril. Elle projette d’y développer de nouveaux parcs solaires dans les années à venir. Au total, les installations développées à ce jour par l’entreprise représentent une capacité cumulée de 330 MW, dont 180 MW détenus en compte propre. Reden Solar est impliquée dans de nombreux projets en cours de développement ou de construction pour plus de 350 MW et la société a pour ambition de continuer à augmenter significativement ses capacités de production dans les prochaines années. Cela concerne aussi bien des projets de centrales photovoltaïques au sol (entre 20 et 100 MW chacune) que des serres photovoltaïques (entre 5 et 10 MW).

  • FINANCEMENT PARTICIPATIF – 36 centrales proposées en Régions Occitanie et Sud 3 mai 2018

    Le montpelliérain Apex Energies s’associe au provençal Eco Green Développement pour lancer une campagne de financement participatif réservée aux habitants de départements concernés par des projets de centrales solaires photovoltaïques. Cette levée de fonds, sur la plateforme Lendopolis, filiale de La Banque Postale, doit permettre la création de 36 installations sur hangars agricoles dans deux régions, l’Occitanie et le Sud. Dans le détail, 24 centrales seront implantées en Occitanie : 14 dans le Tarn, 2 dans l’Hérault, le Gard, l’Aveyron et le Tarn-et-Garonne, 1 en Haute Garonne et dans le Lot. En Région Sud, 4 centrales sont prévues dans les Alpes de Hautes Provence, 6 dans les Hautes Alpes et 2 dans les Bouches du Rhône. Un montant total de 350 000 € rémunéré à 6% par an sur 4 ans est réservé aux résidents des départements des projets (12, 31, 34, 46, 81, 30, 82, 04, 05, 13) ainsi qu’aux résidents des départements limitrophes.

  • ENTREPRISE – Une nouvelle usine américaine pour First Solar 3 mai 2018

    First Solar a annoncé le 26 avril la construction prochaine d’une nouvelle usine de fabrication de modules près de son site existant de Perrysburg, en Ohio. Le fabricant américain de panneaux solaires photovoltaïques, type couche mince, vise, pour cette usine, une capacité de production de 1,2 GW pour un investissement de 400 millions de dollars. Les travaux devraient démarrer mi-2018 pour un fonctionnement à pleine capacité fin-2019. Cette nouvelle unité devrait en outre permettre la création de 500 nouveaux emplois dans l’État et devrait tripler la capacité de production des États-Unis. Avec la capacité de production de l’usine actuelle de 600 MW en plus du nouveau site, First Solar fabriquera 1,8 GW de modules solaires, ce qui en fera – « le plus grand fabricant de modules photovoltaïques du pays », se félicite la compagnie dans un communiqué.

AVRIL 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE AVRIL

Voir actus
  • ÉTATS-UNIS – Le gouvernement débloque 105 M$ pour la recherche 26 avril 2018

    Une enveloppe de 105,5 millions de dollars sera destinée à des projets de recherche dans le secteur des technologies solaires aux Etats-Unis. Cette annonce formulée le 17 avril par Rick Perry, le secrétaire américain à l’Énergie, concerne le bureau des technologies solaires (SETO) du Département américain de l’énergie (DoE) qui va ainsi pouvoir financer 70 projets pour améliorer aussi bien les technologies solaires photovoltaïques (PV), le solaire à concentration (CSP) que l’intégration de ces technologies sur le réseau américain. Dans le détail, les technologies d’intégration au réseau représentent 14 projets (pour 46 M$ de financement), la recherche et le développement autour du CSP, 21 projets (24 M$), et celle sur le PV, 28 projets (27 M$), précise un communiqué. 8,5 M$ seront, eux, destinés à quatre projets consacrés à l’industrie du futur et sa main d’œuvre.

  • SÉNÉGAL – Engie et Meridiam retenus pour deux projets pour un total de 60 MW 26 avril 2018

    Le groupe français Engie et le fonds d’investissement Meridiam ont été retenus comme « soumissionnaires privilégiés » dans un appel d’offres lancé par la Commission de régulation du secteur de l’électricité du Sénégal (CSRE) en octobre 2017. Les deux partenaires se voient ainsi confier la réalisation de deux projets photovoltaïques d’une puissance totale de 60 MW. Ces projets sont situés à Kahone, dans la région de Kaolack et à Touba-Kaël, dans la région de Diourbel. Engie et Meridiam détiendront chacun une participation de 40 % dans la société du projet et le Fonds souverain sénégalais, Fonsis, les 20 % restants, détaille un communiqué. La construction et l’exploitation des centrales seront dirigées et exécutées par Engie, déjà partie prenante de deux projets photovoltaïques sénégalais de 30 MW chacun, Senergy et Ten Merina, déjà en exploitation.

  • FRANCE – Le groupe de travail est lancé 19 avril 2018

    En vue de l’ouverture du groupe de travail photovoltaïque, dont la réunion d’installation s’est tenue le 18 avril, Enerplan a dévoilé 10 propositions pour « libérer » le développement de la filière. Le syndicat professionnel propose notamment d’atteindre d’ici 2028 « au minimum 10 % de la production électrique française, soit six fois plus qu’aujourd’hui ». Enerplan prône également une réflexion sur « la solarisation des bâtiments agricoles et le soutien à l’innovation pour créer et développer l’agrovoltaïsme » et souhaite que les communes rurales bénéficient du développement du solaire sur les territoires (redistribution de l’Impôt foncier sur les énergies renouvelables, IFER). Mobilisation de terrains, autoconsommation, notamment collective, procédures d’urbanisme, raccordement, emplois, ZNI… Autant de sujets à mettre sur la table, selon le syndicat. Lors de la première réunion du groupe de travail, le secrétaire d’État a annoncé les résultats de la quatrième période de l’appel d’offres solaire sur bâtiments, en désignant lauréats 392 nouvelles installations pour une puissance de 200 MW. « Les prix proposés par ces projets sont particulièrement compétitifs, avec une moyenne de 80,8 €/MWh en baisse de 5 % par rapport au prix moyen des projets lauréats de la période précédente », précisele gouvernement.

  • AUTOCONSOMMATION – Le cadeau solaire du GPPEP 19 avril 2018

    Le Groupement des particuliers producteurs d’électricité photovoltaïque (GPPEP) a offert une installation photovoltaïque de 3 kW à la commune d’Escource, dans les Landes, dans le but de faire la promotion de l’autoconsommation dans les communes rurales. L’installation a été offerte au GPPEP par le Groupe Solution Énergie (GSE). Et l’association a donc décidé de l’offrir à cette commune de 679 habitants, dont le maire, Patrick Sabin, « est très impliqué dans les énergies renouvelables depuis de nombreuses années », explique Joël Mercy, président du GPPEP. L’inauguration a eu lieu le 18 avril et vient compléter d’autres installations photovoltaïques déjà présentes à Escource. « La puissance de l’installation reste symbolique et ne couvrira évidemment pas tous les besoins de la commune en électricité, mais nous avons accès à toutes les informations de l’installation et nous pourrons ainsi faire un bilan régulièrement et prouver, chiffres à l’appui, l’utilité de ce genre d’installations pour les communes rurales », résume Joël Mercy. Et d’ajouter, « nous espérons pouvoir renouveler ce genre d’opérations et que cette première décidera d’autres industriels à nous aider et d’autres villages à s’intéresser à ce type d’installations. »

  • FRANCE – Un appel d’offres de 300 MW dans le Haut-Rhin 19 avril 2018

    Lors d’un déplacement en Alsace le 13 avril le secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu, a confirmé le lancement d’un appel d’offres photovoltaïque spécifique dans le Haut-Rhin d’ici la fin de l’année. « La Caisse des Dépôts a proposé son soutien financier aux porteurs de projet qui le souhaiteront », précise le ministère dans un communiqué. Le lancement de cet appel d’offres régional, de 300 MW, dont 100 MW sur des bâtiments et 200 MW de panneaux photovoltaïques au sol, est une première en France. Il avait été annoncé lors de l’installation en janvier du comité chargé de la reconversion du territoire dans le cadre de la fermeture programmée de la centrale nucléaire de Fessenheim. Le début de l’appel d’offres est prévu pour novembre 2018 et devrait se dérouler en plusieurs phases jusqu’en novembre 2019, avec une « possibilité ouverte au financement participatif », a détaillé Sébastien Lecornu. « Le comité de pilotage a également ciblé le stockage énergétique et la géothermie profonde comme des axes de travail dans le cadre du projet de territoire », explique encore le gouvernement.

  • ALLEMAGNE – Un premier appel d’offres bi-technologie 100 % photovoltaïque 12 avril 2018

    Le premier appel d’offres bi-technologie allemand a livré son verdict : les 210 MW proposés ont été remportés en intégralité par des projets photovoltaïques, selon les résultats publiés le 12 avril par la Bundesnetzagentur, l’agence fédérale allemande des réseaux. Sur les 395 MW de projets proposés, aucun projet éolien terrestre n’a été retenu, 18 postulaient. 32 projets solaires, sur les 54 offres déposées, ont en revanche été sélectionnés. Le prix moyen s’établit à 46,7 €/MWh (prix de marché + complément de rémunération) avec des offres qui ont variées de 39,6 €/MWh à 57,6 €/MWh. Ce résultat, au bénéfice exclusif d’une seule technologie, va dans le sens des détracteurs de ce type d’appel d’offres dont un premier essai est en cours également de notre côté du Rhin.

  • Innovation – Rendement de 33,3 % avec une cellule multi-jonction 12 avril 2018

    Les chercheurs de l’institut Fraunhofer de Fribourg/Brisgau en Allemagne, en coopération avec l’équipementier EVG, ont mis au point une cellule multi-jonction avec une base en silicium affichant un rendement de conversion record de 33,3 %. « Ces nouveaux résultats montrent comment nous augmentons les rendements de conversion avec une réduction de la quantité de matériaux utilisée. Nous arrivons ainsi à non seulement optimiser encore les coûts mais aussi à produire l’électricité solaire de façon plus sobre au niveau de la consommation des ressources », explique Andreas Bett, directeur du Fraunhofer ISE, dans un communiqué du 3 avril.

  • Entreprise – Une usine de 4 GW en Inde pour GCL 12 avril 2018

    GCL va installer une unité de fabrication de 4 GW en Inde, dans l’État de l’Andrah Pradesh, pour produire des lingots de silicium, des plaquettes, des cellules, des batteries et des modules photovoltaïques. Pour cet investissement d’un montant de 930 millions de dollars, l’entreprise chinoise a signé un protocole d’entente le 29 mars avec le japonais Softbank. La coentreprise ainsi créée, détenue à 40 % par GCL et à 60 % par Softbank, investira dans cette usine qui sera implantée en deux phases de 2 GW chacune.

  • Arabie saoudite – Un projet de 200 GW d’ici 2030 5 avril 2018

    Le groupe de télécommunications japonais SoftBank et l’Arabie saoudite vont développer un programme solaire dans le royaume de  200 GW de capacités d’ici 2030, selon une information de l’AFP en date du 28 mars. L’objectif est de construire en plusieurs phases un total de 200 GW de capacités de production d’énergie solaire réparties dans tout le pays, pour un coût estimé à 200 milliards de dollars. SoftBank va investir dans ce programme, qui intègrera également des capacités de stockage d’électricité, via SoftBank Vision Fund (SVF), son fonds d’investissement créé en 2016 et doté de près de 100 milliards de dollars. Une première étape sera lancée dès cette année avec l’installation de 7,2 GW, pour une mise en service devant « débuter en 2019 », selon un porte-parole du groupe, cité par l’AFP. Son coût est estimé à 5 milliards de dollars. Si les premiers panneaux solaires seront importés, une usine de fabrication de modules sera construite « d’ici deux ou trois ans » en Arabie saoudite.

  • Entreprise – Cap Vert Énergie augmente son parc français de 20 % 5 avril 2018

    Cap Vert Énergie a fait l’acquisition, « pour un montant total de 60 millions d’euros en valeur d’entreprise », de 35 centrales solaires photovoltaïques, principalement en toiture, totalisant une capacité de 18 MW, explique l'entreprise dans un communiqué du 28 mars. « Le groupe augmente ainsi de 20 % la puissance de son parc photovoltaïque en France », poursuit la PME française. Réalisés au travers de trois opérations successives, ces acquisitions regroupent 33 centrales en toiture de 100 kW à 700 kW localisées principalement en région Sud, en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine, une centrale au sol de 8 MW et un projet de centrale au sol de 4 MW localisés tous deux dans la Drôme. Cap Vert a « l’objectif de répondre aux besoins énergétiques et environnementaux des entreprises et des collectivités dans un modèle de vente directe de l’énergie. » Elle prévoit de multiplier par 10 sa capacité de production d’énergies renouvelables actuelle (111 MW), pour atteindre 1GW en exploitation et en construction d’ici 2022.

  • Japon – Nouvelle centrale flottante pour Kyocera 5 avril 2018

    L’entreprise japonaise Kyocera a mis en service une centrale solaire flottante de 13,7 MW dans le pays, a-t-elle annoncé dans un communiqué du 27 mars. Composée de 50 904 modules solaires photovoltaïques couvrant une surface de 180 000 m2, cette centrale, dont les travaux ont démarré en janvier 2016, est située sur le lac du barrage de Yamakura. Elle devrait produire 16,17 GWh par an, vendue à Tepco. Il s’agit de la plus grande centrale solaire flottante du Japon en termes de production, estime son constructeur.

MARS 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE MARS

Voir actus
  • ALLEMAGNE – Solarworld (à nouveau) en faillite 29 mars 2018

    Le fabricant allemand de panneaux photovoltaïques Solarworld a annoncé le 29 mars avoir déposé son bilan pour la seconde fois en dix mois. L'entreprise a fait une demande en vue d'une procédure d'insolvabilité devant le tribunal régional de Bonn, où se trouve son siège social, explique-t-elle dans un communiqué. Un administrateur judiciaire doit décider si la production des modules pour panneaux photovoltaïques peut se poursuivre ou pas sur les sites de Freiberg, en Saxe, et d’Arnstadt, en Thuringe, en attendant la suite de la procédure. Solarworld explique cette nouvelle procédure par la baisse des prix des modules photovoltaïques et la fin prévue en septembre des tarifs minimum d’importation européens (MIP) qui s’appliquent aux produits asiatiques. L’entreprise allemande pâtit également des droits de douane sur les panneaux solaires décidés en janvier par le président américain Donald Trump.

  • Crowdfunding – Une campagne pour le Centre de ressources sur le photovoltaïque 29 mars 2018

    L’association Hespul a lancé une campagne de financement participatif, hébergée sur la plateforme Zeste de la banque Nef, pour son Centre de Ressources sur le Photovoltaïque (CRPV). Créé en 2007 avec le soutien de l'Ademe, le site du Centre de ressources doit être rénové, explique l’association, « dans le but de faciliter l’accessibilité et la lisibilité de l’information. » Le premier objectif est de réunir 20 000 euros. Les particuliers, les entreprises, les producteurs ou futurs producteurs d'électricité photovoltaïque sont invités, jusqu’au 14 avril, à y contribuer. « Le Centre de Ressources disposant d’autres outils, si la générosité des contributeurs venait à dépasser le premier palier, l’association déploiera son énergie à pérenniser et enrichir son offre de services », précise Hespul.

  • Entreprise – SNA placée en liquidation judicaire 29 mars 2018

    La Société Nouvelle Aeracem (SNA) a été placée en liquidation judiciaire le 12 mars dernier avec poursuite d’activité pendant trois mois, 77 emplois sont menacés. L'entreprise basée à Tourouvre, dans l’Orne, et dont l'activité première était la fabrication de CD et de DVD, s’était tournée vers le photovoltaïque avant d’être retenue en 2015 par Colas pour fabriquer les dalles « Wattway » (revêtement photovoltaïque) de ses futures routes solaires. La première, longue d’un kilomètre, avait été inaugurée fin 2016 par Ségolène Royal, alors ministre. Après des difficultés de mise au point en 2017, SNA a continué à livrer d’autres chantiers du groupe Colas. Malgré cela, SNA accuse un déficit chronique de 3 millions d'euros. Les potentiels repreneurs ont jusqu'au 30 mars pour se faire connaître.

  • Autoconsommation – AutoCalSol, l’outil pour dimensionner les installations 22 mars 2018

    L’Institut national de l’énergie solaire (Ines) et le Groupement des métiers du photovoltaïque (GMPV) ont annoncé, le 20 mars, le lancement d’un outil de dimensionnement d’installations en autoconsommation. Baptisé AutoCalSol, il permet une pré-étude des installations via un dispositif didactique, accessible en ligne, à destination des particuliers et professionnels. Basé sur Calsol, ce nouveau logiciel propose une estimation de production solaire géolocalisée et a la particularité d’être basé sur des courbes de charge réelles et personnalisables, car la difficulté de l’autoconsommation au fil du soleil est de prendre en compte l’adéquation entre la production et la consommation tout au long de l’année. Une fois les algorithmes énergétiques terminés, une analyse économique et écologique est réalisée pour donner des indications claires et objectives sur la pertinence du système. Plusieurs modèles sont disponibles : la vente totale de la production, la vente de surplus, avec ou sans batterie, et un fonctionnement en site isolé. L’outil est aujourd’hui proposé en deux versions : l’une, gratuite, propose les fonctionnalités de base, notamment pour les particuliers, et une version complète est réservée aux adhérents de la Fédération Française du Bâtiment (FFB). « À terme il sera accessible dans une version intermédiaire, pour tous les professionnels du secteur », promet le communiqué.

  • Entreprise – Dewa annonce une centrale CSP de 700 MW 22 mars 2018

    Le plus grand projet de centrale solaire à concentration (CSP) du monde a été lancé le 19 mars par le vice-président et premier ministre des Émirats arabes unis et le gouverneur de Dubaï, Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum. Les deux premières tranches (13 MW et 200 MW) de cette centrale sont d’ores et déjà en service, tandis que la 3e (800 MW) est en cours de construction et devrait être opérationnelle d’ici 2020. Ces trois premières phases utilisent exclusivement la technologie photovoltaïque. Cette nouvelle phase ajoutera une puissance installée de 700 MW grâce à deux technologies CSP différentes : un complexe parabolique de 600 MW et une tour solaire de 100 MW (pour 260 mètres de haut, soit la plus grande du monde) sur une superficie totale de 43 km2, selon le communiqué de la Dubai Electricity and Water Authority (Dewa). Ce projet représente un investissement de près de 4 milliards de dollars, selon Dewa, qui assure avoir enregistré le plus bas coût actualisé de l’énergie (LCOE) avec 73 $/MWh pour cette 4e phase.

  • États-Unis – Installations en baisse en 2017, à 10,6 GW 22 mars 2018

    Les États-Unis ont mis en service 10,6 GW de capacités solaires en 2017, selon un rapport publié le 15 mars par l’association américaine des industriels du solaire (SEIA) et GTM Research. Cela représente une baisse des nouvelles mises en service de 30 % par rapport à 2016 (15,1 GW), mais cela a permis aux États-Unis d’atteindre une puissance installée de 53,3 GW. D’après SEIA, la capacité totale du pays devrait doubler dans les cinq prochaines années. En 2017, le solaire a représenté 30 % des nouvelles  capacités de production mises en services. Le podium des États installateurs photovoltaïque est : la Californie (21 GW), la Caroline du Nord (4,3 GW) et l’Arizona (3,4 GW).

  • Inde – L’Alliance solaire internationale en place 15 mars 2018

    Initiative lancée le 30 novembre 2015 lors de la COP21 par l’Inde et la France, l’Alliance Solaire Internationale (ASI) a tenu, le 11 mars, son sommet inaugural à New Delhi. Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre indien Narendra Modi ont coprésidé cet évènement qui marque l’entrée en vigueur de l’accord cadre de l’ASI. « D’ici 2022, la France engagera 1 milliard d’euros » (dons et prêts) pour soutenir des projets, a indiqué le président français, Emmanuel Macron sur son compte twitter. À l’occasion de ce sommet, la Banque européenne d’investissement (BEI) a indiqué qu’elle avait investi en 2017 plus d’un milliard d’euros pour soutenir les investissements mondiaux dans le solaire. Il s’agit du montant le plus important jamais prêté par l’institution dans le secteur du solaire. De son coté, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a indiqué que, selon son analyse, la vision de l’ASI visant à mobiliser plus de 1 000 milliards de dollars d’investissement d’ici 2020 pour le développement de l’énergie solaire « est ambitieuse mais atteignable ». L’AIE et l’ASI ont signé le 10 mars une déclaration de coopération internationale pour la promotion de l’énergie solaire. L’ASI a également signé, le 11 mars, une déclaration conjointe avec l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) pour renforcer leur coopération.

  • France – Lecornu précise le lancement du groupe de travail 15 mars 2018

    Comme attendu, « le gouvernement va lancer un groupe de travail sur l'énergie solaire », a annoncé le 15 mars Sébastien Lecornu, secrétaire d'État à la Transition écologique. « Je vais lancer un groupe de travail sur le sujet pour repérer le foncier disponible, se lancer dans l'autoconsommation et réfléchir au thermo-solaire », a-t-il expliqué sur CNews, déplorant notamment le fait que dans le sud de la France « on chauffe encore son eau en plein mois d'août à partir d'énergie fossile plutôt qu'à partir du soleil. » Et d’ajouter qu’« il y aussi des choses à faire en Outre-Mer. » Ce groupe de travail est attendu par l’ensemble de la filière, il suit un groupe de travail sur l’éolien, qui a livré ses propositions le 18 janvier dernier, et un autre sur la méthanisation, dont les résultats sont attendus dans les prochaines semaines. « L'enjeu est de libérer ces énergies-là, c'est ce qu'on a fait d'abord avec l'éolien terrestre, c'est ce qu'on continue de faire avec la méthanisation (…) c'est ce que nous faisons également demain avec le photovoltaïque, qui présente un intérêt absolument majeur », a résumé Sébastien Lecornu.

  • Analyse – Bilan des appels d’offres 2017 15 mars 2018

    « L’année 2017 a été une année particulièrement dynamique pour la filière solaire française. Rythmé par les appels d’offres de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), le marché photovoltaïque français connait une croissance importante et bénéficie d’un cadre réglementaire stable et favorable », explique le cabinet Finergreen dans une note intitulée « Récapitulatif des résultats des appels d’offres 2017 » et publié le 8 mars. « Près de 70% de la puissance attribuée au cours des appels d’offres de 2017 l’a été lors des AO CRE 4 au sol (grande puissance au sol et ombrières de parking), soit 1 042 MW. Ceci explique en partie les excellents résultats sur l’année des acteurs ayant fait le choix de se focaliser sur le segment des centrales au sol en particulier, » indique le document. Ainsi, Engie, Neoen et Langa en tête des deux sessions d’appels d’offres au sol et ombrières de parking (CRE 4.1 et CRE 4.2 au sol). Pour les deux sessions d’appels d’offres sur bâtiments (CRE 4.1 et CRE 4.2 sur bâtiments) Langa, Urbasolar, ainsi que l’association Total Solar / Groupe Carré forment le trio de tête. Tandis que Quadran, le groupe EDF et Urbasolar sont sur le podium concernant les deux sessions pour l'autoconsommation en métropole ainsi que les appels d’offres en ZNI (autoconsommation et stockage).

  • APPEL D'OFFRES – APPEL À PROJET LANCÉ PAR LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU CANTON DE CHARLY POUR UNE CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE 13 mars 2018

    La Communauté de Communes du Canton de Charly située 2, voie André Rossi – 02310 Charly-sur-Marne lance un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour la réalisation d’une centrale photovoltaïque au sol sur la commune de Lucy-le-Bocage (02). Le dossier complet présentant le projet et fixant les modalités de réponse est disponible gratuitement en accès direct non restreint à l’adresse :  http://www.communaute-charlysurmarne.fr/AMI-Centrale-Photovoltaique-au-sol. La date limite de réponse est fixée au vendredi 27 avril  2018 à 12 h 00.

  • France – 8 GW raccordés à fin 2017 8 mars 2018

    En France, « au 31 décembre 2017, la puissance raccordée du parc solaire photovoltaïque a dépassé les 8 GW. Au cours de l'année 2017, 875 MW ont été raccordés, contre 587 MW en 2016 », indique le Service de la donnée et des études statistiques (SDES) dans son « Tableau de bord : solaire photovoltaïque – Quatrième trimestre 2017 ». L’an dernier, 18 071 nouvelles installations ont été mises en service, d’une capacité totale de 875 MW (288 MW de plus qu’en 2016). « Le 4e trimestre a été particulièrement dynamique avec 9 902 nouvelles installations raccordées dont 21 avec une puissance supérieure à 5 MW », précise le SDES. La production d'électricité d'origine solaire photovoltaïque s'est ainsi élevé à 8,6 TWh en 2017, en augmentation de 12 % sur un an, et représente 1,8 % de la consommation électrique du pays (+0,2 point par rapport à 2016). Les installations mises en service se concentrent dans la moitié sud de la France continentale, principalement dans les régions Nouvelle-Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Occitanie. Le SDES précise que la puissance des projets photovoltaïques en cours d'instruction a augmenté, à fin 2017, de 21 % par rapport à fin 2016, pour s'établir à 2,9 GW.

  • Belgique – Ensoleillement et production records 8 mars 2018

    Avec presque 150 heures d'ensoleillement en février en Belgique, les panneaux photovoltaïques ont produit en moyenne 74 kWh par kW installé, « soit 72 % de plus que la moyenne de ces dix dernières années », indique l’Association belge pour la promotion des énergies renouvelables (Apere) dans un communiqué. Ce, alors que les mois de décembre et janvier ont été les plus sombres depuis 1981. Le mois dernier a en tout cas affiché un record de luminosité en Belgique entraînant des records de production photovoltaïque. Un pic a été atteint le 25 février, jour durant lequel le parc photovoltaïque belge a produit jusqu’à 21 % de la consommation électrique totale du pays, « du jamais vu pour cette période de l’année », ajoute l’Apere, qui précise que « le pic de production photovoltaïque a d'ailleurs coïncidé avec le pic de consommation. »

  • France – Un premier projet en Côte-d’Or pour Engie et Suez 8 mars 2018

    Un projet de centrale photovoltaïque au sol de 12 MW sur le site de Suez à Drambon, en Côte d’Or, « sera lancé courant 2018 », ont indiqué le 6 mars Engie et Suez, dans un communiqué commun. Il s’agira du premier projet d’un partenariat plus vaste entre les deux entreprises et dont le but est d’installer des parcs solaires photovoltaïques sur « l’ensemble des centres de stockage de déchets de l’activité de recyclage et valorisation » de Suez en France métropolitaine. Le potentiel des sites concernés est estimé à 1 GW par les deux partenaires. Les sites Suez concernés, une centaine, sont « principalement des installations de recyclage et de traitement des déchets, logés sur de grands terrains et réparties sur l’ensemble du territoire. » La majorité d’entre eux produit déjà du biogaz. Suez annonce « produire aujourd’hui 620 GWh grâce au biogaz de ses installations. »

  • Autoconsommation – Les inquiétudes d’Enerplan 1 mars 2018

    Enerplan a réagi aux récentes publications de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) sur l’autoconsommation, avançant de « vives inquiétudes chez les professionnels. » Dans sa proposition de revenir sur l’exemption de CSPE dont bénéficient les installations de moins de 1 MW, « la CRE passe totalement sous silence le fait qu’une installation qui fait le choix de l’autoconsommation plutôt que la vente directe selon le schéma traditionnel, génère elle-même une économie de CSPE », explique le syndicat professionnel dans un communiqué. Il se dit de même « sceptique devant l’obstination à vouloir encadrer l’autoconsommation par des appels d’offres » et regrette la « position très fermée sur la question de l’autoconsommation collective. » Sur l’évolution du TURPE proposée par la CRE, elle induirait « implicitement une logique discriminatoire envers les auto-consommateurs collectifs », ce qui, « outre qu’elle emporterait une rupture d’égalité devant le service public, serait un frein puissant au développement de l’autoconsommation. » Le prochain groupe de travail sur le solaire, ainsi que la consultation publique ouverte par la CRE, devraient être l’occasion de mettre ces sujets sur la table. 

  • États-Unis – SunPower réduit encore ses effectifs 1 mars 2018

    Le fabricant américain de panneaux solaires SunPower a annoncé, dans une note déposée le 22 février auprès de la SEC, l’autorité boursière américaine, qu’il allait supprimer entre 150 et 250 emplois, soit environ 3 % de ses effectifs. La filiale de Total explique sa décision par les impacts de la récente hausse des taxes, à hauteur de 30 %, sur les cellules et modules photovoltaïques importés. Le plan touchera des employés non affectés à la production dont « une partie » devrait quitter l’entreprise dans le cadre d’un programme de départ volontaire. L’ensemble du plan doit être exécuté d’ici mi-2019, précise l’entreprise qui avait publié, le 14 février, des résultats en forte baisse pour 2017. Pour rappel, l’entreprise avait décidé fin 2016 de se séparer de 25 % de ses effectifs, soit environ 2 500 personnes.

  • Entreprise – ValEnergies poursuit dans l’autoconsommation 1 mars 2018

    ValEnergies a annoncé le 1er mars la livraison de « la plus grande centrale photovoltaïque en autoconsommation de France »? au groupe coopératif Maïsadour, à Haut-Mauco dans Les Landes. Le contrat porte en effet sur 13 000 m2 de panneaux solaires 44 packs EllyBox, une solution conjuguant tiers investissement et vente d’électricité solaire. Cette annonce intervient après une collaboration avec Tesla qui fournit sa batterie Tesla Powerpack pour stocker de l’énergie solaire. Le groupe coopératif Maïsadour va pouvoir autoproduire jusqu’à plus de 1,53 GWh, soit 11 % de sa consommation moyenne annuelle (14 GWh).

FéVRIER 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE FéVRIER

Voir actus
  • Autoconsommation – La CRE propose et consulte 22 février 2018

    La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a publié le 21 février ses conclusions sur l’autoconsommation, rédigée suite à une consultation ouverte en septembre. Le régulateur formule ainsi 10 recommandations sur le cadre technique, sur le cadre contractuel et sur les mécanismes de soutien direct et indirect. La CRE a, dans le même temps, lancé une consultation publique, ouverte jusqu’au 23 mars, relative à la prise en compte de l’autoconsommation dans la structure du Turpe HTA-BT et des tarifs réglementés de vente (TRV). Pour l’autoconsommation individuelle, « la CRE n’envisage pas à ce stade une évolution complémentaire du Turpe », précise l’autorité dans un communiqué. S’agissant d’autoconsommation collective, l’institution propose en revanche d’introduire dans le Turpe une composante de soutirage « fondée sur la distinction entre flux locaux et autres flux, afin de valoriser la sollicitation moindre des réseaux amont. » La CRE s’oppose par ailleurs, et entre autres propositions, à une extension du périmètre des opérations d’autoconsommation collective au-delà de l’aval d’un même poste de distribution publique HTA-BT. À la suite de la consultation, la CRE adoptera une délibération qui entrera en vigueur le 1er août 2018.

  • Réglementaire – La liste des bénéficiaires du complément de rémunération élargie 22 février 2018

    Publié au Journal officiel du 21 février, un décret élargit la liste des installations de production d’électricité renouvelable pouvant bénéficier du complément de rémunération. Désormais, les installations photovoltaïques d’une puissance comprise entre 500 kW et 12 MW et « pour lesquelles une demande complète de raccordement a été déposée entre le 1er janvier 2016 et la date d’entrée en vigueur du 28 mai 2016 » peuvent bénéficier de ce mécanisme de soutien. Ce texte sera associé à un arrêté qui doit définir les conditions de rémunération.

  • Innovation – Un brevet sur l’autoconsommation publié 22 février 2018

    Tecsol a annoncé le 19 février que son brevet, déposé en 2016, avait été publié. Celui-ci concerne l’identification et la répartition de différents flux, sur un même réseau et trouve une application sur les réseaux électriques dans le cadre de l’autoconsommation collective. Il s’agit en effet dans ce cas de déterminer la part de l’électricité qui provient du fournisseur d’électricité et celle produite par une installation solaire connectée. Pour certifier ces mesures, Tecsol utilise le dispositif à base de blockchain développé et mis en œuvre par la startup Sunchain.

  • France – 127 lauréats pour deux appels d’offres 15 février 2018

    Sébastien Lecornu a annoncé le 9 février, en clôture du colloque du SER, la sélection de 127 lauréats pour deux appels d’offres photovoltaïques. Le premier,  qui concerne les centrales au sol de grande puissance, comprend 77 lauréats et représente une capacité totale de 508 MW pour un prix moyen de 61,6 €/MWh. Ceci constitue une baisse de 4 % par rapport aux appels d’offres précédents, « ce qui est particulièrement encourageant », a commenté le secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire. Ces 508 MW représentent la troisième tranche, sur six, d’un appel d’offres de 3 000 MW au total. Dans le cadre d’un deuxième appel d’offres, pour des panneaux solaires dits « innovants », 50 lauréats ont été choisis pour installer 73 MW à un prix moyen de 80,7 €/MWh. Sébastien Lecornu a rappelé que les ambitions du gouvernement pour la filière solaire étaient « extrêmement importantes ». Il a confirmé le lancement du groupe de travail « en mars », avec une réflexion sur la simplification de la réglementation, les leviers pour mobiliser le foncier, l’autoconsommation et l’innovation. 

  • Chine – Une alliance pour EDF EN à l’assaut des toitures 15 février 2018

    EDF Energies nouvelles (EN) et le chinois Asia Clean Capital (ACC), l’un des principaux développeurs en Chine d’installations photovoltaïques en toiture pour des entreprises locales et multinationales, ont annoncé le 14 février la création d’une coentreprise en Chine. La société commune « s’appuiera sur la renommée locale d’ACC », qui a connu une croissance à trois chiffres pour la troisième année consécutive en 2017, et « l’expertise internationale d’EDF EN dans le solaire réparti ainsi que dans les solutions d’autoconsommation pour les industriels », expliquent les partenaires dans un communiqué. EDF EN compte notamment s’appuyer « sur la présence historique d’EDF sur le marché de l’électricité chinois, pour développer et accroître le portefeuille de cette coentreprise créée avec ACC », ajoute Bruno Fyot, directeur général délégué d’EDF EN.

  • Entreprise – Longi veut tripler sa production d’ici 2020 15 février 2018

    Longi Green Technology a annoncé le triplement de sa capacité de production sur la période 2018-2020 pour atteindre 45 GW. Le constructeur chinois de plaquettes en silicium monocristallin explique dans un communiqué en date du 9 février qu’il est « soucieux d’accélérer les progrès de l’industrie photovoltaïque et de répondre à la demande croissante des utilisateurs en aval. » De 15 GW à fin 2017, la production se portera ainsi à 28 GW d’ici fin 2018, puis 36 GW d’ici fin 2019 et 45 GW d’ici fin 2020. « Longi entend s’assurer que le coût standard des nouveaux projets de production de plaquettes ne dépasse pas 1 yuan (0,16 $, 0,13 €) par pièce, tout en garantissant que, pour les cellules PERC classiques, la qualité des plaquettes continuera de permettre une efficacité de conversion de plus de 22,5 % avec une dégradation de l’ordre de 1 % pour la production en série. »

  • Union européenne – Feu vert de la Commission pour Photowatt Crystal Advanced 8 février 2018

    La Commission européenne a annoncé le 2 février avoir autorisé le projet de création de Photowatt Crystal Advanced, entreprise contrôlée conjointement par la société canadienne Canadian Solar et EDF ENR. Photowatt, filiale à 100 % d’EDF ENR, a présenté en début d’année ce projet d’association avec Canadian Solar et la société grenobloise ECM Greentech, société grenobloise qui a développé une technologie innovante de four pour cristalliser le silicium. La nouvelle société sera spécialisée dans la production de lingots et de plaquettes de silicium (wafers). « La Commission est parvenue à la conclusion que l’opération envisagée ne poserait pas de problèmes de concurrence compte tenu de la position limitée des entreprises sur les marchés où leurs activités se chevauchent », explique-t-elle dans un communiqué.

  • France – L’Ademe donne son avis sur l’autoconsommation 8 février 2018

    Dans un avis publié le 1er février, l’Ademe souligne le fort potentiel de l’autoconsommation d’origine photovoltaïque, « notamment pour les toitures des professionnels, dont les besoins en consommation coïncident naturellement avec l’ensoleillement et la production solaire de l’installation. » Et de citer les secteurs tertiaire (hôpitaux, bureaux, supermarchés…) ou industriel, voire agricole (élevages hors-sol), qui disposent de grandes toitures dans la plupart des cas. « Des taux d’autoconsommation élevés peuvent ainsi être atteints sans avoir recours au stockage. » S’agissant des particuliers, si « l’autoconsommation monte en puissance rapidement », le soutien de l’État reste « nécessaire à court terme pour assurer la rentabilité des installations », note l’Ademe qui ajoute que la mise en place des dispositifs de pilotage « intelligent » de la demande peut permettre de déplacer les consommations d’électricité aux heures solaires et ainsi d’optimiser le taux de rentabilité. « À l’horizon 2025, le recours à un dispositif de stockage batteries (dont une baisse importante du coût est attendue), permettra également d’augmenter la rentabilité des installations », prévoit l’agence.

  • États-Unis – Sunpower et First Solar se séparent de 8point3 8 février 2018

    L’américain First Solar et la filiale de Total SunPower ont annoncé le 5 février la vente de leur coentreprise 8point3 à l’investisseur Capital Dynamics pour un montant d’environ 977 millions de dollars. La transaction, approuvée par les conseils d’administration de 8point3, de First Solar et de SunPower, doit être finalisée au 2e ou 3e trimestre de l’année fiscale 2018. 8point3 avait été lancée en mars 2015 et avait regroupé une partie du portefeuille de centrales solaires First Solar et de SunPower puis avait été introduite en bourse en juin 2015.

  • Développement – Quand énergie renouvelable rime avec développement économique 1 février 2018

    La Fondation Énergies pour le Monde développe depuis 25 ans des programmes permettant un accès à l’électricité aux populations rurales les plus démunies.  Lancé en 2016, le projet PANENCA touche à sa fin. Il a permis l’installation de pompes solaires et de systèmes de goutte à goutte sur 2 périmètres maraîchers de la commune de Ouonck, en Basse Casamance, au Sénégal. Ce service énergétique fiable et d’origine renouvelable a permis à près de 100 femmes d’améliorer leurs conditions de vie et de travail. Avec l’installation de ces pompes solaires, les femmes ont augmenté leurs productions et donc leurs revenus. Elles peuvent par ailleurs payer l’entretien du système, assuré par un exploitant local (le CGESO), ce qui garantit la pérennité du service énergétique. Découvrez leur témoignage ainsi que celui des différents partenaires locaux dans un film qui clôture le projet.

  • Économie – La baisse des prix des panneaux photovoltaïques 1 février 2018

    Les prix de gros européens des panneaux photovoltaïques ont baissé au mois de janvier 2018, selon la plateforme commerciale pvXchange. Ainsi, le prix des modules de qualité standard, représentant le plus gros des ventes, a baissé de 15,9 % depuis janvier 2017 et de 2,6 % depuis décembre 2017. Il s’établit à 0,37 €/W en janvier 2018. Les modules à haut rendement ont baissé de 4 % pendant le mois et les low-costs de 3,7 %. Leur prix s’établit respectivement à 0,48 et 0,26 €/W. D’après pvXchange, le recul des coûts du début d’année s’explique par la baisse programmée du prix plancher d’importation des produits asiatiques, qui avait été décidée par la Commission européenne. La plateforme estime cependant que les prix ne connaitront pas de chute drastique due à la levée des prix planchers. En effet, le marché intérieur chinois offre suffisamment de débouchés pour éviter que les producteurs asiatiques se livrent une guerre des prix sur le marché européen.

  • Île-de-France – Une toiture solaire de 11 800 mètres carrés 1 février 2018

    C’est sur les toits du réservoir d’eau potable d’Eau de Paris que la plus grande centrale sur toiture d’Île-de-France vient de voir le jour. Située sur la commune de l’Haÿ-les-Roses dans le Val-de-Marne, cette installation va alimenter 500 logements en électricité (hors chauffage et eau chaude) et produira 1 600 MWh/an. La ville de Paris ne compte pas en rester là et après quelques projets déjà réalisés avec succès, (ZAC Pajol, ZAC Clichy-Batignolles…) d’autres sont à l’étude avec comme objectif la couverture en panneaux de 20 % des toits parisiens d’ici à 2050. Prochain projet : le Parc Floral du bois de Vincennes où une centrale solaire de 5 000 à 10 000 mètres carrés sera réalisée.

JANVIER 2018

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE JANVIER

Voir actus
  • ÉTATS-UNIS – Mise en place de taxes sur l’importation de matériel chinois 25 janvier 2018

    Les services du représentant américain pour le Commerce (USTR) ont annoncé le 22 janvier l’imposition de droits de sauvegarde, une taxe dégressive imposée pendant quatre ans, sur des panneaux solaires importés de Chine. Les droits se montent à 30 % la première année, puis 25 % la 2e, 20 % la 3e et 15 % la 4e année. Ces taxes sont adoptées parce que « la Commission internationale du Commerce a conclu que les producteurs américains avaient été sérieusement handicapés par les importations et a fait plusieurs recommandations au Président » Trump, a expliqué dans un communiqué le représentant au Commerce Robert Lighthizer. L’association américaine des industriels du solaire (SEIA) a vivement regretté cette décision dès le 22 janvier. Elle estime qu’une telle taxe pourrait « conduire à la perte de 23 000 emplois aux États-Unis et va conduire à retarder ou annuler des milliards de dollars d’investissements dans le secteur solaire. » Avant la décision, l’organisation professionnelle avait aussi fait valoir qu’« en augmentant les prix » des structures d’énergie solaire, « cela risqu[ait] de réduire la demande pour ces produits et de détruire des emplois manufacturiers. »

  • Ghana – EDF lance son offre off grid 25 janvier 2018

    EDF lance une nouvelle offre de kits solaires off grid (hors réseau) au Ghana, portée par une co-entreprise dédiée : Zegha, a annoncé le groupe vendredi 19 janvier. Sur ce nouveau marché, Zegha associe EDF à Off-Grid Electric (OGE) et un partenaire industriel ghanéen CH Group. Les résultats sur le marché ivoirien où « plus de 10 000 foyers » ont souscrit à l’offre hors réseau proposée par Zeci (composée d’EDF et OGE),  confortent EDF dans sa stratégie, explique le groupe dans un communiqué. Zegha propose deux kits dont le coût mensuel pour un ménage est compris entre 20 et 27 euros selon le modèle et le paiement s’effectue par simple utilisation de téléphone portable, selon le principe « pay as you go ». EDF, OGE et CH group visent 20 à 25 % de part de marché au Ghana à l’horizon 2022, ainsi que la création de 1 000 emplois locaux au sein de Zegha.

  • France – Début des opérations de la centrale de La Mède 25 janvier 2018

    SunPower a annoncé le 18 janvier le début des opérations de la centrale photovoltaïque implantée sur le site de la raffinerie de La Mède de Total. Le groupe français s’est d’ailleurs déclaré, dans un communiqué, « fier du démarrage de cette centrale. Le projet a été réalisé dans un délai très court et en respectant les standards de sécurité spécifiques d’une raffinerie. » Cette centrale de 8 MW fait partie d’un programme de reconversion du site, axée sur la construction d’une bio-raffinerie. Le groupe américain SunPower est une filiale détenue majoritairement par Total. 

  • BIPV – L’AQC met à jour sa liste verte des produits BIPV 18 janvier 2018

    L’Agence qualité construction (AQC) a mis à jour sa liste de produits de photovoltaïque intégré au bâti (BIPV) non concernés, depuis le début de l’année, par la mise sous observation de ce type de matériel. Les produits en question sont : Komet840 (ArcelorMittal construction France), Tuiles et ardoises PV standard (Captelia), Terreal solution PV3-1 S et PV3-1 N (Terreal), Soprasolar (Solardis), MegaSlate SCNA Solar (Société Nouvelle Areacem), Solabac (Solapro), AlkorSolar STP (Renolit Belgium NV), SystoEtanche 2 (Systovi). L’objectif de cette sélection est, en premier lieu, de rassurer les assureurs sur la qualité de ces produits. La mise sous observation, qui date de mars 2017, ne fait pas l’unanimité. Elle est notamment contestée en justice par Enerplan.

  • Monde – Le solaire chinois tire les investissements 18 janvier 2018

    Après un repli en 2016, les investissements dans les énergies renouvelables sont repartis à la hausse (+3 %) dans le monde en 2017, à 333,5 mds$, selon le bilan réalisé par Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Cette « deuxième meilleure performance annuelle jamais observée » s’explique par « le boom extraordinaire des installations photovoltaïques » en Chine, explique le cabinet d’étude. Le géant asiatique a battu son record d’investissements avec un total de 132,6 mds$ (dont 86,5 mds$ dans le solaire), en hausse de 24 % sur un an. Au niveau mondial, le solaire a attiré 160,8 mds$ d’investissements en 2017, en hausse de 18 % par rapport à 2016. Pour l’ensemble des énergies renouvelables, la performance mondiale est « d’autant plus remarquable que les coûts de la principale technologie, le solaire, continuent de baisser fortement », juge BNEF, qui prévoit le même niveau d’investissements (autour de 330 mds$) et « au moins » 107 GW de capacités solaires installées supplémentaires en 2018. L’Amérique latine, l’Asie du sud-est, le Moyen-Orient et l’Afrique devraient prendre le relai de la Chine pour tirer le marché du photovoltaïque, prédit le cabinet. 

  • Chili – Une centrale de 115 MW pour EDF EN 18 janvier 2018

    EDF Énergies Nouvelles a annoncé le 15 janvier la mise en service de la centrale photovoltaïque de Santiago Solar de 115 MW, au Chili, un projet remporté en 2016. Codétenue à parité par EDF Énergies Nouvelles et AME (Andes Mining Energy), un développeur d’infrastructures chilien, l’installation bénéficie d’un contrat de vente d’électricité d’une durée de 15 ans avec les principaux distributeurs chiliens. Elle est raccordée au Système Électrique National (SEN – Sistema Electrico Nacional). Santiago Solar est le deuxième projet photovoltaïque d’EDF EN au Chili après celui de Bolero (146 MW), mis en service en 2017. « Le Chili présente un niveau d´ensoleillement exceptionnel, parmi les meilleurs au monde », souligne le groupe dans un communiqué. Ce qui lui vaut d’ailleurs d’atteindre régulièrement des records de prix. Depuis son entrée sur le marché en 2015, EDF EN fait état d’un portefeuille de 360 MW de capacité d’origine solaire et éolienne en exploitation et en construction.

  • Entreprise – Photowatt à la relance 11 janvier 2018

    Le fabricant de panneaux solaires Photowatt a annoncé le 8 janvier être en discussion avec deux partenaires pour créer une coentreprise dotée d’une technologie innovante, espérant ainsi renouer rapidement avec la rentabilité. La filiale d’EDF Énergies nouvelles depuis 2011 fabrique actuellement des cellules solaires et assemble des modules photovoltaïques. Elle entend donc monter une nouvelle société spécialisée dans la production de lingots et de plaquettes de silicium (wafers) en s’associant au fabriquant de panneaux Canadian Solar Inc et ECM Greentech, une société grenobloise qui a développé une technologie innovante de four pour cristalliser le silicium. Baptisée Photowatt Crystal Advanced, la future entité serait détenue à 60 % par EDF Énergies nouvelles, via Photowatt, à 30 % par le producteur de panneaux solaires Canadian Solar Inc, et à 10 % par la société grenobloise ECM Greentech, explique Photowatt dans un communiqué. « Ses « wafers », produits avec une empreinte carbone faible, seraient notamment commercialisés sous forme de modules photovoltaïques dans le cadre des appels d’offres français », explique le groupe dont la « capacité de production sera portée progressivement à plus de 500 MW par an, contre 50 MW aujourd’hui, sur le site historique de Photowatt, à Bourgoin-Jallieu (38) dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes. »

  • Appel d’offres – 283 lauréats pour des installations sur bâtiments 11 janvier 2018

    Le ministère de la Transition écologique et solidaire a annoncé le 8 janvier avoir sélectionné 283 projets dans le cadre de l’appel d’offres pour l’installation de panneaux solaires sur les bâtiments. Les projets représentent une capacité totale de 150 MW. Le prix moyen de l’électricité proposé par les lauréats ressort à 85 €/MWh produit, soit une baisse de 9 % par rapport à la deuxième tranche attribuée en septembre dernier, précise le ministère dans un communiqué. La quatrième période de candidature à l’appel d’offres, dont la clôture aura lieu le 9 mars prochain, portera sur une puissance supérieure, de 200 MW. Plus généralement, et comme l’a rappelé Nicolas Hulot lors d’un déplacement dans la Sarthe le 9 janvier, des objectifs plus ambitieux ont déjà été définis du côté du photovoltaïque et de l’autoconsommation. À l’horizon de 2023, la puissance installée oscillera entre 18,2 et 20,2 GW (contre 7,7 GW à la fin de 2017). Le volume des appels d’offres sera progressivement porté de 1,5 à 2,5 GW par an.

  • Entreprise – ArcelorMittal reprend le spécialiste des « trackers » Exosun 11 janvier 2018

    ArcelorMittal a annoncé le 4 janvier avoir été retenu par le Tribunal de commerce de Bordeaux comme repreneur de la société Exosun, spécialisée dans les « trackers » pour les centrales photovoltaïques et placée l’été dernier en redressement judiciaire. Les équipements développés par la société basée à Martillac (Gironde) représentent déjà 25 % du marché des grandes centrales solaires, et pourraient atteindre 50 % d’ici 2020, estime le groupe sidérurgique dans un communiqué« Avec ses 43 salariés hautement qualifiés, Exosun a réalisé plus de 55 projets sur cinq continents, soit plus de 700 MW livrés », ajoute ArcelorMittal, déjà présent dans le solaire comme fournisseur des structures métalliques porteuses des panneaux photovoltaïques. Cette opération donnera également à Exosun « la solidité financière nécessaire pour répondre à ses clients sur les grands projets solaires », ajoute le géant de l’acier.

DéCEMBRE 2017

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE DéCEMBRE

Voir actus
  • Entreprise – Le plan solaire d’EDF pour la France 14 décembre 2017

    Alors que Nicolas Hulot a récemment réclamé à EDF un « plan précis » pour assurer le développement des énergies renouvelables en France, l’énergéticien a dévoilé le 11 décembre un « plan solaire », massif et inédit. Le groupe veut développer pas moins de 30 GW de puissance installée dans le pays entre 2020 et 2035. « Ce projet représente un investissement potentiel total de 25 milliards d’euros, qui sera aussi porté par des partenaires », a indiqué Jean-Bernard Lévy lors d’une conférence de presse. EDF est déjà présent dans le solaire à l’international, via sa filiale EDF Énergies Nouvelles, « aujourd’hui c’est en France que nous voulons concrétiser encore davantage notre ambition », a ajouté le PDG d’EDF. Ce projet représente « plusieurs milliers d’emplois induits » et nécessitera de libérer 25 000 à 30 000 hectares de terrains, a-t-il précisé. Le groupe compte surtout développer des grandes centrales solaires au sol. Pour cela, il utilisera notamment des « terrains issus de son patrimoine foncier : terrains à proximité des centrales nucléaires, reconversion de friches industrielles ou de sites en démantèlement, développement du photovoltaïque flottant sur les sites hydrauliques », précise un communiqué, qui ajoute qu’« en parallèle, EDF coopérera avec les pouvoirs publics afin d’identifier les surfaces aptes à accueillir de nouvelles installations solaires photovoltaïques

  • France – Le photovoltaïque tient son groupe de travail 14 décembre 2017

    Après l’éolien, et comme pour le biométhane, le gouvernement a annoncé le 7 décembre la création d’un groupe de travail national pour réfléchir à une simplification des règles dans le domaine du photovoltaïque. « Sur le modèle du groupe de travail éolien », il permettra  de nourrir les travaux de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui tracera la feuille de route de la transition énergétique pour la période 2019-2023, a précisé Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat à la transition écologique et solidaire. Enerplan, qui réclamait cette mise en place, a salué dans la foulée l’annonce du gouvernement. « C’est une satisfaction d’avoir été entendus sur la nécessité de travailler ensemble à favoriser de meilleures conditions de développement », a réagi Daniel Bour dans un communiqué

  • Autoconsommation – Les résultats de l’appel d’offres dévoilés 14 décembre 2017

    Nicolas Hulot a annoncé le 11 décembre les 145 lauréats de l’appel d’offres ouvert aux consommateurs des secteurs industriels, tertiaires et agricoles, notamment les centres commerciaux pour les installations de production en autoconsommation. « Je me félicite de voir qu’en une année seulement, le besoin de soutien public à l’émergence de projets en autoconsommation a été divisé par 4. C’est le signe que la compétitivité des énergies renouvelables ne cesse de s’accentuer », explique le ministre de la Transition écologique et solidaire dans un communiqué. Pour cette première période d’appel d’offres, d’un volume de 50 MW, les 145 lauréats bénéficieront « d’une prime à un prix pondéré de 7,90 €/MWh, soit une baisse de plus de 70 % par rapport à l’appel d’offres précédent de 2016 », est-il précisé. « La valeur de la prime sera d’autant plus élevée que la part d’électricité autoconsommée sera importante et que la conception de l’installation permettra une bonne intégration au réseau électrique ». Cet appel d’offres a été lancé en 2017 pour un volume total de 150 MW par an. Il comporte 9 périodes de candidature réparties sur trois ans. La prochaine période de candidature, qui porte également sur une puissance de 50 MW, se clôturera le 22 janvier prochain. Le ministre a annoncé par ailleurs l’augmentation de 1 GW par an du volume des appels d’offres solaires, à 2,45 GW, « afin d’accélérer le développement du photovoltaïque et de permettre l’atteinte des objectifs ambitieux de la programmation pluriannuelle de l’énergie pour cette filière. » Une annonce dont s’est réjoui Enerplan dans un communiqué.

  • JOYEUSES FÊTES – L’Actu PV revient le 11 janvier 14 décembre 2017

    En raison des fêtes de fin d’année, L’Actu PV fait une petite pause et reviendra jeudi 11 janvier. Toute l’équipe du Journal du Photovoltaïque et d’Observ’ER souhaite de très joyeuses fêtes aux lecteurs de L’Actu et leur donne rendez-vous en 2018 pour une année encore plus renouvelable.

  • Innovation – Bientôt une filière sur substrat souple en France pour le transport ? 7 décembre 2017

    C’est en tout cas l’ambition de Solar Smart Mobility, lancé en septembre 2017 par un consortium composé de trois industriels français : Armor, Vision Systems et Sunpartner Technologies, qui coordonne le projet.  Pour répondre aux spécificités des véhicules de transport, le projet vise à développer une famille de films photovoltaïques souples, minces et transparents, fabriqués dans l’usine de Sunpartner Technologies, basée à Rousset (13) et qui seront laminés dans les structures de vitrages. Ils auront pour fonction de récupérer l’énergie et alimenter les vitrages intelligents, expliquent les trois partenaires dans un communiqué du 4 décembre. D’une durée de trois ans, Solar Smart Mobility représente un investissement total de 5,5 M€ et est soutenu à hauteur de 2,8 M€ par l’Ademe, via le Programme d’investissements d’avenir (PIA). Il devrait créer 15 emplois durant le projet et plus de 300 emplois d’ici 2025. Le projet intégrera également un club d’utilisateurs (des secteurs de l’automobile, du ferroviaire, du nautisme et de l’aéronautique) qui permettra de préparer le marché et ses nombreuses applications, ajoutent les trois partenaires.   

  • Autoconsommation – Inquiétude autour d’un projet d’amendement 7 décembre 2017

    Enerplan demande, dans un communiqué du 5 décembre, le retrait d’un projet d’amendement qui pourrait en effet avoir pour conséquence de réserver l’exonération de CSPE aux petites installations. En septembre dernier, le syndicat professionnel s’était mobilisé auprès du Conseil d’État afin que les petites installations de production d’électricité solaire en autoconsommation intégrale ne soient pas les seules à profiter de ce dispositif fiscal. « Nous regrettons que le gouvernement, sans concertation avec les professionnels, demande ainsi aux députés de revenir sur une décision de justice en réduisant l’exonération de CSPE dont bénéficient les petites installations en autoconsommation », explique Daniel Bour, son président. Enerplan réitère par ailleurs son souhait d’un groupe de travail, à l’image de celui mis en place pour l’éolien.

  • France – Mise en service du 1er Lauréat CRE Autoconsommation 7 décembre 2017

    Le 1er des lauréats de l’appel d’offres CRE Autoconsommation a été mis en service le 16 novembre dernier. On connaît aujourd’hui les premiers résultats. « L’Intermarché de Lanriec-Concarneau produit désormais localement 20 % de sa consommation électrique », explique, dans un communiqué du 6 décembre, le cabinet d’ingénierie System Off Grid, qui a accompagné Immo Mousquetaires, le maitre d’ouvrage. Les 1 900 m2 de modules photovoltaïques, répartis sur 4 ombrières de parking devraient en effet produire 300 MWh par an. La totalité de la production sera consommée directement par l’Intermarché désormais alimenté par un mix électrique issu du réseau public et du solaire. « Étant 1er des lauréats de l’appel d’offres CRE Autoconsommation à concrétiser son projet, System Off Grid et Intermarché ont ainsi pu compter sur la forte implication d’Enedis pour mettre en œuvre les dispositifs de comptages et contractuels selon les exigences de l’appel d’offres », précise le cabinet d’ingénierie, qui accompagne Immo Mousquetaires pour « massifier efficacement le déploiement de l’énergie solaire sur les points de vente du groupement. »

NOVEMBRE 2017

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE NOVEMBRE

Voir actus
  • Autoconsommation domestique – Une étude indique le chemin à suivre 30 novembre 2017

    Alors qu’il est « très difficile de prédire quel sera l’appétit pour l’autoconsommation », comme l’a expliqué le 24 novembre Daniel Bour, le président d’Enerplan, le syndicat a dévoilé une étude sur le sujet le 30 novembre. Ce document, réalisé avec le cabinet de conseil Sia Partners, « décrypte l’impact de l’autoconsommation domestique sur le déploiement de la filière photovoltaïque française avec, depuis un an, un environnement sécurisé permettant la rentabilité des projets. » L’autoconsommation domestique permettrait ainsi de réaliser des économies dès la 13e année après l’installation du dispositif et la réduction moyenne de la facture d’électricité du foyer serait de 19,1 % (sur 25 ans, hors coût d’investissement initial). Sa diffusion « à l’échelle du territoire passera par la consolidation de la filière française et la mise en place de prestations de services spécifiques (alors que la chaîne de valeur actuelle est davantage tournée vers les grandes centrales) et des offres à construire », analyse l’étude, qui recommande notamment la mise en place d’une subvention pour encourager les propriétaires à investir dans des batteries de stockage, le maintien du soutien de 2,5 M€ aux projets de recherche et d’expérimentations sur le sujet des technologies, ainsi que les 390 €/kW de prime à l’investissement pour l’autoconsommation et la poursuite de la réduction progressive des tarifs d’achat pour les dispositifs en injection totale.

  • France – Enerplan dévoile ses exigences 30 novembre 2017

    À l’occasion de son assemblée générale organisée le 24 novembre, Enerplan, par la voix de son président, Daniel Bour, a formulé trois demandes : passer à 10 % d’électricité solaire dans la production électrique française en 2028, et entre 15 et 20 % en 2035 (contre 2 % aujourd’hui), en commençant par mettre en œuvre une feuille de route sur 10 ans – doubler les volumes des appels d’offres à très court-terme – moderniser et simplifier les démarches administratives, notamment en supprimant l’obligation de passer par un appel d’offres pour les projets entre 100 kW et 1 MW. Le syndicat a par ailleurs appelé souhaité la mise en place d’un groupe de travail pour simplifier les règles dans le solaire dès début 2018, à l’image de celui créé en octobre par le gouvernement dans l’éolien.

  • Raccordements – Des chiffres meilleurs qu’en 2016 30 novembre 2017

    Sur les neuf premiers mois de l’année, 12 758 nouvelles installations ont été mises en service, d’une capacité totale de 484 MW (dont 71 MW pour la centrale solaire de Gréoux-les-Bains), soit 19 MW de plus que sur la même période de l’année précédente, peut-on lire dans le Tableau de bord solaire photovoltaïque du troisième trimestre 2017,publié par le Service de la donnée et des études statistiques (SDES). Ces raccordements portent à 7,7 GW la puissance raccordée du parc solaire photovoltaïque français au 30 septembre 2017. La production d’électricité d’origine solaire photovoltaïque ressort en revanche en baisse de 6 % par rapport aux neuf premiers mois de 2016, avec 7,2 TWh. Au troisième trimestre, la part du photovoltaïque dans la consommation électrique française est en hausse, à 2 %, contre 1,8 % au premier semestre. La puissance des projets en file d’attente continue, elle aussi, de progresser. Elle augmente de 8 % au cours du seul troisième trimestre 2017.

  • ZNI – Onze projets pour GreenYellow 23 novembre 2017

    GreenYellow va réaliser 11 nouvelles centrales solaires photovoltaïques à la Réunion, à Mayotte et en Corse, a annoncé l’énergéticien le 20 novembre dans un communiqué. GreenYellow a remporté deux projets avec dispositifs de stockage à La Réunion et à Mayotte dans le cadre du récent appel d’offres CRE1 dédié aux Zones non interconnectées (ZNI), pour une puissance installée de plus de 700 kW. Les travaux de construction débuteront au cours du second semestre 2018. « Lors de leur mise en service, ces centrales solaires photovoltaïques seront couplées à des dispositifs de batteries permettant de prévoir 24 heures à l’avance la quantité exacte d’électricité qui sera injectée au réseau de distribution », précise le communiqué. Le groupe compte également neuf nouveaux projets à La Réunion, en Corse et à Mayotte, pour une puissance totale d’environ 2,5 MW. « Après avoir remporté plus de 25 % des volumes octroyés lors de la première vague de l’appel d’offres autoconsommation en France métropolitaine en novembre 2016, c’est plus de 17 % du volume total que GreenYellow a remporté, dont près de 25 % à La Réunion, et 100 % des projets à Mayotte », se félicite la société.

  • Autoconsommation – Inauguration de la plus grande centrale en PACA 23 novembre 2017

    La plus grande centrale en autoconsommation en région PACA a été inaugurée le 18 novembre au Super U Val Durance, situé dans la ville de Sisteron. D’une puissance totale de 500 kW, cette centrale compte 3 000 m2 d’ombrières photovoltaïques. Elle produira un peu plus de 700 MWh/an et permettra in fine de répondre à une partie des besoins électriques du centre commercial avec une réduction de + 40 % de sa facture d’électricité annuelle. Super U Val Durance et Apex Énergies, partenaires sur ce projet, l’ont développé dans le cadre du 1er appel d’offres autoconsommation de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), de septembre 2016. Les équipes d’Apex Énergies assurent l’ensemble de la réalisation du projet depuis sa conception jusqu’à la mise en service, assurant ensuite l’exploitation et la maintenance de l’installation.  

  • Entreprise – Armorgreen vend des kWh 23 novembre 2017

    Armorgreen a annoncé qu’il devenait « directement fournisseur d’énergie pour le compte de ses clients dont elle finance la centrale solaire ». La société cible les industriels, le secteur tertiaire, les syndics de copropriété et les collectivités locales, et table sur plusieurs dizaines d’installations en 2018. « Aujourd’hui, nous finançons directement la centrale de notre client. Nous nous chargeons toujours du dimensionnement de l’installation, du montage juridique, des démarches administratives, ainsi que des travaux, de la mise en service et de l’exploitation. Et désormais, nous le déchargeons de la recherche de financements, puisque nous investissons nous-mêmes dans la centrale », explique Pascal Martin, président d’Armorgreen, dans un communiqué du 21 novembre. « De quoi lever des freins et convaincre encore mieux de la pertinence à s’orienter vers l’autoconsommation photovoltaïque. » Et de résumer, « avec notre nouvelle offre nous vendons à notre client des kWh à un prix moins élevé au travers d’un contrat de fourniture d’électricité verte. »

  • Autoconsommation collective – Lancement du projet SmartMagne 16 novembre 2017

    Marmagne (Cher) a lancé, le 15 novembre, le projet SmartMagne et entend « être la première commune à mettre en application les dispositions de la loi sur l’autoconsommation collective et le service de flexibilité », peut-on lire dans une présentation du projet. Porté par le Syndicat départemental d’énergie du Cher (SDE 18) et par Omexom, filiale du groupe Vinci. Son objectif est d’« obtenir, à l’échelle d’un quartier, une adéquation entre la production d’énergie renouvelable et l’autoconsommation », opérationnelle « dès 2018 ». Au total, 69 % des besoins énergétiques publics seront couverts par l’autoconsommation de cette production locale. 817 panneaux solaires, pour une puissance installée de 220 kW et une production annuelle de 226 500 kWh, permettront de produire du courant pour alimenter neuf bâtiments publics de la commune, 78 points d’éclairages publics ainsi qu’au moins 61 logements, dans un premier temps. 35 % du courant produit sera injecté sur le réseau public d’électricité. Une capacité de stockage de 100 kW sera également installée. Pour gérer l’ensemble du système, une « combinaison d’algorithmes » va pouvoir calculer « à tout moment les flux d’électricité entrants et sortants », expliquent les partenaires.

  • Innovation – Le film organique d’Heliatek équipe un collège 16 novembre 2017

    Engie et la société allemande Heliatek (cf. le JDPV n°16) ont inauguré, le 15 novembre, « la plus grande installation de films photovoltaïques organiques (OPV) au monde », selon le communiqué de l’énergéticien français. Dans le cadre d’un appel à projets lancé par le département de Charente-Maritime, 530 m² de toiture du collège Pierre-Mendès-France, à La Rochelle, sont désormais recouverts de la technologie HeliaSol®, développée par la société Heliatek, dont Engie est actionnaire depuis 2016. L’installation permettra de produire 23,8 MWh d’électricité par an, soit 15 à 20 % des besoins en électricité de l’établissement. Cette production sera utilisée en autoconsommation. Le film photovoltaïque peut être installé sans renforcement de structure ni pénétration de la toiture. Il est ainsi « adapté aux toitures légères, plates ou courbées, là où le panneau solaire classique ne peut être installé. Il permet également une pose plus rapide et est facilement recyclable. » Cette technologie a déjà été installée sur quelques bâtiments, comme l’Ecoparc de Singapour, mais l’installation du collège Pierre-Mendès-France est la plus grande réalisation d’Heliatek à ce jour. Heliatek prévoit d’ouvrir sa première usine en 2019. Plusieurs autres entreprises innovantes ont développé leurs propres technologies d’OPV, comme le Français Armor ou l’Allemand Opvius

  • Start up – Un drone solaire prêt à décoller 16 novembre 2017

    Fruit du travail de la start up XSun, basée à Guérande, en Loire-Atlantique, le drone SolarXOne, destiné à voler en autonomie et avec la seule énergie solaire, vise le marché de la surveillance des infrastructures et réseaux. Cet engin volant de 20 kg et 4,5 mètres d’envergure, équipé d’une aile double, a récemment réussi son premier vol, ce qui lui a permis de valider ses caractéristiques aéronautiques. Il s’attaquera, dès juin 2018, au record du monde d’endurance en vol. Le projet a mobilisé 500 000 euros et nécessitera une levée de fonds de 1 à 2 millions courant 2018 pour poursuivre ses travaux. Il est soutenu par les écoles et laboratoires régionaux, dont Centrale Nantes, ainsi que Bpifrance, Airbus Group et Dassault Systèmes. 

  • France – Raccordements en hausse au 2e trimestre 9 novembre 2017

    Dans sa nouvelle édition, – la 23e –, l’Observatoire de l’énergie solaire photovoltaïque, publié par France territoire solaire (FTS), constate une reprise dans les raccordements de centrales photovoltaïques au réseau électrique de l’Hexagone. Avec un volume de 220 MW, le deuxième trimestre 2017 est très supérieur à celui du trimestre précédent, et supérieur à celui du deuxième trimestre 2016. « Cette reprise généralisée à tous les segments pourrait trouver ses raisons dans la mise en service des projets AO CRE 3, et de la troisième vague d’appels d’offres « toitures 100 à 250 kWc », explique le think tank. La durabilité et l’intensité de cette reprise sont questionnées. » Le deuxième trimestre, a, en tout cas, bénéficié d’un projet de 50 MW directement raccordé sur le réseau de transport de l’électricité. « Ce redressement au 2e trimestre 2017 est un bon signe, toutefois la barre du GW ne sera atteinte qu’à raison de 350 MW par trimestre », prévient FTS.

  • Brésil – Mises en service pour EDF EN 9 novembre 2017

    EDF Energies Nouvelles (EDF EN) a « mis en opération » la deuxième des trois phases du projet solaire photovoltaïque de Pirapora, d’une puissance cumulée de 284 MW et situé dans le Minas Gerais, au sud-est du Brésil, selon un communiqué du 8 novembre. Quand l’ensemble du projet sera opérationnel, au second semestre 2018, cette capacité sera portée à 400 MW, précise l’énergéticien, qui détient 80 % de ce projet, les 20 % restants appartenant à Canadian Solar, qui fabrique localement les quelque 1,2 million de panneaux photovoltaïques du complexe. Le groupe canadien opère dans une usine située dans l’État de Sao Paulo, au sud-est du pays. Pirapora bénéficie de contrats de vente d’électricité (PPA) d’une durée de vingt ans, attribués en 2014 et 2015. En septembre, EDF EN avait mis en service le parc éolien de Ventos da Bahia, dans le nord-est, la première tranche (66 MW) d’un projet au potentiel de 800 MW, dont 80 % a été acquis par le groupe français à Sowitec, qui en détient les 20 % restants. Cela porte à 350 MW sa capacité totale au Brésil.

  • Pays-Bas – Un premier poste haute tension producteur d’électricité 9 novembre 2017

    Spie a annoncé le 8 novembre dans un communiqué, l’inauguration du « poste haute tension durable » d’Emmeloord Zuidervaart, de l’opérateur de réseaux haute tension TenneT. Il s’agit du « premier poste haute tension des Pays-Bas capable de produire sa propre énergie », grâce à 80 panneaux solaires installés sur son toit et raccordés par Spie, comme l’explique le groupe de services électriques. Les panneaux solaires fournissent ainsi une grande partie de l’énergie nécessaire au fonctionnement de la station et peuvent être automatiquement coupés, si besoin. Spie précise que l’expérience acquise avec cette station pourra être reproduite sur celle de Vierverlaten, également aux Pays-Bas.

  • Monde – Plus 100 GW seront installés en 2017 2 novembre 2017

    Le parc solaire mondial devrait grossir de 100 GW de capacités supplémentaires en 2017, selon les projections dévoilées la semaine dernière par SolarPower Europe. Le solaire est « la forme d’énergie la plus polyvalente et la plus propre et désormais la moins chère pour la production d’électricité dans la plupart des pays du monde », se félicite Michael Schmela, chef de la recherche de l’organisme. Ce record dépasse ce qu’anticipait l’organisation en début d’année (plus de 80 GW, soit déjà un record). Une revalorisation qui s’explique par les coûts du solaire qui continuent de reculer, notamment grâce au progrès des technologies, à la concurrence qui stimule la baisse des prix lors des appels d’offres et aux bonnes conditions de financement des projets. Le parc solaire mondial totalisait plus de 290 GW fin 2016, dont 76,6 GW installés l’an dernier. 2017 verra donc une croissance de plus de 30 % des nouvelles mises en service, tirée par la Chine (plus de la moitié des nouvelles capacités installées dans le monde). 

  • Recherche – Les JNPV dévoilées 2 novembre 2017

    On connaît désormais le programme des Journées nationales du photovoltaïque (JNPV) 2017. Cette septième édition aura lieu du mardi 5 au vendredi 8 décembre 2017 à l’Hôtel Le Normont, à Dourdan (91). De nombreuses sessions (orales et posters) seront proposées. Une formation optionnelle sera dispensée le 5 décembre. Deux sujets au choix : la modélisation des dispositifs photovoltaïques – les aspects fondamentaux du photovoltaïque et/ou des aspects techniques ciblés et/ou des caractérisations avancées. Une exposition se tiendra en parallèle des présentations et tables rondes, afin de favoriser le networking. Enfin, la soirée festive est programmée le 7 décembre. L’inscription aux JNPV 2017 est à tarif préférentiel jusqu’au 17 novembre. Les détails sont à retrouver ici

  • Égypte – EDF EN et Elsewedy associés sur un projet de 100 MW 2 novembre 2017

    EDF Énergies Nouvelles a annoncé le 26 octobre s’être associé avec Elsewedy Electric Group pour la conception, la construction et l’exploitation de deux centrales solaires d’une puissance cumulée de 100 MW en Égypte. EDF EN et Elsewedy seront coactionnaires des deux installations qui bénéficient d’un contrat de vente d’électricité (PPA) de 25 ans avec la société nationale EETC. Les deux entreprises étaient en effet chacune lauréate d’un projet d’une puissance de 50 MW dans le cadre de la deuxième phase d’appels d’offres pour des projets solaires photovoltaïques en Égypte. Situées à Assouan, les deux parcs feront partie d’un des plus larges complexes solaires en construction au monde, le Benban Solar project, d’une puissance totale de 1,8 GW. Sa construction doit démarrer au premier trimestre 2018 pour une mise en service prévue au deuxième trimestre de 2019. Voltalia, spécialiste français de la production d’électricité renouvelable, a par ailleurs annoncé jeudi dans un communiqué distinct avoir remporté un projet solaire de 25 MW en Egypte, son premier sur le continent africain.

OCTOBRE 2017

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE OCTOBRE

Voir actus
  • France – Un parc de 12 MW à Fos-sur-Mer 26 octobre 2017

    EDF Energies Nouvelles et ArcelorMittal Méditerranée ont annoncé le 24 octobre la mise en service en Provence-Alpes-Côte d’Azur de la centrale photovoltaïque de La Fossette, d’une puissance de 12 MW. Situé dans le département des Bouches-du-Rhône, ce parc a été développé et construit par EDF EN, au sein du complexe industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, sur des terrains d’ArcelorMittal. Le sidérurgiste, propriétaire de 1 600 hectares, a en effet mis 15 hectares à disposition de l’énergéticien. Equipée de plus de 45 000 panneaux photovoltaïques, la centrale produit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 7 400 habitants, soit la moitié de la ville de Fos-sur-Mer, expliquent les partenaires dans un communiqué.

  • Éthiopie – Un parc de 100 MW pour Enel 26 octobre 2017

    Un consortium formé par l’Italien Enel Green Power et l’Éthiopien Orchid Business Group a été sélectionné par l’opérateur locale Ethiopian Electric Power (EEP) pour la construction d’une centrale solaire photovoltaïque de 100 MW en Ethiopie. Situé à Metehara, à l’est de la capitale Addis-Abeba, ce projet de 120 millions de dollars s’inscrit dans le cadre du programme du gouvernement éthiopien Growth and Transformation Plan 2, qui vise 12 000 MW de nouvelles capacités hydraulique, éolienne, géothermique et solaire en partenariat avec le secteur privé d’ici 2020. Un appel d’offres a par ailleurs récemment été lancé pour la mise en place de deux centrales solaires d’une capacité globale de 250 MW, dans ce cadre. Le parc de  Metehara devrait être opérationnel en 2019, et un contrat d’achat de 20 ans d’EEP soutiendra l’installation. Seulement 27,2 % de la population éthiopienne a accès à l’électricité, selon des données de la Banque mondiale reprises dans le communiqué d’Enel.

  • Suisse – La Tissot Arena récompensée du prix solaire suisse 2017 26 octobre 2017

    Le toit couvert de cellules photovoltaïques du complexe sportif Tissot Arena a été recomposé le 20 octobre du Prix solaire suisse 2017 par l’Agence solaire suisse. La directrice des travaux publics de l’énergie et de l’environnement de la Ville de Bienne, Barbara Schwickert, ainsi que Davide Crotta, responsable Engineering ESB, ont reçu la distinction à Genève. L’installation photovoltaïque en toiture couvre 58 % de l’ensemble des besoins annuels en énergie du stade de football, de la patinoire et de la salle de curling, y compris les zones commerciales. Elle produit un peu plus de 2,1 GWh d’électricité par an.

  • APPEL D’OFFRES – Appel à projet lancé par la commune de Saint-Rémy-de-Provence pour une centrale photovoltaïque 24 octobre 2017

    La commune de Saint-Rémy-de-Provence, lauréate de l’appel à projet « Territoire à énergie positive pour la croissance verte » porte plusieurs projets en vue de favoriser l’émergence et la mise en œuvre de dispositifs innovants axés sur les ressources locales et favorisant le développement durable.
    L’un des projets consiste en la réalisation d’une centrale photovoltaïque sur l’ancienne décharge récemment réhabilitée. Dans cet objectif, la commune de Saint-Rémy-de-Provence vient de lancer un appel à projet pour la passation d’un bail emphytéotique administratif assorti d’une concession de travaux pour conception, financement, réalisation et exploitation d’une centrale photovoltaïque au sol. La présente consultation a pour objet la sélection d’un opérateur qui procèdera à la conception, au financement, à la réalisation et à l’exploitation d’une centrale photovoltaïque qui sera installée sur le site de l’ISDND de Saint-Rémy-de-Provence.
    Voir la consultation

  • Allemagne – Le prix des centrales au sol passe sous les 50 €/MWh 19 octobre 2017

    Le prix moyen des vingt projets de centrales solaires sélectionnés dans le cadre du dernier appel d’offres allemand au sol ou sur bâtiments est ressorti à 49,10 €/MWh, a indiqué l’Agence fédérale des réseaux (Bundesnetzagentur) lundi 16 octobre. C’est la première fois qu’il passe sous les 50 €/MWh, selon Jochen Homann, son président, qui explique ce résultat par l’élargissement des zones de développement de parcs photovoltaïques aux terres arables ou pâtures dites défavorisées. Les appels d’offres précédents avaient affiché des prix moyens de 56,6 €/MWh en juin, et de 65,8 €/MWh en février. Cette fois, l’offre la plus faible a été de 42,90 €/MWh et la plus élevée, de 50,60 €/MWh. 110 offres, d’une taille moyenne de 6,9 MW, ont été déposées pour une puissance totale de 754 MW. La BNetzA en a retenu 20 qui totalisent une puissance de 222 MW.

  • Entreprise – Les actifs de Sillia Vénissieux en vente judiciaire 19 octobre 2017

    Si l’histoire du fabricant français de panneaux photovoltaïques Sillia VL continue, avec sa reprise par l’Allemand Recom en juin 2017 (cf. Le Journal du Photovoltaïque n° 23), ce n’est pas le cas de son site de Vénissieux, qui a dû fermer. Une vente aux enchères publique des actifs de ce site a d’ailleurs lieu mercredi 25 octobre. Deux lignes automatiques de montage de modules photovoltaïques sont notamment proposés, ainsi que du matériel divers. Le détail est consultable ici.

  • Iran – Un contrat à 2,5 milliards de dollars 19 octobre 2017

    Une entreprise norvégienne, Saga Energy, a signé mardi 17 octobre un contrat portant sur un investissement de 2,5 milliards d’euros en Iran pour la fourniture et l’installation de panneaux solaires destinés à installer 2 GW de capacité photovoltaïque dans ce pays, ainsi que l’a rapporté un journaliste de l’AFP. Selon ses promoteurs, le projet est soutenu par un consortium d’investisseurs européens, publics et privés, et par une garantie de l’État iranien. Les 2,5 milliards d’euros nécessaires à sa réalisation doivent être investis sur cinq ans, et les panneaux solaires installés en plusieurs endroits du centre désertique de l’Iran. « Nous espérons construire une usine en Iran pour produire les panneaux solaires de façon à créer aussi des emplois locaux », a déclaré Gaute Steinkopf, directeur du développement de Saga Energy, cité par l’agence de presse.

  • Entreprise – SMA veut des appels d’offres plus efficaces 12 octobre 2017

    « Cette année ne sera pas satisfaisante globalement en France, et nous ne sommes pas contents, notamment sur la conduite des appels d’offres », a expliqué Pascal Richard, directeur commercial de SMA France le 5 octobre, lors d’un déjeuner de presse. Le groupe allemand, qui revendique la place de « leader mondial de la surveillance photovoltaïque », regrette notamment que la direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) sélectionne à nouveau des entreprises qui n’ont pas livré les projets pour lesquels elles ont été lauréates lors d’appels d’offres nationaux. De même, Pascal Richard souhaiterait que d’autres entreprises puissent être repêchées, afin que le taux de conversion des projets lauréats soit autrement plus important. Pour autant, le fabricant d’onduleurs photovoltaïques s’affiche très confiant pour son propre avenir sur le marché français, et annonce être actuellement en phase de recrutement dans sa partie commerciale (un poste pour le marché des grandes centrales, et un autre pour celui des grandes toitures).   

  • Innovation – Des cellules à base de silicium recyclé 12 octobre 2017

    Les équipes du CEA à l’Ines (Institut national de l’énergie solaire) ont annoncé avoir mis au point « les premières cellules à base de silicium 100 % recyclé. » Cette innovation a été rendue possible dans le cadre du projet H2020 CABRISS, dédié au développement d’une économie circulaire autour du recyclage des déchets photovoltaïques. « Issu de déchets de production, le silicium des cellules cassées a été préalablement démétallisé, puis purifié par des partenaires du consortium, explique l’organisme de recherche dans un communiqué. Ce silicium a ensuite été fondu puis cristallisé en lingot à l’Ines, en utilisant la technologie monolike. » Les cellules qui en résultent affichent un rendement de 18,1 %. « Cette étape importante du projet démontre que le silicium recyclé peut répondre aux standards de production actuels », affirme l’institut. La prochaine étape consistera à réaliser des essais sur une chaine de production industrielle de l’un des partenaires du projet.

  • Recherche – La physique à l’honneur 12 octobre 2017

    Un numéro spécial de la revue Comptes Rendus Physique est disponible en ligne, en accès libre. Faisant suite au séminaire sur « l’énergie pour demain » organisé par la Société française de Physique en novembre 2016 à Grenoble, où « photovoltaïque » et « fusion » faisaient l’ouverture, il rassemble plusieurs articles sur la question, tels que « le nouveau paradigme de l’énergie solaire photovoltaïque : de l’alimentation électrique des satellites à celle de l’humanité », ou encore « dépôt spatial par couche atomique : un outil émergeant pour les matériaux pour l’énergie. Application aux composants photovoltaïques de nouvelle génération et aux matériaux transparents et conducteurs ». Les articles sont en anglais, mais certaines parties sont également disponibles en français.

  • Étude – Le photovoltaïque sera la locomotive des énergies renouvelables 5 octobre 2017

    Le solaire photovoltaïque va tirer la croissance des énergies renouvelables, lesquelles vont connaître un essor encore plus important que celui envisagé jusqu’ici, selon le rapport annuel sur les énergies renouvelables de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dévoilé le 4 octobre. D’ici à 2022, près de 1 000 gigawatts de nouvelles capacités d’énergies renouvelables (éolien, solaire, hydroélectricité, etc.) seront installés dans le monde, soit une croissance de 43 %, prévoit l’AIE. Cette prévision est de 12 % supérieure à ce qu’envisageait l’agence l’an dernier. La montée en puissance plus forte que prévu du solaire photovoltaïque dans deux pays – la Chine et l’Inde – est à l’origine de ce regain d’optimisme. « Ce à quoi nous assistons est l’avènement d’une nouvelle ère dans le solaire photovoltaïque. Nous estimons que la croissance des capacités du solaire photovoltaïque sera plus importante que celle de n’importe quelle autre technologie renouvelable d’ici 2022 », indique Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE, cité dans un communiqué. Le parc solaire atteindrait ainsi 740 GW à cette date.

  • Éthiopie – Une centrale solaire de 100 MW pour 2018 5 octobre 2017

    La construction d’une centrale solaire de 100 MW débutera début 2018 dans la région d’Oromia, à 180 km de la capitale Addis-Abeba. La production énergétique du pays reposait jusqu’à présent sa production d’énergie via l’hydraulique, l’éolien et la géothermie se dotent désormais d’un projet d’envergure qui sera relié au réseau. Selon Bizuneh Tolcha, directeur des relations publiques et patron de la direction des communications au ministère éthiopien de l’Eau, de l’irrigation et de l’énergie, « le projet d’énergie solaire de 100 MW sera construit sur une base d’achat d’énergie indépendante (IPP), par une entreprise privée, qui vendra l’énergie à un prix convenu au gouvernement pendant 20 ans », période au terme de laquelle le gouvernement éthiopien deviendra propriétaire de la centrale. À ce jour, le nom du constructeur de la centrale n’a toujours pas été divulgué.

  • Record – Nouveau record pour une cellule en silicium polycristallin, à 22,3 % 5 octobre 2017

    L’institut de recherche allemand R&D Fraunhofer ISE de Freiburg/Breisgau vient de battre son propre record du monde en portant à 22,3 % le rendement de conversion d’une cellule de silicium polycristallin. Fer-de-lance de l’industrie photovoltaïque, le polycristallin domine la production mondiale des modules avec 57 % des parts de marché, rappelle l’institut de recherche allemand dans un communiqué. Ces dernières années, les cellules monocristallines, plus onéreuses, ont contribué à creuser l’écart entre le monocristallin et le polycristallin. Mais l’institut Fraunhofer a réussi à réduire ce fossé en battant son propre record, établi il y a quelques mois, à 21,9 %. Les chercheurs estiment que le potentiel maximum de cette technologie n’a pas encore été atteint. 

SEPTEMBRE 2017

L’ESSENTIEL DU PHOTOVOLTAÏQUE DU MOIS DE SEPTEMBRE

Voir actus
  • Appel d’offres – Bâtiments : prix bas confirmés pour la seconde période 28 septembre 2017

    310 nouveaux projets ont été sélectionnés dans le cadre de la seconde période de l’appel d’offres “photovoltaïque sur bâtiments”, ayant pour but de développer des installations photovoltaïques sur bâtiment, pour un volume de 150 MW. Comme attendu, les projets lauréats valoriseront l’électricité produite à un prix historiquement bas pour la filière solaire sur bâtiment, avec un prix moyen proposé de 88,4 €/MWh pour les installations de plus grande puissance (entre 500 kW et 8 MW), en baisse de 12 % par rapport à la première période du même appel d’offres. Près de 40 % des projets se sont engagés à l’investissement participatif, et verront leur prime majorée de 3 €/MWh. La liste des candidats retenus est disponible ici. Lancé en 2016 pour un volume total de 1 450 MW, cet appel d’offres comporte 9 périodes de candidature réparties sur 3 ans, et repose sur un nouveau dispositif de soutien : le complément de rémunération. La troisième période de candidature, dont la clôture aura lieu le 6 novembre prochain, portera également sur une puissance de 150 MW.

  • Inde – Un projet hybride solaire-éolien pour Siemens Gamesa 28 septembre 2017

    Un accord vient d’être passé entre Siemens Gamesa et un opérateur indien indépendant pour la réalisation d’un grand projet hybride solaire-éolien. Situé dans le sud du pays, un parc photovoltaïque de 28,8 MW sera relié à un parc éolien existant de 50 MW. Selon les termes de l’accord, Siemens Gamesa traitera la conception, l’ingénierie, la mise en service de la nouvelle centrale solaire (y compris la fourniture d’onduleurs photovoltaïques fabriqués par Gamesa Electric) et son hybridation avec le parc éolien, équipé des turbines Siemens Gamesa. « Avec un marché potentiel de l’ordre de 15 GW en Inde, nos clients se montrent de plus en plus intéressés par ce type de systèmes renouvelables intégrés », indique Ramesh Kymal, CEO de l’activité onshore en Inde de Siemens Gamesa. Le projet devrait être opérationnel d’ici la fin de l’année 2017.

  • Autoconsommation – Enerplan gagne son procès contre l’État 28 septembre 2017

    Le syndicat des professionnels de l’énergie solaire Enerplan a remporté une bataille judiciaire importante pour l’autoconsommation. Le Conseil d’État a en effet décidé de faire droit au recours du syndicat, à propos d’une circulaire de 2016 interdisant une exonération de CSPE pour les projets autres que ceux en autoconsommation intégrale. Les dispositions sur la CSPE autoconsommation de cette circulaire sont donc annulées, et l’autoconsommation partielle de la production ne sera pas taxée. Pour rappel, depuis la loi du 24 février, la restriction avait disparu, et, l’électricité autoconsommée était exemptée de CSPE, en autoconsommation totale comme en vente du surplus. L’État est condamné à verser 3 500 euros au syndicat, qui voit dans cette décision un encouragement au développement de l’autoconsommation sous toutes ses formes et promet de rester vigilant sur ce dossier.

  • Appel d’offres – Prix en baisse pour le “photovoltaïque sur bâtiments” 21 septembre 2017

    « Les prix moyens pondérés des dossiers que la CRE propose de retenir ont diminué d’environ 13 % entre les deux premières périodes de candidature. Ils ont chuté de plus de 50 % par rapport aux prix moyens observés dans les familles d’installations similaires des appels d’offres lancés en 2013 », note la Commission de régulation de l’énergie (CRE) dans une délibération sur la deuxième période de l’appel d’offres “photovoltaïque sur bâtiments”, en date du 7 septembre mais mise en ligne le 15 septembre. « Ainsi, la dynamique de baisse progressive observée à l’occasion des précédents appels d’offres se poursuit. Ces prix restent toutefois plus élevés que ceux observés pour les installations au sol », ajoute l’institution. Après instruction, les prix moyens pondérés des dossiers que la CRE propose de retenir s’élèvent ainsi à 98,5 €/MWh pour la famille 1 (entre 100 kWc exclus et 500 kWc exclus) et à 88,4 €/MWh pour la famille 2 (entre 500 kWc inclus et 8 MWc inclus, ombrières de parking exclues). Pour rappel, 361 lauréats ont été sélectionnés à l’issue de la première période, pour un volume de 150 MW. Le prix moyen est ressorti à 106,7 €/MWh.

  • Partenariat – CS Wismar s’allie avec Alaska Énergies 21 septembre 2017

    CS Wismar, fabricant allemand de modules photovoltaïques installé à Lyon depuis 2016, vient de signer un contrat avec le distributeur français Alaska Énergies, spécialiste du bâtiment à énergie positive et des énergies renouvelables. Dans un contexte favorable à l’autoconsommation pour les particuliers et les entreprises, CS Wismar compte sur ce partenariat pour investir ce marché. Le fabricant allemand, initialement positionné sur le marché des appels d’offre de la CRE, cherche notamment à s’imposer avec ses modules photovoltaïques bi-verre. Le contrat de distribution avec Alaska Énergies comprend aussi des solutions de stockage, la distribution de la gamme Professional Glass/Glass, ainsi qu’un accès à l’ensemble de la gamme de panneaux solaires CS Wismar (Solrif, Verre-tedlar et Full Black).

  • Projet – Meaux accueille la plus grande centrale solaire d’Île-de-France 21 septembre 2017

    Le ministre de la Transition écologique et solidaire vient d’annoncer que la centrale solaire de Meaux verrait bien le jour au premier semestre 2019. Dans les cartons depuis une petite dizaine d’années, le projet figurait parmi les 77 lauréats de l’appel d’offres lancé par la CRE 4. C’est le producteur français Langa qui sera en charge du développement, avec un investissement de 11 millions d’euros. Avec 10 hectares de panneaux et une production annuelle de 17 GWh, la centrale solaire de Meaux sera la plus grande d’Île-de-France. Sa production correspondra à la consommation annuelle de 7 000 personnes. L’émission de 11 600 tonnes de CO2 seront évités.

  • Autoconsommation – Enerplan demande un plan de lutte contre la précarité énergétique 14 septembre 2017

    Au-delà de leur fonction environnementale, les énergies renouvelables, dont le solaire photovoltaïque, ont un rôle social à jouer. Ainsi, dans un contexte de prix de l’électricité croissants, l’autoconsommation est une piste à exploiter pour lutter contre la précarité énergétique. De nombreux professionnels et représentants de la filière ont bien saisi cette dimension et la poussent à fond. C’était encore le cas hier, mercredi 13 septembre, lorsque le président d’Enerplan, en introduction d’un Colloque sur l’autoconsommation organisé par le syndicat professionnel, a demandé « au gouvernement un plan d’autoconsommation solidaire », qui serait « massif, de l’ordre d’un milliard d’euros ». Celui-ci serait destiné aux 1,5 million de foyers précaires qui ont « du mal à payer les factures énergétiques ». Ce plan devrait, notamment, inclure les offices HLM, mais aussi les collectivités locales.

  • Formation – Un nouveau module en ligne dédié à l’autoconsommation 14 septembre 2017

    Selon un sondage OpinionWay pour Qualit’EnR, 9 Français sur 10 se disent favorables à la consommation directe de l’électricité produite par leurs panneaux solaires. Dans ce contexte favorable, l’association Qualit’EnR spécialisée dans la labellisation des installations “énergies renouvelables”, propose une nouvelle formation dédiée. Ce module permettra aux professionnels du secteur de se familiariser aux spécificités de l’autoconsommation, ainsi qu’à la nouvelle réglementation de l’arrêté tarifaire du 9 mai 2017. Dispensée en présentiel depuis quelques mois via le réseau des organismes de formation agréés Qualit’EnR, la formation est aussi proposée en ligne à distance, sous le format SPOC (Small Private Online Course), avec une simple connexion Internet. Cette formation complémentaire est sanctionnée par un diplôme, une fois l’ensemble du cycle validé par les formateurs.

  • ÉTATS-UNIS – Septième trimestre à plus de 2 GW installés 14 septembre 2017

    Avec 2 387 MW de solaire photovoltaïque mis en service au 2e trimestre 2017 (+ 8 % par rapport à la même période l’année précédente), les États-Unis connaissent un 7e trimestre de suite au cours duquel le seuil de 2 GW de solaire a été dépassé. C’est ce qui ressort du dernier Solar Market Insight Report, publié par GTM Research et l’Association américaine des industriels du solaire (SEIA), le 11 septembre. Résidentiel, commercial et de grande taille, les trois segments de marché ressortent en hausse sur les mois d’avril, mai et juin 2017. Le rapport a très légèrement revu à la baisse ses prévisions de la capacité photovoltaïque mise en service aux États-Unis en 2017 : 12,4 GW, contre 12,6 GW précédemment. À 5 ans, en revanche, les prévisions du rapport ne changent pas : la capacité solaire installée devrait tripler de 2017 à 2022.

  • France – Des chiffres en demi-teinte au premier semestre 7 septembre 2017

    La production d’origine solaire photovoltaïque s’est élevée à 4,2 TWh (1,7 % de la consommation électrique française) au premier semestre 2017, en hausse de 10 % par rapport à la même période en 2016, selon le service de la donnée et des études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique et solidaire, dans son tableau de bord “solaire photovoltaïque“ du deuxième trimestre 2017. « Au-delà du développement du parc, la filière a bénéficié de conditions d’ensoleillement très favorables au mois de juin », nuance le SDES. Au 30 juin 2017, la puissance raccordée du parc solaire photovoltaïque atteint 7,4 GW. Au cours des six premiers mois de l’année, 8 558 nouvelles installations ont été mises en service, d’une capacité totale de 233 MW. Cependant, le rythme de raccordement est plus faible que l’an dernier (343 MW mis en service au premier semestre 2016). « En revanche, la puissance des projets en file d’attente continue de progresser. Elle augmente de 8 % au cours du seul deuxième trimestre 2017 ». À noter, près de la moitié de la puissance raccordée au premier semstre (115 MW) correspond à des installations d’une puissance unitaire supérieure à 250 kW, alors que celles-ci représentent seulement 0,4 % du nombre total d’installations raccordées au cours du premier semestre. 

  • Afghanistan – Appels d’offres pour 55,5 MW de centrales 7 septembre 2017

    L’Afghanistan a lancé des